Décryptage

Le Seigneur des anneaux : mais, en fait, ça parle de quoi ?

21 octobre 2016
Par Gauthier
Le Seigneur des anneaux : mais, en fait, ça parle de quoi ?

Qu’est-ce qui n’a pas été dit sur le Seigneur des anneaux ? Cette œuvre mythique, qui a révolutionné le genre fantasy, inspiré toute une génération, dont des artistes et auteurs de tout poil, a fait l’objet d’une adaptation cinématographique ambitieuse, est l’un des livres les plus vendus au monde… Mais, en fait, de quoi ça parle ?

Qu’est-ce qui n’a pas été dit sur le Seigneur des anneaux ? Cette œuvre mythique, qui a révolutionné le genre fantasy, a inspiré toute une génération, dont des artistes et auteurs de tout poil, a fait l’objet d’une adaptation cinématographique ambitieuse, et reste un des livres les plus vendus au monde, tout genre confondus. Mais rafraîchissez-moi la mémoire, de quoi ça parle, au juste ?

Le-Seigneur-des-anneaux-Tome-1-La-fraternite-de-l-anneau-J-R-R-TolkienDans les Terres du Milieu, le mal se propage depuis le Mordor, territoire du terrible Sauron. Frodo est un jeune hobbit. Il hérite de son oncle un anneau qui a le pouvoir de rendre invisible celui qui l’enfile à un doigt. Gandalf le magicien lui révèle que cet anneau est un terrible artefact forgé par Sauron. Sur ses conseils, Frodo, en compagnie de Sam, Merry et Pippin, quitte la Comté, leur pays natal, pour rejoindre Fondcombe, la cité des elfes. Ainsi débute l’aventure.

La Genèse du Seigneur des anneaux

Le Seigneur des anneaux est publié à partir de 1954 et fait suite au Hobbit, publié dix-sept ans plus tôt, et qui avait été un grand succès. C’est son deuxième roman publié, après quelques essais et contes, mais il s’inscrit dans un univers que l’auteur a commencé à imaginer dès les années 1910. De fait, il fait référence à toute une mythologie et des langues que J.R.R. Tolkien a créées et peaufinées jusqu’à son décès en 1973.

Les aventures de Frodo et ses amis ne sont en fait qu’une petite partie de l’histoire de la Terre du Milieu, mais la plus développée et certainement la plus épique.

J-R-R-Tolkien-Le-Silmarillion

Une œuvre immersive

Le Seigneur des anneaux est une œuvre profondément immersive. À l’époque où la fantasy se focalisait plus sur l’aventure et l’action, Tolkien livre une expérience bien plus profonde dans le vaste et grandiose univers qu’il a imaginé. La description des peuples et contrées est tout bonnement fantastique : qui ne s’est jamais représenté le périple au sein de Khazad-dûm, ou Moria, la gigantesque cité perdue des nains ? Qui n’est pas resté rêveur devant la nostalgie des Elfes ? Et devant la fierté désespérée des hommes du Gondor ? De la Comté au Mordor, en passant par Fondcombe, la Lothlórien et le Rohan, l’auteur nous livre des images fantastiques qui hantent le lecteur !

gollum1024x768

Pourquoi un tel succès ?Le-Seigneur-des-anneaux-Tome-2-Le-Seigneur-des-anneaux-J-R-R-Tolkien

On y retrouve certains personnages du Hobbit (Bilbo, Gandalf, Elrond, Gollum…) et un univers connu de ses lecteurs. Mais la ressemblance s’arrête là. Car si le Hobbit s’adresse au départ aux enfants, bien que son succès dépasse largement ce seul public, le Seigneur des anneaux est plus sombre, plus complexe, plus adulte. Plus littéraire, aussi. Il va donner ses lettres de noblesse à la fantasy, genre déjà populaire, avec des auteurs tels que Dunsany, Robert E. Howard, le père de Conan le Barbare et la multiplication des pulps (magazines bon marchés éditant entre autre nouvelles et romans sous forme de feuilletons), et atteindre un public plus large encore, grâce à une écriture de grande qualité. Son monde est décrit et développé, et non pas juste évoqué comme trop souvent dans les œuvres de fantasy de l’époque. C’est un roman qui amène son lot de nouveautés, des nouveautés qui vont marquer le genre, et plus encore. Toutefois, il ne faut pas croire que la critique fut unanime. Que ce soit à l’époque de sa publication ou aujourd’hui, le Seigneur des anneaux a toujours eu des détracteurs, même s’ils sont largement minoritaires.

 Alan-Lee-I

Le-Seigneur-des-anneaux-Tome-3-Le-retour-du-roi-John-Ronald-Reuel-Tolkien

Une adaptation cinématographique ambitieuse

L’adaptation par Peter Jackson de ce chef d’œuvre a toujours divisé la communauté des fans. Je fais partie de cette génération ayant lu une demi-douzaine de fois le Seigneur des anneaux dans mon adolescence, et le film, je me l’étais fait dans ma tête. Lorsque sont sortis les différents films, j’étais partagé entre l’excitation de voire en image ce texte le plus marquant de ma jeunesse, et la peur que ces images ne viennent écraser toutes celles que je me suis faites en lisant les lignes de Tolkien. Cette attente et appréhension fut partagée par de nombreux fans.

Mais en ce qui me concerne, j’ai réussi à séparer les deux œuvres : les films, que je trouve excellents, malgré quelques variantes, et le livre, qui reste pour moi au-dessus. Je plains seulement ceux qui ont vu les films sans avoir lu les livres, car il sera bien compliqué pour eux de s’approprier cet imaginaire. Je passerai le dessin animé sorti en 1978 duquel j’ai gardé un souvenir impérissable, mais pas forcément positif…

111338846690

Une traduction, puis une autre

Le 3e et dernier volet de la trilogie dans la nouvelle traduction de Daniel Lauzon vient de paraître aux éditions Christian Bourgeois. Alors, quid de cette nouvelle traduction ? En toute honnêteté, la différence avec le souvenir du texte, traduit par Francis Ledoux, sur lequel j’ai passé des heures et des heures, est trop grande pour que je puisse aujourd’hui donner un avis personnel sur cette nouvelle version. Mais elle a le mérite de corriger de nombreuses coquilles notamment au niveau des noms. Et elle est aussi louée pour s’approcher davantage de l’écriture de Tolkien selon le souhait de celui-ci.

Paru le 13 octobre 2016

Traduit de l’anglais par Daniel Lauzon

Le Seigneur des anneaux – Tome 3 : Le Retour du roi (Bourgeois) sur Fnac.com

Illustrations d’Alan Lee © – Éditions Bourgeois

Article rédigé par
Gauthier
Gauthier
libraire spécialisé Fantasy et Science-fiction à Fnac Parly 2
Sélection de produits