Actu

Bruce Springteen cède l’ensemble de ses chansons à Sony pour 500 millions de dollars

16 décembre 2021
Par Félix Tardieu
Bruce Springteen en concert au festival Rock in Rio (Brésil, 2013)
Bruce Springteen en concert au festival Rock in Rio (Brésil, 2013) ©Antonio Scorza / Shutterstock

Nouvelle secousse dans l’industrie musicale : Bruce Springteen, icône du rock américain, a vendu l’intégralité de son catalogue de chansons au groupe Sony pour un demi-milliard de dollars, écrasant le précédent record établi par Bob Dylan.

La rumeur enflait déjà depuis quelques mois et vient d’être confirmée par plusieurs sources, dont le magazine Billboard : Bruce Springteen, un des artistes les plus populaires de sa génération – plus de 130 millions d’albums vendus dans le monde, dont une bonne moitié rien qu’aux États-Unis -, aurait signé un contrat faramineux avec Sony Music Entertainment de 500 millions de dollars, cédant ainsi à la filiale du groupe japonais une discographie monumentale, soit plus de 300 chansons, 20 albums studios (dont le tout premier, Greetings from Asbury Park, N.J., est sorti en 1973), sans compter les titres composés pour d’autres artistes, tel que Because The Night (1978), écrit pour Patti Smith. Cette vente ferait ainsi de l’auteur de Born in the U.S.A l’artiste musical « le plus cher » de tous les temps, après que Bob Dylan a cédé l’ensemble de son catalogue à Universal en décembre 2020 pour la modique somme de 300 millions de dollars. 

Cette vente confirme, une fois n’est pas coutume, une tendance qui a gagné les investisseurs et les grandes maisons de disques ces dernières années. Récemment, Mötley Crüe, le groupe de « hair metal » des années 1980-1990, cédait son catalogue à l’entreprise de gestion musicale BMG Rights Management pour 150 millions de dollars, s’ajoutant à une liste déjà longue comprenant des artistes de renom tels que Neil Young, Fleetwood Mac, Paul Simon, Tina Turner, Shakira ou encore les Red Hot Chili Pepper. Plus récemment encore, le catalogue de James Brown était racheté par Primary Wave, société d’édition et de managment, pour 90 millions de dollars. Avec l’essor du streaming et la crise des supports physiques, ces grands groupes misent sur des revenus musicaux à long terme découlant directement du nombre d’écoutes sur les plateformes de streaming, ou encore des revenus générés par la publicité ou les films. Sony Music aurait ainsi dépensé pas moins d’1,4 milliard de dollars au cours des six derniers mois dans l’acquisition de droits musicaux. 

À lire aussi

Article rédigé par
Félix Tardieu
Félix Tardieu
Journaliste
Pour aller plus loin