Actu

Call of Duty Black Ops 6 : que disent les premiers teasers ?

23 mai 2024
Par Quentin Lewis
Sorti en 2010, “Call of Duty Black Ops” reste l'un des plus populaires de la saga.
Sorti en 2010, “Call of Duty Black Ops” reste l'un des plus populaires de la saga. ©Activision

Si la campagne de promotion du futur jeu Call of Duty est pour l’instant relativement cryptique, elle révèle plus d’informations qu’il n’y paraît. Pour mieux comprendre ce jeu de piste, il faut revenir aux origines de la saga.

En 2003, le monde du FPS a changé à tout jamais avec l’apparition d’un jeu qui allait redéfinir le genre du tir à la première personne. Développé à l’époque par Infinity Ward et publié par Activision, le tout premier jeu de la franchise Call of Duty venait prendre la relève des mastodontes du genre de l’époque (tels que Doom ou encore Unreal Tournament) pour proposer une création se situant dans un contexte réaliste.

Si la préférence se porte, pour certains fans de jeux de guerre, sur la franchise Battlefied (débutée un an plus tôt), les ventes de CoD parlent d’elles-mêmes : nous avons affaire au grand gagnant de ce duel. Aussi, le moindre leak du nouvel opus a de quoi faire parler de lui. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’équipe marketing d’Activision est au courant de cette popularité.

Une conspiration percée à jour 

Le premier Black Ops avait émergé des entrailles sombres de la guerre froide, en 2010. Depuis, les jeux de la série qui portent ce nom sont synonymes d’ambiguïté : ils prennent leur racine dans un conflit où les frontières entre alliés et ennemis se brouillent, et où les vérités sont enterrées sous de nombreuses couches de mensonges et de manipulations. Car jouer à un Black Ops, c’est entrer dans la danse des conspirations en tout genre, où sont abordées les thématiques de manipulation psychologique, d’expérimentations illégales et autres coups d’État orchestrés par des puissances occultes. Ils mettent en lumière les événements souvent ignorés ou minimisés dans les récits traditionnels, ajoutant une dose de profondeur critique bienvenue à l’univers Call of Duty.

Et, à en croire les premières informations sur le sixième volet de la saga, le prochain jeu ne dérogera pas à la règle. Qu’il s’agisse des affiches trouvées par une joueuse au détour d’une rue new-yorkaise ou des monuments américains vandalisés dans les teasers disponibles sur plusieurs sites internet mis en place pour la campagne de promo de Black Ops 6, le message est clair : les choses ne sont pas ce qu’elles paraissent être.

« La vérité périt toujours pendant la guerre » (citation de l’un des pères de la tragédie grecque, Eschyle) fait partie des slogans qui inondent les rues de la version fictive des États-Unis teasée dans ce nouveau jeu. Si Activision se veut encore cryptique, la présentation du 9 juin prochain au Xbox Games Showcase devrait lever le voile sur certains de ces mystères.

À partir de
63,99€
En stock
Acheter sur Fnac.com

À lire aussi

Article rédigé par