Actu

Dune : 3 choses à retenir du premier film pour se préparer à sa suite 

03 mars 2024
Par Robin Negre
Timothée Chalamet et Rebecca Ferguson dans “Dune, première partie”.
Timothée Chalamet et Rebecca Ferguson dans “Dune, première partie”. ©Warner Bros.

À l’occasion de sa diffusion sur TF1 ce dimanche 3 mars, L’Éclaireur revient sur les trois points à bien avoir à l’esprit avant de découvrir Dune, deuxième partie.

1 Le jeu de pouvoir des Grandes Maisons

L’univers dans Dune répond à un système féodal et à la soumission des Grandes Maisons envers l’Imperium et l’Empereur. Comme toute organisation monarchique, les tensions sont de mises et l’intrigue du premier film de Denis Villeneuve pose le conflit entre deux Grandes Maisons : les Atréides et les Harkonnen.

La menace de l’influence grandissante d’une Maison pousse ainsi l’Empereur a prendre des décisions dangereuses, et lance le destin du jeune Paul Atréides, incarné par Timothée Chalamet. Le premier Dune est important pour comprendre son échiquier politique, et pour les rapports de force mouvants entre les Grandes Maisons.

La bande-annonce de Dune, première partie.

2 La place des Bene Gesserit

C’est l’élément le plus cryptique du film : l’organisation des Bene Gesserit, femmes sorcières aux pouvoirs étranges et à l’influence absolue. Dune, première partie (2021) présente cette sororité et dévoile son objectif : créer l’être parfait capable d’amener l’humanité vers un monde nouveau.

Pour se faire, les Bene Gesserit contrôlent scrupuleusement les naissances de leur ordre et distillent des prophéties à travers toute la galaxie. Jessica, la mère de Paul, fait partie des Bene Gesserit et le premier volet montre comment sa volonté personnelle a un impact primordial sur le destin de l’univers.

À partir de
107,39€
En stock vendeur partenaire
Voir sur Fnac.com

3 La particularité d’Arrakis

Au centre des conflits politiques et des jalousies se trouve Arrakis, planète de sable convoitée pour son épice, ressource la plus importante de l’univers. Les Harkonnen détiennent Arrakis depuis des décennies et par ordre impérial doivent quitter les lieux pour laisser les Atréides en prendre le contrôle.

Un cadeau empoisonné de la part de l’Empereur, qui attise les tensions existantes. Sur Arrakis, l’hostilité de la planète soumet les corps et les esprits à de nouveaux extrêmes et la solution réside peut-être dans le peuple natif d’Arrakis, les Fremen…

À lire aussi

Article rédigé par