Article

Masters of the air : on a rencontré le casting cinq étoiles de la nouvelle série AppleTV+

25 janvier 2024
Par Agathe Renac
“Masters of the air” est diffusé à partir du 26 janvier 2024 sur Apple TV+ et Canal+.
“Masters of the air” est diffusé à partir du 26 janvier 2024 sur Apple TV+ et Canal+. ©Apple TV+

Austin Butler, Callum Turner, Anthony Boyle, Nate Mann, Barry Keoghan, Rafferty Law et Gary Goetzman nous ont fait entrer dans les coulisses de ce show événement.

C’est l’une des séries les plus attendues de l’année, et pour cause. Après Frères d’armes (Band of Brothers) et L’Enfer du Pacifique (The Pacific), le troisième volet du triptyque sériel coproduit par Steven Spielberg et Tom Hanks s’intéresse aux pilotes américains durant la Seconde guerre mondiale. Un sujet fort, incarné par un casting hors norme. En effet, Masters of the air peut compter sur la présence d’Austin Butler (Elvis), Callum Turner (Les Animaux fantastiques), Anthony Boyle (Tolkien), Nate Mann (Licorice Pizza), Barry Keoghan (Saltburn), et le fils de Jude Law, Rafferty Law (Twist). L’Éclaireur a eu la chance de rencontrer l’équipe, avant l’arrivée de la série ce 26 janvier sur AppleTV+ et MyCanal.

« Ces mecs sont des héros »

Les neuf épisodes de la production d’Apple suivent les « Bloody hundred », des pilotes de la huitième Air Force américaine, basés en Angleterre et qui effectuaient de dangereux raids de bombardements sur des cibles stratégiques de l’Allemagne nazie. Plus de 80 ans après les faits, la série s’est inspirée du livre de l’historien Donald Miller pour raconter ces destins tragiques, et la vie de ces soldats qui ont dû faire face à des événements difficiles, aussi bien d’un point de vue physique que psychologique.

Interrogé lors de la table ronde organisée par la plateforme, le co-producteur, Gary Goetzman, nous a confié la genèse de ce projet : « Le père de Steven Spielberg était un pilote durant la Seconde guerre mondiale, et il se demandait pourquoi son fils n’avait toujours pas traité ce sujet dans l’un de ses films. Nous avons échangé sur la possibilité d’une telle production avec Steven et Tom [Hanks, ndlr], en nous demandant si c’était réellement une bonne idée. C’était une bonne histoire, et nous voulions être sûrs de bien faire les choses d’un point vue de technique. Après un long moment, nous avons décidé de nous lancer dans cette aventure ! »

©Apple TV+

De leur côté, les membres du casting étaient très excités à l’idée de participer à ce tournage. « On parle de Steven Spielberg, de Tom Hanks, de la suite de Frères d’armes et de L’Enfer du Pacifique, s’exclame Barry Keoghan. Masters of the air, c’est aussi la mise en avant d’une nouvelle génération d’acteurs. C’était génial de faire partie de ce projet et de vivre ce moment avec eux. » Les témoignages s’enchaînent, mais un seul mot revient en boucle : « honneur ».

L’honneur de tourner avec de grands noms du petit et du grand écran, mais aussi celui d’incarner des personnages historiques et héroïques. Austin Butler admet que « ces mecs ont sauvé le monde », et Anthony Boyle complète en expliquant que ce sont « de vrais héros, car ils montaient dans ces avions des années 1920 en sachant pertinemment que leurs chances de survie étaient très faibles ».

Anthony Boyle dans Masters of the air.©Apple TV+

Tous sont impressionnés par leur courage et les responsabilités qu’ils avaient à un si jeune âge. Ils ont été profondément touchés par leurs personnages, et ont été bouleversés par cette expérience. Barry Keoghan admet que « le mot ”honneur” n’a plus le même sens » depuis cette expérience, et Rafferty Law a quant à lui « réalisé les privilèges que nous avons aujourd’hui ».

Une immersion totale dans les coulisses de la guerre

Plus qu’une succession de récits de vie, Masters of the air est une vraie claque cinématographique. La qualité des neuf épisodes est exceptionnelle, et n’a rien à envier aux blockbusters hollywoodiens. Effets spéciaux, ralentis, bande originale remarquable… Le budget de 300 millions de dollars (qui fait de la série l’une des plus chères de l’histoire) se ressent.

« Steven Spielberg a clairement dit que cette production était la plus grosse qu’il avait pu faire, explique Austin Butler. Ils n’ont rien laissé au hasard, tout était calculé. Ils nous ont même donné une carte pour nous retrouver dans les studios, tellement c’était gigantesque et ultra-immersif. »

Callum Turner et Austin Butler dans Masters of the air.©Apple TV+

De son côté, Anthony Boyle se souvient de son premier jour sur le plateau : « Il y avait des répliques d’avions sur d’énormes systèmes hydrauliques, des caméras 360°, plus de 200 personnes sur des ordinateurs à taper des codes, une centaine en uniforme… J’avais l’impression d’être dans Minority Report ! On était entouré par la technologie, c’était fou. »

Une fois dans l’avion, l’acteur britannique avait la sensation d’être dans des montagnes russes. « Les prises étaient longues : durant 15 minutes, on était secoués et on se cognait la tête contre les armes et le décor. C’était fatigant, mais tellement drôle ! » Nate Mann a, lui aussi, été très marqué par ce moment, mais pour une tout autre raison : « on passait des heures dans ces avions sans pouvoir aller aux toilettes, c’est l’un de mes pires souvenirs », dit-il dans un rire.

Barry Keoghan et Austin Butler dans Masters of the air.©Apple TV+

Par souci de réalisme, certains acteurs ont même rencontré les familles des soldats qu’ils incarnent à l’écran. Rafferty Law a échangé avec les proches du « vrai » sergent Ken Lemmons pour mieux appréhender son personnage. « Son livre m’a permis de comprendre son expérience et son regard sur la guerre, mais ses enfants m’ont confié de nombreux détails sur leur père, comme sa façon de sourire, de marcher, ou de se comporter. » Les comédiens ont aussi suivi un programme digne d’un camp d’entraînement.

« Dès le premier jour, on ne pouvait pas entrer dans un bâtiment avec un chapeau sur la tête, sinon, c’était 50 pompes d’affilée », se souvient Rafferty Law. « Ces semaines d’apprentissage nous ont permis d’intégrer les bases, affirme Austin Butler. Nous avons suivi des cours sur la Seconde guerre mondiale, appris les manières de marcher et de saluer des soldats, analysé le pilotage d’un B17… » « C’était dingue, conclut Anthony Boyle. On ne s’appelait plus Anthony ou Nate, mais Major Crosby et Rosie. On entrait complètement dans nos personnages. »

Colonie de vacances

Au fil des interviews, les anecdotes et les souvenirs s’enchaînent, et on ne peut que sourire face à la complicité qui lie les membres de l’équipe. « Quand tu mets 60 ou 80 acteurs masculins dans un camp d’entraînement, tu peux t’attendre à ce qu’il y ait une sorte de compétition et une guerre d’égo, relate Rafferty Law. En réalité, c’était tout l’inverse sur notre plateau. Dès le premier jour, le groupe était très solidaire et on avait cette sensation d’être ultra-liés. »

Rafferty Law dans Masters of the air.©Apple TV+

Anthony Boyle partage ce sentiment. Il connaissait quelques comédiens avant le tournage, car beaucoup étaient Anglais ou Irlandais. « Nate [Mann, ndlr] était l’un des rares Américains avec nous, donc j’ai commencé à lancer la rumeur selon laquelle il était le fils de Tom Hanks, se souvient-il avec amusement. Petit à petit, tout le monde venait lui dire : ”J’adore le travail de ton père !”. Nate les remerciait, sans réellement comprendre. C’était génial.”

Cette ambiance de colonie de vacances leur a permis de nouer des liens forts, et ça se ressent à l’écran. La fraternité est au centre de l’histoire, et donne une tonalité plus humaine et touchante à la série. Au fil des mois, Masters of the air a su attiser notre curiosité à coup de teasers et images exclusives, mais l’attente en valait clairement la peine. Belle, prenante et savamment construite, la série a tout pour devenir un show culte et incontournable.

Masters of the air est diffusé à partir du 26 janvier 2024 sur Apple TV+ et Canal+, au rythme d’un épisode par semaine.

À partir de
48,14€
En stock vendeur partenaire
Voir sur Fnac.com

À lire aussi

Article rédigé par
Agathe Renac
Agathe Renac
Journaliste