Actu

C’est quoi Zombieverse, ce mélange de Squid Game et Walking Dead sur Netflix ?

11 juillet 2023
Par Vincent Oms
"Zombieverse" est disponible depuis le 8 août sur Netflix.
"Zombieverse" est disponible depuis le 8 août sur Netflix. ©Netflix

Annoncé par Netflix avec un trailer à l’appui, Zombieverse proposera une télé-réalité en pleine apocalypse zombie. Et ça promet.

Proposer à des candidats de survivre à une invasion de morts-vivants sous l’œil des caméras, avec des règles farfelues ? Netflix et les producteurs de cette série coréenne (qui n’est pas une « vraie » télé-réalité) se sont dit qu’ils avaient trouvé une idée de génie.

Le scénario a le mérite d’être simple : un groupe de personnes devra survivre à une journée remplie d’objectifs, comme trouver de la nourriture, des abris, des armes et bien sûr d’éviter la morsure. Un habile mélange de Squid Game ou Alice in Borderland avec des shows du genre plus traditionnels comme The Walking Dead, évidemment.

Après la K-Pop, les K-series

Les séries coréennes ont le vent en poupe sur la chaîne de streaming, comme l’ont prouvé récemment les succès de Black Knight ou encore The Glory. Tout sauf un hasard, puisque Netflix investit massivement dans les créations asiatiques, et que la Corée du Sud a fait montre d’un talent fou dans tous les aspects de ces productions.

Pour le public coréen, Zombieverse présentera aussi l’avantage de mettre en avant des célébrités, avec l’acteur Park Na-rae, le rappeur DinDin, ou encore l’ancien joueur de baseball Yoo Hee-kwan. Un casting qu’il serait facile d’adapter à d’autres pays en cas de succès.

©Netflix

Zombies-fluorés

L’apocalypse zombie débutera dans les rues de Séoul et surtout sur Netflix dès le 8 août prochain. Pour s’assurer de sa qualité, les producteurs ont eu la bonne idée de faire appel aux équipes créatives derrière les séries All of Us Are Dead ou encore de Kingdom, autres succès zombiesques récents.

Un gage de morts-vivants en pleine forme, donc, qui devraient terroriser les participants de cette télé-réalité fictive comme les spectateurs, sans oublier une grosse part d’autodérision. La scène en autotamponneuses du trailer en donne un avant-goût savoureux. Un « re-retour » à Zombieland, en somme.

À lire aussi

Article rédigé par
Vincent Oms
Vincent Oms
Journaliste
Pour aller plus loin