Actu

C’est quoi Vortex, cette série française à succès qui débarque aujourd’hui sur Netflix ?

02 juin 2023
Par Vincent Oms
Dans la mini-série "Vortex", Tomer Sisley est un commandant de la SRPJ.
Dans la mini-série "Vortex", Tomer Sisley est un commandant de la SRPJ. ©Netflix

La production de Franck Thilliez avec Tomer Sisley en tête d’affiche promet une histoire haletante qui mêle polar et science-fiction.

Après un rôle dans le formidable Don’t Look Up (2021), Tomer Sisley est revenu à l’écran en janvier dernier dans une mini-série diffusée par France 2 et créée par Franck Thilliez, Camille Couasse et Sarah Farkas. Mêlant polar et science-fiction, Vortex a séduit 4,31 millions de téléspectateurs, une jolie performance. À l’image de la série L’amour (presque) parfait, qui avait connu une seconde vie sur Netflix, Vortex fait ses débuts sur la plateforme de streaming ce 2 juin.

L’occasion de découvrir cette réussite française dans un domaine pourtant surchargé : celui des voyages temporels. Outre l’incontournable trilogie Retour vers le Futur, nombre de shows s’appuient sur cette chimère, de Manifest (qui va se conclure avec sa saison 4), à Timeless en passant par le récent Project Lazarus.

Mille tonnerres… de Brest

Nous sommes en 2025. Ludovic (Tomer Sisley), commandant de police à Brest, s’est remarié après le décès tragique de sa première épouse en 1998, quelques jours après la victoire des Bleus en Coupe du Monde. Retrouvée morte en contrebas d’une falaise après son habituel jogging, Mélanie (Camille Claris) va revenir dans la vie de Ludovic d’une façon étonnante.

Alors qu’il enquête sur un meurtre similaire au même endroit, presque 30 ans plus tard, une faille temporelle fait apparaître son ex-femme, avec laquelle il peut converser. Il va dès lors tout faire pour tenter de la sauver.

« I will survive »

Malheureusement, l’impact de ces tentatives sur le présent est dramatique. Sans révéler leur nature, disons juste que l’on ne peut pas manipuler le passé impunément, et que les conséquences peuvent être aussi terribles qu’imprévisibles. Les enjeux de la mini-série tournent autour de l’enquête de Ludovic, de ses actions sur le passé, mais aussi, sur une touche plus réjouissante, de la première étoile remportée par l’équipe de France.

Les spectateurs auront tôt fait de dévorer les six épisodes de 52 minutes, qui en dépit de certaines incohérences promettent un suspens haletant. Et qui sait, la série pourrait même connaître une carrière à l’international, sur les traces de Dix pour Cent.

À lire aussi

Article rédigé par
Vincent Oms
Vincent Oms
Journaliste