Actu

WhatsApp : plainte européenne contre les nouvelles conditions d’utilisation de la messagerie

12 juillet 2021
Par Thomas Estimbre

Le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) a porté plainte auprès de la Commission européenne contre WhatsApp. Il reproche à la messagerie de Facebook la mise en place d’une nouvelle politique de confidentialité, qu’il juge “ni transparente ni compréhensible”.

Facebook n’en a pas fini avec la polémique entourant la nouvelle politique de confidentialité de WhatsApp. Après le tollé provoqué par l’annonce en début d’année, la messagerie avait rétropédalé concernant sa mise à jour controversée. Entrées en vigueur le 15 mai dernier, ces nouvelles conditions d’utilisation ne sont pas du goût de plusieurs associations européennes. L’AFP rapporte que le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) a porté plainte auprès de la Commission européenne contre WhatsApp à propos de la modification de sa politique de confidentialité. Dans un communiqué publié ce lundi, le BEUC et huit de ses organisations membres, dont l’UFC-Que choisir en France, estiment que ces nouvelles règles “ne sont ni transparentes ni compréhensibles pour les utilisateurs”.

 © Creative Commons / arivera
© Creative Commons / arivera

À plusieurs reprises, nous avons évoqué cette polémique et la confusion autour de la communication du réseau social. En début d’année, WhatsApp avait indiqué à ses quelque 2 milliards d’utilisateurs qu’ils devaient partager leurs données avec Facebook. Face à la polémique, la messagerie avait clarifié sa position et retardé le changement de ses conditions d’utilisation. Elle avait finalement changé de ton et apporté des modifications pour “dissiper toute confusion possible”. WhatsApp avait toutefois posé un ultimatum à ses utilisateurs, expliquant qu’ils devaient accepter les nouvelles conditions d’utilisations sous peine de devoir se contenter d’une version limitée.

Il est possible de refuser les nouvelles conditions d’utilisation de WhatsApp sans conséquence

Alors que plusieurs pays, dont l’Allemagne, ont interdit temporairement à Facebook d’utiliser les données de WhatsApp, l’entreprise a finalement fait le choix de ne pas limiter les fonctionnalités de son application. Un porte-parole de la firme a confirmé cette décision en mai dernier, auprès du média américain The Next Web.

WhatsApp : quelles alternatives sécurisées à l’app de messagerie la plus populaire au monde ?

L’union de consommateurs a cependant décidé de saisir la Commission européenne. “Depuis des mois, WhatsApp bombarde les utilisateurs de messages agressifs et répétés pour les forcer à accepter ses nouvelles conditions d’utilisation et sa politique de confidentialité”, estime la directrice générale du BEUC, Monique Goyens. L’organisation ajoute qu’il est “impossible pour les consommateurs d’avoir une idée claire des conséquences des changements sur la protection de leur vie privée, notamment en ce qui concerne le transfert de leurs données personnelles vers Facebook et d’autres tierces parties”.

Le manque de clarté de WhatsApp est pointé du doigt

Sa directrice ajoute que “WhatsApp a été délibérément vague à ce sujet et les consommateurs seraient exposés à un traitement de leurs données de grande envergure sans consentement valable (…) Nous demandons aux autorités de prendre rapidement des mesures à l’encontre de WhatsApp pour s’assurer qu’il respecte les droits des consommateurs”, a-t-elle ajouté. C’est maintenant à la Commission européenne et aux autorités nationales chargées de la protection des consommateurs de décider si elles souhaitent ouvrir une enquête.

Article rédigé par
Thomas Estimbre
Thomas Estimbre
Journaliste