Test

Test de Zelda: Skyward Sword HD – la meilleure manière de (re)découvrir le plus incompris des Zelda

13 août 2021
Par Sofian Nouira

En résumé

Alors ? Faut-il craquer sur ce Skyward Sword HD ? L’un des Zelda les plus mal aimés de l’histoire trouve ici une forme de rédemption, car cette version Switch parvient à gommer en partie les défauts du jeu d’origine. Ce qui le rend logiquement plus agréable à pratiquer. Mais, au-delà de ces considérations, les amateurs de la saga qui ne connaissent pas la version Wii du titre devraient se jeter sur ce Skyward Sword HD. Certes, il se montre lent à démarrer, assez linéaire et sa jouabilité améliorée reste perfectible. Néanmoins, une fois vraiment lancé dans l’aventure, tous ces petits défauts vous paraîtront très surmontables au regard des qualités que développe sur la durée ce Skyward Sword HD.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Deux modes de contrôle
  • La jouabilité aux Joycons, plus précise qu’avec les Wiimotes
  • Globalement agréable sur le plan technique
  • L’aventure prend une belle ampleur dans la seconde moitié du jeu
Les moins
  • Le scénario lent à démarrer
  • Un déroulement assez linéaire
  • Le remaster technique un peu fainéant

Notre test détaillé

La sortie d’un nouveau Zelda est toujours un événement. Avec Skyward Sword HD, Nintendo nous propose cette fois une version remise au goût du jour d’un épisode sorti il y a pile-poil dix ans sur la Wii. Fort de graphismes désormais HD et d’une ergonomie repensée, ce nouveau jeu parviendra-t-il à redorer le blason de l’un des rares jeux qui n’ont pas fait l’unanimité auprès des fans de la licence ? La réponse au bout du test !


The Legend of Zelda
, le tout premier jeu de la saga à succès, souffle cette année sa 35e bougie. Nintendo s’est fendu pour l’occasion de plusieurs annonces, afin de célébrer l’une de ses licences les plus adulées dans le monde. Les fans rêvaient d’un Ocarina of Time entièrement refait ou d’une compilation sur Switch de remasters d’épisodes 3D tels que Wind Waker et Twilight Princess, un peu à la manière de Super Mario 3D All-Stars. Au lieu de ça, ils auront… Le remaster Skyward Sword HD. Rappelons qu’un remaster est une version remaniée d’un ancien jeu. Les améliorations portent généralement sur l’aspect graphique, afin d’afficher convenablement lesdits jeux sur nos écrans modernes. Il peut aussi arriver que l’éditeur d’un remaster décide de retoucher l’ergonomie, pour proposer une maniabilité plus en phase avec les attentes des joueurs actuels. Mais dans tous les cas, un remaster reste fidèle au matériau de base, et n’est donc pas un remake. Dans ce dernier cas de figure, le jeu est entièrement recréé, parfois en prenant de grandes libertés avec l’œuvre d’origine. Ainsi, la compilation Super Mario 3D All-Stars est-elle l’exemple parfait d’un remaster, tandis que les récents Final Fantay VII Remake et Resident Evil 2 illustrent bien ce que peut être un remake.

Le mal-aimé

Pour en revenir à Zelda: Skyward Sword HD, son annonce a été assez tièdement accueillie par une partie des amateurs de la licence, dans la mesure où cet épisode est l’un des rares titres clivants de la série. Un “honneur” qu’il partage d’ailleurs avec Zelda 2. Il faut dire qu’il s’agit ici d’une version remise au goût du jour de Skyward Sword, un épisode initialement sorti sur Wii il y a dix ans, et qui n’avait pas fait l’unanimité à l’époque. Notamment du fait de sa jouabilité adaptée aux Nunchuks de cette console, des manettes réagissant aux mouvements. Une nouveauté qui n’avait pas manqué de froisser les puristes. De plus, avec Skyward Sword HD, Nintendo vend ce seul jeu plein tarif, alors que la compilation Super Mario 3D All-Stars est proposée à un prix plus doux.

Voilà pour le décor. Mais faisons fi de tout préjugé et voyons maintenant ce que vaut Skyward Sword HD manette en main.

Aux origines de la saga

L’histoire que nous conte ce jeu n’a pas changé d’un iota. Elle nous met donc toujours aux commandes d’un Link apprenti chevalier, qui vit sur une île volant au-dessus des nuages. Dans ce monde, la terre ferme a été corrompue par une entité maléfique des siècles auparavant, et les humains ont donc fui sur des îles célestes.


Au gré des pérégrinations de notre héros, on croise une galerie de personnages hauts en couleur, une flopée de créatures maléfiques, ainsi que les fameux Célestiers. Nous n’en dirons pas plus pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte à ceux qui n’ont pas profité du jeu sur Wii à l’époque. Sachez juste que ce Skyward Sword est tout de même considéré comme le premier Zelda d’un point de vue chronologique. Si vous appréciez la saga, il représente donc un passage quasi obligé. Heureusement, ce n’est pas la seule raison qui pousse à y jouer et le titre a beaucoup d’autres qualités.

Une technique au goût du jour

À commencer par sa technique. Remaster oblige, Nintendo a évidemment dépoussiéré les graphismes de cet opus sur Switch, qui tourne en 60 fps qui plus est. Bien sûr, l’ensemble n’est pas du niveau d’une production contemporaine où tout aurait été créé de zéro. On croise régulièrement des textures qui accusent leur âge, et on sent parfois le poids des ans sur certaines animations.

On pourra parfois accuser l’éditeur de n’avoir procédé qu’à un simple lissage. Mais, dans l’ensemble, les développeurs de Nintendo ont tout de même réaliser un joli travail d’amélioration, sans doute simplifié par le fait que la direction artistique reste efficace, même une décennie plus tard. Au final, sans être le plus beau jeu de la Switch, Skyward Sword HD n’a vraiment pas à rougir de sa réalisation technique.

Une jouabilité repensée, mais…

La jouabilité était l’un des défauts majeurs pointés du doigt lors de la sortie initiale du titre il y a dix ans. Bonne nouvelle, Nintendo a également revu sa copie sur ce point. Rappelons que le jeu était à l’époque pensé pour être utilisé avec les Nunchuks, les fameuses manettes à détection de mouvements de la Wii. Ces accessoires ont permis à la console de régner dans les salons en rendant accessible le jeu vidéo à toute la famille. Mais ils n’ont jamais été des modèles de précision. Ce qui n’a pas manqué de provoquer quelques crises dans le cadre d’un jeu aux combats aussi précis qu’un Zelda. Nintendo était donc attendu de pied ferme pour la maniabilité de ce nouveau Skyward Sword HD.

La firme de Kyoto a opté pour une double approche. On retrouve des contrôles gestuels dans la même veine que ceux de la version Wii, avec les mouvements des Joycons qui remplacent ceux des Nunchuks. L’ensemble se paie le luxe d’être plus précis qu’à l’époque, avec une très bonne reconnaissance de mouvements à la clé. Le seul petit bémol est à aller chercher du côté de la latence, qui reste un peu élevée. Cela ne gêne néanmoins pas vraiment une fois plongé dans le jeu. Nintendo a aussi eu la bonne idée d’ajouter un nouveau mode de contrôle. Pour ceux qui ne veulent pas gesticuler devant leur jeu, il est désormais possible d’utiliser le stick droit pour porter les coups d’épée. Chaque direction correspond ainsi à un angle de coup. Si vous faites un mouvement du pouce vers le haut avec ce stick droit, Link portera un coup allant du bas vers le haut. Une formule qui fonctionne assez bien dans l’ensemble… après un temps d’adaptation. En effet, le stick droit est habituellement dévolu au contrôle de la caméra sur l’écrasante majorité des jeux en 3D. Dans Skyward Sword HD, il faut maintenir pressée la touche ZL avant de jouer du stick, ce qui est loin d’être intuitif et nécessitera donc un peu d’habitude.

Une aventure qui tarde à décoller

Une fois la maniabilité assimilée, l’aventure peut commencer. Ou presque. Nintendo n’ayant pas revu la structure intrinsèque du jeu, Skyward Sword HD garde deux défauts qu’on trouvait chez son prédécesseur. Le jeu souffre ainsi d’un déroulement global assez linéaire et d’un début un peu trop plat. Le titre démarre lentement, et se révèle parfois même un brin ennuyeux sur les premières heures. Cela vous laisse, certes, le temps de maîtriser les contrôles, mais ce Skyward Sword HD souffre de la comparaison avec d’autres Zelda en 3D, qui parviennent à installer leur univers sans pour autant ennuyer le joueur. Malgré ces lenteurs, vous auriez tort d’en rester là et de ne pas continuer. Car, passées ces premières heures, l’aventure prend enfin son envol, avec notamment d’excellents donjons.

Conclusion

Alors ? Faut-il craquer sur ce Skyward Sword HD ? L’un des Zelda les plus mal aimés de l’histoire trouve ici une forme de rédemption, car cette version Switch parvient à gommer en partie les défauts du jeu d’origine. Ce qui le rend logiquement plus agréable à pratiquer. Mais, au-delà de ces considérations, les amateurs de la saga qui ne connaissent pas la version Wii du titre devraient se jeter sur ce Skyward Sword HD. Certes, il se montre lent à démarrer, assez linéaire et sa jouabilité améliorée reste perfectible. Néanmoins, une fois vraiment lancé dans l’aventure, tous ces petits défauts vous paraîtront très surmontables au regard des qualités que développe sur la durée ce Skyward Sword HD.

Article rédigé par
Sofian Nouira
Sofian Nouira
Journaliste