Comment l’Inde a inspiré certains compositeurs de musique classique…

19 septembre 2013
Par Frédérique
Comment l'Inde a inspiré certains compositeurs de musique classique...
©DR

Source d’inspiration pour les compositeurs classiques du XIXème siècle, voici l’Inde de pacotille et de carton-pâte de « Lakmé » et de « La Bayadère ». Au XXème siècle l’intérêt pour l’Inde gagne en authenticité, grâce à une meilleure connaissance du pays et de sa culture. Les compositeurs s’intéressent aux textes sacrés, aux auteurs, ou même au système musical comme Phil Glass. Ces emprunts, fidèles ou non à la « vraie » culture indienne m’ont donné l’idée de ce parcours « classico-exotique »…

L’Orient a depuis longtemps inspiré les musiciens occidentaux. Au XVIIIème siècle, l’Orient à la mode est plutôt à rechercher en Chine ou en Turquie (comme dans la musique du Bourgeois Gentilhomme de Lully), on cherche aussi l’évasion aux Amériques, comme c’est le cas pour les Indes Galantes de Rameau. Mais, au XIXème siècle, l’intérêt se porte aussi vers l’Inde, avec laquelle l’Europe a plus de relations. Le pays charme et fascine, sans être toujours ni très bien connu, ni très bien compris. Mais c’est un point de départ pour l’imagination.

La fascination pour un pays et une culture incompréhensibles est ainsi le point de départ de plusieurs opéras et ballets. Dans Lakmé de Léo Delibes, le jeune officier colonial John Smith tombe amoureux d’une très jeune fille brahmane, Lakmé (une déformation française du prénom sanskrit Lakshmi). La jeune fille meurt d’amour au départ de son soupirant. Le livret est en fait librement inspiré d’un roman de Pierre Loti, Le mariage de Rarahu. Pour George Bizet, c’est au Sud du sous continent indien, sur l’île de Ceylan, que se déroule sa tragédie Les pêcheurs de perles, opéra sur l’amitié de deux pêcheurs Nadir et Zurga et leur amour commun pour Leïla, prêtresse Brahmane qui a fait vœu de chasteté. Franz Schubert trouvera aussi en Inde l’argument de son opéra Sakontala. Composé sur un livret de son ami Johann Philipp Neumann, Sakontala s’inspire de la traduction allemande, très appréciée de Goethe d’un drame du poète indien du IVème siècle Kalidasa, La reconnaissance de Sakuntala. Ce drame conte les amours contrariés du roi Dushyanta et de Sakuntala, fille adoptive d’un sage, ils seront séparés et finalement de nouveau réunis. C’est aussi en Inde, que le compositeur russe Léon Minkus puisera l’idée de son ballet La Bayadère, histoire improbable des amours interdits de Nikiya, danseuse de temple, (bayadère ou devadasi), et du guerrier Solor, que son chef le Rajah de Golconde destine à sa fille la princesse Gamzatti.

Au XXème siècle, les contacts avec l’Inde sont plus étroits et plus directs. Les musiciens ont accès aux textes classiques et s’en inspirent, comme l’anglais Jonathan Harvey. D’autres, lors de séjours en Inde, s’initient à la musique classique indienne, du Sud, comme le français Jacques Charpentier, ou du Nord, comme l’américain Phil Glass. En effet pour Phil Glass, sa rencontre avec le musicien Ravi Shankar en 1966 et la découverte de la musique indienne, seront décisifs et influenceront sa façon de composer puisqu’il s’inspirera des procédés rythmiques, cycliques et répétitifs de la musique d’Inde du Nord. Dans son opéra Satyagraha, terme que l’on traduit généralement par non-violence, Phil Glass évoque un épisode de la vie de Gandhi. Alors installé au sein de la communauté indienne d’Afrique du Sud, Gandhi prend conscience de la nécessité de défendre son peuple contre les discriminations des africaners et élabore sa doctrine de la résistance non-violente comme moyen de combat. Cet opéra est le deuxième volet d’une Trilogie dans laquelle Phil Glass évoque de grandes figures ayant, selon lui, influencé l’humanité, après Einstein on the beach et avant Aknaten.

Le dernier opéra que je souhaite évoquer, sans doute mon préféré de cette liste avec Lakmé, est The flowering tree de John Adams. Le livret, écrit par John Adams et Peter Sellars, s’inspire d’une légende du Karnataka, région du sud de l’Inde. Ce quatrième opéra a été créé en 2006 à Vienne pour commémorer le 250è anniversaire de la naissance de Mozart. John Adams, rendant hommage à la Flûte enchantée a choisi un thème mêlant magie et cheminement mystique qui trouvera comme pour Tamino et Pamina, les héros mozartiens, son accomplissement dans l’amour. Kumudha, jeune fille pauvre a le pouvoir de se transformer en arbre qui donne des fleurs merveilleuses. C’est ce qui séduit un prince qui l’épouse. La jalousie de la sœur du prince transforme Kumudha en un être hideux et méconnaissable mi-humain mi-arbre. Au bout de bien des souffrances et d’un heureux hasard (mais est-ce bien un hasard ?), le couple se trouvera de nouveau réuni.

Même si les références diffèrent avec le temps, selon la connaissance que l’on a acquise de ce pays, l’Inde continue d’inspirer les artistes occidentaux qui puisent dans sa culture et ses traditions anciennes, aussi bien que dans son histoire récente. Tous ces emprunts ont ainsi donné naissance à de magnifiques œuvres d’art…

À partir de
30,28€
En stock vendeur partenaire
"Lakmé" est surtout célèbre pour son "Air des clochettes" et son "Duo des fleurs", mais le reste gagne vraiment à être connu. J'ai choisi la version, certes un peu ancienne mais plus convaincante de Richard Bonynge avec Joan Sutherland dans le rôle titre.
Acheter sur Fnac.com
À partir de
25,90€
En stock vendeur partenaire
Moins connu que Carmen et d'une toute autre inspiration, on se souviens surtout de l'air de Nadir, grand classique pour les ténors. Ici, Alain Vanzo, voix claire et diction parfaite ; et la jeune et fraîche Ileana Cotrubas pour Leïla. A (re)découvrir !
Acheter sur Fnac.com
43,99€
33€
Opéra inédit et "presque achevé" de Schubert, ici reconstitué par le compositeur danois Karl Aage Rasmussen. Un très beau drame romantique dans une interprétation de qualité. Une heureuse re-création !
Voir sur Fnac.com
À partir de
34€
On retrouve dans "La Bayadère", chorégraphiée par Marius Petipa, les grands thèmes du ballet romantique, l'Inde n'étant qu'un très beau prétexte aux décors et aux costumes. Cette production du Royal Ballet de Londres est en tout point somptueuse.
Voir sur Fnac.com
À partir de
28,27€
En stock vendeur partenaire
"Satyagraha", chanté en sanskrit, donne une plus grande part aux chœurs et à l'orchestre que le premier opéra de Glass. Les scènes évoquent des évènements, des situations, des idées. Le voici dans une version très réussie de l'opéra de Suttgart .
Acheter sur Fnac.com
Au regard du livret, on regrette qu'il n'existe pas de version DVD ! Cette partition tour à tour poétique, tendre ou épique, comme Adams en a le secret, est servie par une très belle interprétation aussi bien des solistes, de l'orchestre que des chœurs.
Voir sur Fnac.com
Article rédigé par
Frédérique
Frédérique
libraire sur Fnac.com