Dossier

Tablettes : ont-elles atteint l’âge de la maturité ?

06 janvier 2021
Par Thomas Estimbre

Dix ans après la sortie de l’iPad, les tablettes ont trouvé leur place aux côtés des smartphones et autres ordinateurs. Une décennie d’évolution qui a permis à la tablette de générer de nouveaux usages et d’explorer de nouveaux horizons.

Nouvel iPad Pro Apple

© Apple

Lorsque Steve Jobs est monté sur scène en 2010 pour présenter sa première ardoise, il ambitionnait de bouleverser le marché comme il avait su le faire trois ans plus tôt, en 2007, avec l’iPhone. L’emblématique patron de la marque à la pomme a fait naître un nouveau marché, ou plutôt relancé un segment à l’abandon. Si l’histoire récente de la tablette tactile est intimement liée à la réussite de l’iPad, cet appareil, à mi-chemin entre le téléphone et l’ordinateur portable, existait déjà dans les années 1980. L’assistant personnel ou PDA a lui aussi inspiré la tablette, à commencer par Apple avec le Newton. Apparu en 1993, l’ancêtre de l’iPad a accompagné les années noires d’Apple et n’a pas connu la même destinée que son successeur. Son abandon en 1998 coïncide avec le retour aux affaires de Steve Jobs, et il faut attendre plus de dix ans pour voir la première tablette tactile grand public s’imposer sur le marché. Après des débuts en fanfare qui lui ont permis de se faire une place dans les foyers, la tablette n’a pas marché dans les pas du smartphone et a rapidement dû faire face à une crise existentielle. Présentée comme un nouvel appareil avec un écran géant, la tablette a vu l’émergence des ordinateurs 2-en-1 et autres smartphones XXL, autant d’appareils qui ont semé le doute sur son
intérêt. Certaines de ses fonctions font en effet doublon et son marché a évolué plus lentement. De ce fait, les tablettes ont souffert de la comparaison et les ventes ont rapidement chuté.

Les tablettes ont trouvé leur voie

Pourtant, la tablette ne s’est jamais montrée aussi fringante qu’en 2020 et semble avoir enfin trouvé sa place dans des foyers toujours plus connectés. Consciente de ses forces, elle se segmente en deux usages bien distincts : grand public et professionnel. Pour un usage personnel, la tablette séduit par son orien- tation multimédia, avec un écran toujours plus grand que celui des smartphones et le confort qu’elle apporte pour regarder des vidéos, lire un ouvrage numérique ou même écouter de la musique. La tablette a égale- ment fait sa place en proposant une solution de choix pour consulter ses emails, naviguer sur internet ou jouer à des jeux vidéo.

Plus transportable que l’ordinateur portable et plus confortable que le smartphone, elle a peu à peu trouvé sa place. Les principaux acteurs n’oublient pas ce segment et de Samsung à Huawei, en passant par Leno- vo, Apple et Microsoft, on retrouve dans le catalogue de ces fabricants des modèles accessibles et pensés pour ce type d’usage. Néanmoins, le segment qui évolue le plus est celui des tablettes à orientation professionnelle. Leader du marché, Apple a ouvert la voie dès 2015 en dévoilant l’iPad Pro sous iOS puis iPad OS.

ipad pro

© Apple

Moins à l’aise sur tablettes, Android ne profite pas de la présence de Google qui a abandonné ce marché, mais le système d’exploitation peut notamment compter sur la présence des Galaxy Tab de Samsung pour offrir une alternative aux iPad. Ces dernières années, Huawei est également monté en puissance sur ce terrain et le géant chinois a récemment lancé sa MatePad Pro pour s’opposer à ses deux principaux rivaux. Huawei doit toutefois composer sans les services Google, ce qui peut constituer un frein à sa progression. Le numéro un mondial du marché des ordinateurs portables, Lenovo, est également présent et propose même des appareils hybrides sous ChromeOS. La tablette aux faux airs de PC portable est également à l’honneur chez Microsoft avec la gamme Surface.

Huawei MatePad Pro

La Huawei MatePad Pro © LaboFnac

La frontière continue de se réduire entre PC portables et tablettes

Outre la possibilité pour ces produits d’offrir des performances de tout premier plan, des accessoires comme le stylet ou le clavier ont permis d’élargir ses usages. Longtemps associée au monde professionnel, la tablette n’a pas oublié ses origines et en a même profité pour accentuer sa présence. Les améliorations logicielles ont également rebattu les cartes pour lui permettre d’exister au milieu des smartphones et ordinateurs. Toutefois, et malgré l’ambition de Steve Jobs au lancement de l’iPad, les tablettes n’ont pas complètement remplacé les ordinateurs. Le confinement a renforcé cette tendance avec une envolée des ventes d’ordinateurs et de périphériques, telles que les imprimantes et les webcams. Cette période a aussi montré une hausse des ventes de tablettes pour l’ensemble des constructeurs.

Tournée vers le divertissement pour le grand public et outil de travail pour les professionnels, la tablette a su s’imposer dans le paysage informatique. À mi-chemin entre l’ordinateur portable et le smartphone, les tablettes ont trouvé leur voie et continuent d’évoluer pour devenir toujours plus efficaces. Et si, finalement, c’était l’âge de la maturité ?

Article rédigé par
Thomas Estimbre
Thomas Estimbre
Journaliste