Décryptage

Journal d’un libraire – Sébastien revient… avec des pépites

09 juin 2021
Par Sébastien Thomas-Calleja
Journal d’un libraire - Sébastien revient... avec des pépites

Je ne sais pas vous, mais vous m’avez manqué !! Après plus de trois mois de fermeture pour mon magasin à Parly 2, je reprends du service, toujours pour vous parler de mon métier de libraire, et bien sûr, pour partager avec vous les pépites littéraires que j’ai pu découvrir.

Quel bonheur de voir revivre sa librairie : mettre en place les nouveautés, les opérations commerciales, ses coups de cœur, et surtout, vous conseiller ! 

La situation sanitaire bouscule nos habitudes, et si trois mois de fermeture du centre commercial de Parly 2 dans lequel je travaille peuvent paraître longs, c’est aussi le moment de faire le point, et pourquoi pas profiter du temps qui nous est imposé pour pratiquer ses passions… à commencer par la lecture, bien sûr. C’est vrai qu’un libraire ne s’ennuie jamais : il a toujours un livre sous la main ! 

Croyez bien que je ne m’en suis pas privé. Le moment idéal pour lire des livres que l’on n’avait pas eu le temps de lire ou devant lesquels on était passé à côté… Et oui, ça arrive, il y a parfois tellement de nouveaux titres. 

Et si on commençait par un premier roman ? 


sebastien en train de lire

Nos-corps-etrangersMon coup de cœur de libraire

Nos corps étrangers, de Carine Joaquim


Lorsque Elisabeth et Stéphane décide de partir s’installer à la campagne, accompagnés de leur fille Maëva, c’est avant tout pour se ressourcer, apaiser les tensions, effacer les peines, se retrouver dans la plénitude d’un bonheur perdu mais qui reste encore à portée de main. Une décision prise sur un coup de tête, qu’ils espèrent salvatrice et pleine de promesses. 


« C’est dans l’improvisation, sans doute, que se cache le bonheur, dans ses moments infimes où la joie s’invite, d’autant plus précieuse que personne ne l’attendait. »

N’est-ce-pas le souhait, fût-il secret, de beaucoup d’entre nous ? Cet espoir incommensurable que l’évasion et la tranquillité peuvent tout régler ? Mais parfois les réalités divergent, à commencer par les corps qui ne voient pas toujours les choses de la même manière. 

Car ce couple a un passif qu’il compte bien laisser derrière lui à Paris. L’infidélité de Stéphane a marqué leur amour au fer rouge. Son corps désirant a introduit le mensonge et la trahison dans leur quotidien. La réaction d’Elisabeth est épidermique, son corps rejetant la majorité de la nourriture qu’elle ingurgite. Heureusement, les sentiments sont toujours présents, et cette nouvelle maison sera parfaite pour tout reconstruire : Un beau jardin avec un dépendance que l’on transformera en atelier pour que Elisabeth puisse y exercer sa passion pour la peinture. Le charme et la douceur de vivre de la province à moins de 40 km de Paris. Stéphane, quant à lui, devra apprendre les joies des transports publics surchargés et leurs défaillances intempestives.  

Quant à Maëva, à qui on n’a pas demandé son avis, la rentrée scolaire se fera dans un nouvel établissement, de nouvelles relations et de nouveaux liens à tisser. À l’âge crucial de l’adolescence, elle est au carrefour de la situation familiale, corps frustrés, corps blessés, elle-même devant apprivoiser son corps et ses premiers émois.  

Un premier roman court, 240 pages, à l’écriture resserrée, des sujets contemporains traités de façon très actuelle : la déréliction du couple, le désir de vie à la campagne, l’intolérance face au handicap, le racisme larvé face au sujet des migrants, ou encore, la puissance destructrice des réseaux sociaux. La plume acérée de Carine Joaquim rend son récit intense au point qu’on ne peut plus le lâcher. Happés par sa narration, on va jusqu’au bout de la vérité de ces corps malmenés. Des corps étrangers qui risquent bien de vous glacer le sang, car autant vous le dire tout de suite, la fin est aussi surprenante que choquante. Une chose est sûre, ce premier roman vous fascinera autant qu’il ne pourra vous laisser de marbre.

Une pépite noire !

Parution le 7 janvier 2021 – 240 pages

Nos corps étrangers, Carine Joaquim (La Manufacture du Livre) sur Fnac.com

Retrouvez tous les épisodes du Journal d’un libraire : #journal d’un libraire

*Sébastien est libraire à la Fnac de Parly 2 rayon fiction, spécialisé en littérature française. Il participe depuis plusieurs année au prix du Roman Fnac et écrit des chroniques sur son blog Fnac.com

Découvrez leur univers

Article rédigé par
Sébastien Thomas-Calleja
Sébastien Thomas-Calleja
libraire à Fnac Parly 2
Sélection de produits