Article

Justice League, la première équipe de super-héros

21 juin 2018
Par Pauline1
Justice League, la première équipe de super-héros
©dr

Avec la première association historique de super-héros en un groupe unifié, l’éditeur DC Comics a posé les bases du genre super-héros dès 1940.

Aux quatre coins de l’univers

Superman, Batman, Wonder Woman, Flash, Green Lantern… Les nombreux super-héros de l’Univers DC ont, depuis leur création, partagé des aventures communes. Tout d’abord dans les pages de All-Star Comics, au sein de la Société de Justice (JSA en VO), puis dans celles des séries World’s Finest (qui associait Superman et Batman), Justice League Of America (la célèbre Ligue de Justice) ou The Brave and The Bold (où se succédaient différents tandems de héros). Au fil du temps et des évolutions éditoriales, ces récits d’alliances entre héros et vilains se sont faits plus riches et plus complexes, aboutissant à la création d’un véritable « Univers DC » avec ses cités imaginaires, ses planètes extraterrestres et surtout son histoire, rythmée par les crises que surmontèrent de concert l’ensemble de ces personnages contre une menace ultime.

La Ligue de Justice, qui comprend les plus grands de ces héros, demeure néanmoins comme une constante de ces différents univers et historiques : la base de ce concept renvoie directement aux chevaliers de la Table ronde, voire aux dieux de l’Antiquité. Aux seconds, les héros empruntent leurs dons et aptitudes surhumains, aux premiers, la solidarité et les valeurs de noblesse et de courage. Défendant la Terre et l’Univers de menaces qui semblent trop dangereuses et imposantes pour chacun d’entre eux, ces justiciers apprennent également à coopérer et à confronter leurs visions personnelles quant à la lutte contre le crime et la protection des opprimés. Mais la Ligue est également le point central de l’Univers DC, et des multiples crises qui ont rythmé l’Histoire. Que son passé moins glorieux se voit dévoilé (Justice League – Crise d’identité, coll. DC Classiques) ou qu’elle se retrouve remplacée par une génération de super-héros novices plus inconséquents et dangereux (Kingdom Come, coll. DC Essentiels) et c’est toute la galaxie qui se retrouve ébranlée. Qu’elle soit d’Amérique, Internationale ou sans étiquette, la Ligue de Justice demeure la première ligne de défense de l’Humanité contre les forces du mal.

L’union fait la force

Historiquement, à la fin des années 1930, l’éditeur DC Comics lance les premiers super-héros : Superman et Batman, suivis par une cohorte de personnages aux costumes et pouvoirs divers. Parmi eux, on retrouve le bolide Flash, le justicier à l’anneau Green Lantern et la Princesse Amazone Wonder Woman. Très vite, il est décidé de les associer dans des aventures communes au sein d’une équipe inédite : la Société de Justice d’Amérique. Celle-ci va faire les beaux jours du comic book All Star Comics, de 1940 à 1951. Avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, la popularité des super-héros s’est en effet atténuée, et ce n’est qu’au milieu des années 1950 que de nouvelles versions sont élaborées par les équipes artistiques et éditoriales.

Ainsi, dans Showcase #4 de 1956, un nouveau Flash apparaît, suivi d’un nouveau Green Lantern dans Showcase #22 de 1959. Petit à petit, l’Univers DC se développe et l’idée d’une nouvelle équipe réunissant ses plus grandes stars s’impose. À compter de The Brave and The Bold #28, de 1960, la Ligue de Justice d’Amérique fait son apparition. Ses sept membres fondateurs sont Superman, Batman, Wonder Woman, Flash, Aquaman, Green Lantern et J’onn J’onzz, le Limier Martien. Peu à peu, ils intègrent d’autres vedettes de la firme : Green Arrow, Atom ou encore Hawkman.

Au cours des différentes décennies, la Ligue va évoluer et ouvrir ses rangs aux nombreux personnages de l’Univers DC. De fait, son QG doit lui aussi s’adapter : dans les années 1980, il passe d’un bunker isolé dans les faubourgs de Detroit aux ambassades luxueuses fournies par l’O.N.U., puis, dans les années 1990, elle opère un retour aux sources et à la composition initiale de l’équipe. Depuis, elle a connu plusieurs adaptations animées (films et séries) ainsi qu’un long métrage sorti en 2017. Cette version emprunte par ailleurs sa composition, qui inclut Cyborg en lieu et place du Limier Martien, à la série à succès éponyme de la collection DC Renaissance, écrite par Geoff Johns et dessinée par la crème des illustrateurs US : Jim Lee, Ivan Reis et Jason Fabok.

Infographie Justice League

Aller + loin :

Infographie Batman : Le guide de lecture ultime

Infographie Superman : aux origines du mythe fondateur

Infographie : c’est quoi les Eisner Award ?

Visuel d’illustration : Urban Comics – 2018

Article rédigé par
Pauline1
Pauline1
libraire sur Fnac.com
Sélection de produits