Article

Les aspirateurs robots font un pas de plus vers l’automatisation

26 février 2022
Par Alexandra Bellamy
Les aspirateurs robots font un pas de plus vers l’automatisation
©Ecovacs

Où les fabricants d’aspirateurs robots s’arrêteront-ils ? Pour permettre aux utilisateurs de déléguer un maximum de tâches, ils les ont pourvus de fonctions de lavage et de systèmes de vidange automatique. La nouvelle génération de robots va plus loin, se dotant de solutions de recharge automatique du réservoir d’eau, d’un processus de nettoyage automatique de la serpillère, voire de séchage.

La promesse des aspirateurs robots est simple : permettre aux consommateurs de déléguer la corvée de l’entretien des sols. Pour y répondre, les fabricants ne manquent pas d’inventivité. Après avoir équipé leurs appareils de fonctions connectées évoluées et de systèmes d’évacuation automatique de la poussière, ils s’attaquent à l’automatisation du lavage. En l’occurrence, l’enjeu est de taille. En 2021, selon les chiffres de GfK, le marché des aspirateurs robots a encore gagné 17,4 % en valeur (et au total presque 70 % par rapport à 2019 !). Avec 1,5 million de foyers équipés en France, ces appareils ont encore de nombreux ménages à convaincre.

Des aspirateurs-laveurs dont le réservoir d’eau se recharge tout seul

Les robots qui aspirent et lavent les sols sont désormais légion. Mais leur point faible est souvent leur réservoir d’eau, généralement de capacité réduite, qui nécessite donc d’être rempli fréquemment. C’est un peu l’épine dans le pied des constructeurs à l’heure où ils promettent aux utilisateurs de devoir s’occuper le moins possible de leur appareil. S’ils ont trouvé des solutions pour vider automatiquement le collecteur de poussière dans un sac ou dans un grand bac, il restait tout de même à remplir le réservoir d’eau. Mais ça, c’était avant. Car les robots de nouvelle génération s’en occupent eux-mêmes.

On voit clairement cette tendance se développer avec plusieurs robots capables de gérer automatiquement le remplissage de leur réservoir, tels que l’Ecovacs Deebot X1 Omni ou le Yeedi Mop Station, par exemple. Leur base de chargement prend un peu d’embonpoint et renferme des bacs, dont l’un sert de réservoir d’eau propre contenant plusieurs litres. Il s’accompagne en général d’un second bac, qui sert à récolter l’eau sale, car ces robots autonomes ne s’arrêtent pas en si bon chemin.

Lavage automatique de la serpillère

En effet, même si ces robots dispensent de l’eau propre sur leur lingette, cette dernière se salit inévitablement. Les constructeurs ont donc trouvé un moyen pour y remédier : une lingette qui se nettoie automatiquement après chaque utilisation ou, mieux, plusieurs fois en cours de cycle. Les deux modèles précédemment cités en sont capables, de même que le nouveau Roborock S7 MaxV Ultra et le Dreame Bot W10.

Le Roborock S7 MaxV Ultra.©Roborock

Lorsque le robot rejoint sa base, la lingette ou les patins sont arrosés (avec de l’eau provenant du bac d’eau propre) et débarrassés des impuretés par un système de grattoir ou de brosse. L’eau sale est recueillie dans un second bac prévu à cet effet.

Séchage compris

Certains de ces robots sèchent même leur lingette ou leurs patins après le lavage : l’Ecovacs Deebot X1 Omni le fait, de même que le Dreame Bot W10 et le Yeedi Mop Station.

L’Ecovacs X1.©Ecovacs

Parmi les évolutions technologiques, on remarque d’ailleurs que, pour améliorer le lavage, ces appareils frottent désormais le sol. Quand Roborock a opté pour une serpillère vibrante (dite « sonique »), les robots de Dreame, Ecovacs et Yeedi précités ont troqué leur serpillère contre deux patins rotatifs qui ont donc une véritable action mécanique.

Vers un service complet

On se dirige de plus en plus vers une automatisation presque totale des robots aspirateurs-laveurs. Si certains modèles misent surtout sur l’automatisation du lavage, d’autres promettent un service complet, qui garantit plusieurs cycles de tranquillité. Par exemple, le Roborock S7 MaxV Ultra collecte la poussière dans un sac, remplit son réservoir d’eau et lave automatiquement sa serpillère. Quant à l’Ecovacs Deebot X1 Omni, il gagne même une fonction de séchage de ses patins.

Article rédigé par
Alexandra Bellamy
Alexandra Bellamy
Journaliste