Article

Aspirateurs robots : ces innovations qui les rendent plus polyvalents et autonomes

11 octobre 2021
Le robot aspirateur iRobot Roomba j7+. ©iRobot

Plus abordables, les aspirateurs robots deviennent aussi de plus en plus désirables, avec des systèmes de navigation particulièrement évolués et une connectivité qui offre de nombreuses possibilités en matière de personnalisation du nettoyage. Tour d’horizon des tendances.

En 2020, les ventes ont explosé : selon le Gifam (le Groupement des marques d’appareils pour la maison), 435 000 aspirateurs robots ont été vendus, ce qui représente une croissance de 49 % par rapport à 2019 (+42 % en valeur). Les achats ont notamment été boostés par la pandémie, les Français ayant porté une attention toute particulière à l’hygiène de leur intérieur. Toutefois, seulement 5 % des foyers en France en sont équipés à ce jour.

Des appareils plus accessibles pour un service rendu en progrès

La pandémie n’est pas la seule raison de cet engouement. En quelques années, les systèmes de navigation ont particulièrement progressé. Dès le milieu de gamme, les robots sont désormais capables d’établir une cartographie précise du logement et de se déplacer avec agilité dans un environnement domestique. Pour cela, ils utilisent des caméras, des télémètres ou encore des systèmes de lasers (LiDAR ou télédétection laser) en plus d’être bardés de capteurs. Certains sont même en mesure de reconnaître des objets (par exemple un câble, une pantoufle…) afin de savoir de quelle manière les appréhender. Le but étant que les appareils nettoient les sols le plus précisément possible, sans oublier de zones, tout en s’adaptant à l’environnement pour ne jamais rester coincés.

La connectivité, largement généralisée aujourd’hui, apporte également sa pierre à l’édifice. D’abord parce que les robots connectés bénéficient de mises à jour régulières qui leur permettent d’évoluer. Mais aussi parce que ces appareils peuvent être pilotés à distance ou programmés très facilement depuis une application. Enfin, dans le cas des robots les plus élaborés, la connectivité couplée à la cartographie permet d’assurer un nettoyage totalement personnalisé. Sur la cartographie, on peut définir des zones à ne pas nettoyer, des zones à nettoyer plus souvent ou plus soigneusement, découper et nommer les pièces du logement, programmer un nettoyage plus fréquent des pièces de vie (par exemple le séjour et la cuisine tous les jours, les chambres le lundi et le vendredi)…

Avec la nouvelle version de son application (écosystème Genius 3.0) lancée en même temps que ses derniers-nés Roomba j7 et j7+, le leader du secteur iRobot entend aller encore plus loin. Le robot s’adapte en effet aux habitudes, peut démarrer automatiquement quand on quitte la maison (grâce à la géolocalisation du smartphone), s’arrêter quand on rentre, faire des recommandations de nettoyage à la saison des pollens pour les personnes allergiques…

Quel budget prévoir pour un robot performant ?

La fourchette de prix est large, les premiers modèles étant proposés à moins de 100 euros quand les plus haut de gamme coûtent plus de 1 000 euros. Même si leur prix semble alléchant, nous vous déconseillons les premiers, souvent de marques inconnues, qui offrent un service décevant (aspiration insuffisante, manque d’intelligence dans les déplacements, peu ou pas de fonctionnalités connectées…).

Mais entre ces deux extrémités, pour un budget compris entre 500 et 700 euros, il est possible de s’offrir un robot intelligent et performant. Par rapport aux prix pratiqués il y a quelques années, ces tarifs ont tendance à être plus abordables alors que la prestation assurée est largement supérieure. Pour un tarif correct, on peut désormais obtenir un robot connecté qui offre de nombreuses options de personnalisation, capable de nettoyer toutes les pièces efficacement et d’évoluer dans la maison sans rester bloqué. Mieux vaut tout de même ranger les câbles et petits objets – en revanche, inutile de placer toutes les chaises sur la table ou de fermer certaines portes (l’application est là pour délimiter les espaces).

Le robot ne remplace pas totalement un aspirateur – il y a toujours des endroits qui lui sont inacessibles comme les escaliers ou des espaces trop étroits pour qu’il se faufile. En revanche, il est parfaitement apte à garder le sol propre au quotidien, en traquant les miettes de pain, les poils d’animaux, la terre qu’on rapporte sous ses chaussures…

Plus autonomes grâce à la vidange automatique

L’Ecovacs Deebot N8 Pro-1.©Ecovacs

Si on programme son robot pour qu’il nettoie fréquemment, on espace les corvées d’aspirateur. Mais, jusqu’à présent, il restait encore à vider le collecteur régulièrement. Les fabricants ont trouvé la parade : l’auto-évacuation. Le principe ? Après chaque cycle, le contenu du collecteur est aspiré dans la base du robot puis stockée dans un sac ou dans un grand réservoir. Résultat : jusqu’à deux mois de tranquillité pendant lesquels il n’est plus nécessaire de vider le bac à déchets. Le stockage dans un sac présente également un avantage pour les personnes allergiques qui n’ont plus de contact avec la poussière.

Ce système de vidange automatique a d’abord été développé par iRobot sur son Roomba i7+ puis étendu à d’autres modèles de son catalogue. D’autres fabricants ont suivi le mouvement tels que Roborock (qui commercialise une base séparée en option), Ecovacs, Dreame avec son Z10 Pro ou encore l’américain Shark, arrivé récemment sur ce marché (la référence RV2001EU dispose d’une base de ce type).

Des hybrides qui aspirent et « lavent »

Autre tendance : on voit proliférer les robots polyvalents qui aspirent et « lavent » grâce à un réservoir d’eau et une lingette. Certaines marques s’en sont d’ailleurs fait une spécialité comme Ecovacs, Rowenta ou même Roborock, qui ne va d’ailleurs plus commercialiser que ce type de robot multifonction. À noter tout de même qu’ils utilisent de l’eau pure, sans détergent, et que, dans la majorité des cas, ils ne frottent pas les sols (même si de rares références disposent d’une serpillère vibrante). Il s’agit donc plus d’essuyage humide que de lavage à proprement parler. Toutefois, c’est tout à fait suffisant pour éliminer des traces peu incrustées sur un parquet ou un carrelage et garder le sol immaculé entre deux passages de serpillère. D’autant que les références les plus évoluées permettent de régler le débit d’eau dans l’application ou de laver certaines pièces mais pas d’autres. C’est par exemple le cas du Roborock S7 ou du Rowenta X-Plorer Série 95 RR7975WH.

Notre sélection d’aspirateurs robots

Article rédigé par
Alexandra Bellamy
Alexandra Bellamy
Journaliste