Actu

CD Projekt Red mise sur The Witcher (et Cyberpunk) pour son avenir

29 novembre 2021
Geralt de Riv, dernier espoir de CD Projekt pour redorer son blason ?
Geralt de Riv, dernier espoir de CD Projekt pour redorer son blason ? ©CD Projekt Red

Pour redorer son image après le fiasco Cyberpunk 2077, le studio polonais préfère miser sur ses licences cultes pour l’avenir.

Dans la longue liste des jeux très attendus mais qui ont finalement plus déçu qu’enthousiasmé les joueurs, Cyberpunk 2077 occupe une place de choix. Sorti en décembre 2020, le titre d’action-RPG devait être la nouvelle pépite du studio CD Projekt Red, avec une plongée dans un monde futuriste dystopique cyberpunk, dans lequel la technologie coexiste avec une société humaine dégénérée. Malheureusement, Cyberpunk 2077 a plus été un recueil de bugs et d’éléments non finis qu’un jeu AAA. Les critiques seront telles que la version PS4 du jeu sera même retirée du PlayStation Store une semaine seulement après sa sortie.

Cyberpunk 2077, le vilain petit canard de CD Projekt Red

Près d’un an après sa sortie, le titre s’est amélioré grâce à plusieurs mises à jour mais reste considéré comme une « trahison » ou une « catastrophe industrielle », un peu à l’image de la récente GTA Trilogy The Definitive Edition. Une affaire qui a notamment entaché l’image de l’éditeur CD Projekt, à qui l’on doit notamment la saga The Witcher. Sorti en 2015, The Witcher 3 : Wild Hunt s’est imposé comme l’un des meilleurs jeux de la décennie et a été un énorme succès critique et public, avec plus de dix millions d’exemplaires vendus moins d’un an après sa sortie. Élu 251 fois « jeu vidéo de l’année 2015 », le titre d’action-RPG cumule à ce jour plus de 800 récompenses en tout genre, soit un record dans l’histoire du jeu vidéo. Le succès de la saga The Witcher a indéniablement contribué à la popularisation de CD Projekt Red, valorisé à plus de deux milliards d’euros en 2017. Malheureusement, la sortie de Cyberpunk 2077 a fortement dégradé l’image de l’éditeur auprès du grand public et, un an après la sortie du jeu, les choses se sont à peine arrangées.

Un retour de Geralt de Riv inévitable ?

Malgré ce couac ultra-médiatisé, le studio polonais veut se montrer ambitieux et, surtout, rester un nom qui compte dans l’industrie du jeu vidéo. Pour revenir au top, CD Projekt Red a une stratégie très claire : miser sur ses licences les plus connues. Comme l’explique Adam Kiciński, dirigeant du studio, dans une récente interview au quotidien Rzeczpospolita, l’objectif est de miser sur les séries déjà bien établies de son catalogue plutôt que de se lancer dans la création d’une nouvelle licence.

Nous nous concentrons actuellement sur nos deux licences, The Witcher et Cyberpunk. Elles ont toutes deux un énorme potentiel, et l’un de nos objectifs est de travailler sur plusieurs projets AAA à l’intérieur de ces licences en parallèle. Nous devrions commencer dès l’an prochain.

Adam Kiciński
PDG CD Projekt Red

Avec plus de 600 développeurs au sein de CD Projekt Red, il y a donc suffisamment de monde pour se concentrer à la fois sur un nouveau jeu The Witcher et une éventuelle suite pour Cyberpunk 2077 (avec ou sans Keanu Reeves). En attendant d’en savoir plus sur ces nouveaux projets, les versions PlayStation 5 et Xbox Series de Cyberpunk 2077 et The Witcher III sont respectivement attendues pour le premier et le deuxième trimestre 2022.

À lire aussi

Article rédigé par
Alexandre Manceau
Alexandre Manceau
Journaliste
Pour aller plus loin