Actu

L’impact de l’intelligence artificielle sur le travail sous haute surveillance

23 novembre 2021
Par Kesso Diallo
5 ans pour étudier l'impact de l'IA sur le travail.
5 ans pour étudier l'impact de l'IA sur le travail. ©Elisabeth Borne / Twitter

Lancé le 19 novembre par le gouvernement, ce laboratoire permettra notamment de préparer les entreprises aux transformations engendrées par cette technologie.

L’intelligence artificielle (IA) peut provoquer la disparition ou la transformation des emplois. Selon l’Organisation de coopération et de développement économique, 32% d’entre eux sont susceptibles d’être profondément transformés par le développement de l’automatisation au cours des vingt prochaines années. Le gouvernement entend aider les entreprises et les salariés dans ces changements. C’est pourquoi le ministère du Travail s’est associé à l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (INRIA) pour créer « Labor IA », un laboratoire dédié à l’impact de l’IA dans le milieu professionnel.

Ce dernier devrait permettre de « mieux cerner l’intelligence artificielle et ses effets sur le travail, l’emploi, les compétences et le dialogue social afin de faire évoluer les pratiques des entreprises comme l’action publique ». Financé pour une durée de cinq ans par le ministère du Travail, ce programme sera opéré par l’institut d’innovation Matrice.

Un baromètre de l’IA au travail à venir

Le premier objectif de « LaborIA » est d’explorer le rapport des entreprises et des acteurs à l’intelligence artificielle. Dans ce cadre, un baromètre de l’IA au travail sera développé. Il se basera sur une enquête menée auprès de sociétés entre novembre 2021 et avril 2022, pour « faire le point sur le déploiement de ces nouvelles technologies dans le monde du travail et de leur impact sur les entreprises et les travailleurs ». Des projets concrets mobilisant l’IA seront ensuite « formalisés » avec les entreprises afin de réaliser des expérimentations de six mois à compter de septembre 2022. Ces dernières porteront sur les conditions de travail, le recrutement ou encore l’évolution des compétences. Elles permettront d’établir des recommandations pour aider à d’autres entreprises.

Le laboratoire « LaborIA » sera également un lieu de débats et d’échanges avec la société civile, les partenaires sociaux et les décideurs publiques. Il a été créé dans le cadre de la stratégie nationale pour l’IA présentée en 2018 pour faire de la France un leader dans le domaine. Dans cet objectif, un plan de 2,2 milliards d’euros a récemment été annoncé pour former des talents et développer des technologies.

Lire aussi

Article rédigé par
Kesso Diallo
Kesso Diallo
Journaliste
Pour aller plus loin