Actu

Un milliardaire prévoit de construire Telosa, une ville futuriste et utopique

20 octobre 2021
Par Kesso Diallo
Un projet ambitieux… et problématique.
Un projet ambitieux… et problématique. ©Big and Bucharest Studio

Marc Lore, ancien patron de l’enseigne de grande distribution américaine Walmart, prévoit de bâtir une métropole de 50 000 habitants d’ici 2030.

Une ville alimentée par l’énergie solaire, où les résidents se déplaceront dans des véhicules autonomes et volants… C’est le projet futuriste et utopique que l’homme d’affaires américain Marc Lore a annoncé en janvier dernier. Il en a présenté les grandes lignes dans le quotidien américain USA Today le 17 octobre. Construite dans le désert, cette métropole baptisée Telosa reposera sur le concept de « l’équitisme », un mélange d’égalité et de capitalisme. Les citoyens pourront ainsi construire leurs propres maisons et les vendre, mais la ville conservera la propriété du terrain. Ils auront aussi un accès égal à l’éducation et aux soins de santé, indépendamment de leur revenu.

Marc Lore imagine une ville où diversité et inclusivité seront à l’honneur. Problème : dans discrimination positive, il y a discrimination, ce qui ne plaît pas à tout le monde. Par ailleurs, comment garantir l’équité, la démocratie et la transparence prônées par l’homme d’affaires quand les critères de sélection des premiers habitants seront mis au point par une équipe composée entre autres d’architectes, d’historiens, ou encore d’économistes ? Le site Web du projet met en avant les nombreux emplois attractifs, en télétravail, la place faite aux start-ups, etc., sans jamais parler de qui construira la ville et ses infrastructures, par exemple.

Un projet de ville du futur difficile à concrétiser

Pour le moment, Telosa relève plus de la science-fiction que de la réalité. Marc Lore prévoit d’y accueillir 50 000 habitants d’ici 2030, alors qu’il reste encore plusieurs obstacles. Il compte créer un fonds de capital-risque pour attirer les start-ups, mais qu’en est-il des autres emplois pour les premiers citoyens ? Alors qu’il prévoit d’interdire les véhicules à essence, rien ne garantit que les voitures autonomes seront prêtes d’ici la prochaine décennie…

À ces problèmes s’ajoutent aussi des préoccupations en termes de ressources, comme un approvisionnement en eau suffisant alors que Telosa se trouvera dans le désert. Implantée dans le Nevada au tout début du XXe siècle, la ville de Las Vegas, elle aussi située en plein désert, contribue par exemple à l’assèchement dramatique du fleuve Colorado pour assurer sa subsistance (sans parler de sa consommation électrique colossale pour alimenter les milliers de néons, lasers, chauffages et climatisations). De la même façon, Mar Lore projette une ville dépendant uniquement des énergies renouvelables, sans spécifier les technologies qui seront employées si ce n’est l’énergie solaire. Autre obstacle, le budget nécessaire à la réalisation totale du projet : plus de 400 milliards de dollars. Marc Lore compte sur des investisseurs privés, des philanthropes ainsi que des subventions pour le financer.

Telosa sera construite à l’aide du cabinet d’architectes Bjarke Ingels Group, embauché en septembre. Cette entreprise travaille déjà sur un autre projet de ville du futur, Woven City, développé par Toyota au Japon et dont la construction a commencé en février.

Lire aussi

Article rédigé par
Kesso Diallo
Kesso Diallo
Journaliste