Actu

Facebook, Instagram, WhatsApp : tout comprendre à la panne géante

05 octobre 2021
Par Thomas Estimbre

Facebook et ses différentes plateformes (WhatsApp, Instagram, Messenger) ont connu hier soir une panne généralisée pendant plusieurs heures. Le réseau social évoque un “changement de configuration défectueux” de ses serveurs. On vous explique.

Cela ne vous a sans doute pas échappé, les réseaux sociaux et messageries de Facebook sont restés inaccessibles pendant plusieurs heures lundi 4 octobre. Cette panne massive a duré plus de six heures et a potentiellement affecté plusieurs milliards d’utilisateurs dans le monde. Le site Downdetector, qui suit en temps réel les problèmes rencontrés par de nombreux sites Web et services, indique même qu’il s’agit de la panne “la plus importante qu’il ait jamais observée”. Il ajoute avoir reçu plusieurs millions de rapports d’incidents, rapporte l’agence Reuters.

 © Facebook
© Facebook

Que s’est-il passé ?

Dans un communiqué publié tard hier soir, Facebook a tenu à présenter ses excuses et a apporté un début d’explication. “Nos équipes d’ingénieurs ont appris qu’un changement de configuration des routeurs principaux qui coordonnent le trafic entre nos centres de données a entraîné des problèmes techniques aboutissant à l’interruption de toute communication”, précise le réseau social.

“Cette interruption des échanges du réseau a eu des effets en cascade sur la façon dont nos centres de données communiquent, entraînant l’arrêt de nos services », ajoute-t-il.

Facebook a disparu d’Internet

Spécialiste de la sécurité, de la fiabilité et de la performance d’Internet, Cloudflare a tenté d’apporter une explication technique concernant la panne de Facebook et de ses services. L’entreprise américaine confirme que le réseau social “a disparu d’Internet” et qu’il était impossible de se connecter à ses machines. “C’était comme si quelqu’un avait ‘arraché les câbles’ de leurs data centers [centre de données] d’un seul coup et les avait déconnectés d’Internet”, indique Cloudflare. Pour la firme, le problème ne se situait pas au niveau des DNS (système de noms de domaine), mais plutôt du côté des routes BGP (Border Gateway Protocol). Ce protocole est au cœur du fonctionnement d’Internet et permet “à un réseau (comme celui de Facebook) d’indiquer sa présence aux autres réseaux qui constituent Internet”. Concrètement, le géant des réseaux sociaux était toujours là, mais il ne figurait plus sur aucune carte ou sur les GPS d’Internet.

Quelles sont les conséquences ?

Il est difficile de savoir combien d’utilisateurs ont été touchés par cette panne. Toutefois, on sait que les différents services de Facebook (Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger) sont utilisés chaque mois par plusieurs milliards de personnes à travers le monde. De plus, des applications utilisant Facebook comme outil d’identification ont pu connaître des perturbations. Le réseau social rappelle d’ailleurs que de nombreuses “personnes et entreprises” dans le monde “dépendent” de ses services.

Les utilisateurs du monde entier ont donc dû prendre leur mal en patience et se tourner vers d’autres services comme Twitter ou Signal. Le réseau social et son fondateur Jack Dorsey n’ont pas hésité à se moquer de Facebook, tandis que les inscriptions ont fortement progressé sur Signal. Certains ralentissements ont d’ailleurs pu être constatés sur d’autres services, comme la messagerie Telegram. “Il y a *beaucoup* d’utilisateurs qui nous rejoignent aujourd’hui depuis d’autres plateformes qui sont hors service”, a expliqué Telegram. Elle a cependant profité de l’occasion pour inviter ses utilisateurs à “emmener leurs amis” vers son application.

La panne était aussi l’occasion de rappeler que le SMS était toujours là, et qu’il avait même progressé avec le RCS. Ce SMS 2.0 est en train de s’imposer sur Android et de rattraper son retard sur les autres messageries.

Du côté de Facebook, cette panne est un coup dur alors que la société traverse une nouvelle zone de turbulences. Les premiers retours de la société Standard Media Index évoquent un manque à gagner de 545 000 dollars (470 000 euros) par heure de revenus publicitaires américains. Pour rappel, la société de Mark Zuckerberg est la deuxième plus grande plateforme publicitaire en ligne au monde après Google. Concernant le fondateur du réseau social, sa fortune aurait fondu d’environ 6 milliards de dollars en quelques heures, indique Bloomberg.

Et pour les données personnelles, quelles conséquences ?

Régulièrement pointé du doigt pour sa gestion des données personnelles, Facebook se montre rassurant sur ce point. “Nous tenons à préciser qu’à ce stade, nous pensons que la cause première de cette panne est un changement de configuration défectueux. Nous n’avons également aucune preuve que les données des utilisateurs aient été compromise à la suite de cette panne”, indique la firme.

L’agence Reuters ajoute que des experts en sécurité confirment que cette panne était probablement due à une erreur de configuration, sans doute en interne, bien qu’ils n’écartent pas l’hypothèse d’un sabotage. En revanche, une attaque venant de l’extérieur semble beaucoup moins plausible.

Article rédigé par
Thomas Estimbre
Thomas Estimbre
Journaliste
Pour aller plus loin