Actu

Libratone Track Air et Track Air+ : du true wireless avec charge sans fil et réduction de bruit

10 juillet 2019
Par Laure Renouard

Libratone passe au format true wireless. La marque danoise lance ses Track Air et Track Air+, le second modèle embarquant un système d’annulation de bruit active.

Libratone s’est lancé en 2018 sur le marché des écouteurs Bluetooth avec ses Track+. La marque danoise, qui s’est d’abord fait connaître par sa gamme d’enceintes Zipp, se lance aujourd’hui dans les modèles true wireless réunis sous le terme « Air ». Il officialise les Track Air et Track Air+.

 © Libratone
© Libratone

Sans grande surprise, le modèle Track Air+ est le plus complet des deux. Entièrement sans-fil, donc, les écouteurs intra-auriculaires sont conçus pour la ville et le sport. Ils bénéficient à ce titre d’une certification IPx4 et d’une résistance à la transpiration. Ils sont connectés en Bluetooth 5.0 et disposent d’un système d’annulation de bruit active qui « s’adapte automatiquement à l’environnement », indique le fabricant. Côté autonomie, ces oreillettes de 5,6 grammes promettent 6 heures d’écoute et trois charges supplémentaires assurées par leur boîtier de rangement, pour un total de 24 heures. Il est à noter que l’étui en question se charge via sa prise USB Type-C ou par une station sans fil (la Coil, vendue à part). Les Track Air+ disposent également de commandes tactiles, interrompent la lecture musicale lorsqu’ils ne sont pas portés.

 © Libratone
© Libratone

Les Track Air leur ressemblent comme deux gouttes d’eau, à un détail près : ils perdent la réduction de bruit du modèle « Plus ». Un peu plus lourds (11 grammes), ils gagnent en revanche en autonomie : Libratone annonce 8 heures d’usage par charge, toujours augmentée de trois charges assurées par leur boîtier, soit un total de 32 heures.

Les écouteurs seront prochainement disponibles chez les principaux revendeurs. Comptez 199 euros pour les Track Air+ (en noir ou blanc), et 159 euros pour les Track Air (en noir, blanc ou rose).

Article rédigé par
Laure Renouard
Laure Renouard
Journaliste