Test

Prise en main du Realme GT : le “flagship killer” que l’on attendait ?

15 juin 2021
Par Georges Prat

En résumé

Le Realme GT semble bien parti pour atteindre les objectifs de la marque. À l’usage, la promesse de puissance est bien tenue et le smartphone offrira bien à ses futurs acquéreurs une pérennité de plusieurs années sans problèmes de fluidité. Même chose pour la partie radio, qui s’approche de ce qui se fait de mieux. L’écran AMOLED 120 Hz est au diapason, tandis que la partie photo se montre plutôt convaincante, même si la présence d’un téléobjectif aurait été un plus appréciable. Le tout est proposé à un tarif très agressif, qui fait de Realme le plus sérieux rival de Xiaomi en matière de rapport performances/prix.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Prix ahurissant
  • Design original
  • Puissance énorme
  • Recharge ultra rapide
Les moins
  • Zoom numérique très moyen
  • Autonomie correcte sans plus

Notre test détaillé

Realme a décidé de reprendre à son compte la notion de “flasgship killer” popularisée il y a quelques années déjà par la marque OnePlus. L’idée est donc de proposer un smartphone embarquant le meilleur de la technologie, à commencer par le processeur, pour un tarif modéré. Une notion galvaudée au fil des ans, mais que Realme entend réhabiliter. Pari réussi ?

Arrivée officiellement en France depuis environ un an, Realme affiche depuis un rythme soutenu, qui se matérialise par un renouvellement de gamme extrêmement rapide avec, le plus souvent, un positionnement tarifaire plutôt agressif. La formule ne change par pour ce surprenant GT, disponible en différentes configurations mémoire. Notre exemplaire de test est la version la moins onéreuse, mais propose tout de même 8 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage.

Le Realme GT embarque la plateforme technique la plus puissante du moment, l’incontournable Qualcomm Snapdragon 888, qui lui confère également la 5G, désormais indispensable pour tout smartphone qui se respecte. Derrière un écran de 6,43 pouces, une diagonale plutôt raisonnable en 2021, nous trouvons une batterie de 4 500 mAh. À l’arrière, le smartphone accueille trois caméras : un grand-angle de 64 mégapixels, un ultra grand-angle de 8 mégapixels et un module macro de 2 mégapixels.

Le design et l’ergonomie

Avec son écran de 6,43 pouces, le Realme GT est relativement compact, pour une prise en main assez confortable, y compris pour les mains de taille moyenne. Il mesure 158,5×73,3×8,4 mm et pèse 186 g. Les boutons physiques se placent très naturellement sous les doigts. Nous parlons à gauche des deux touches pour monter et descendre le volume et à droite du bouton de mise sous tension. La façade n’est pas véritablement originale, avec une dalle au format 20:9e percée dans un angle d’un poinçon accueillant la caméra frontale. Les bordures autour sont assez fines, pour un taux d’occupation de l’écran autour des 85 % d’après le constructeur.

realme GT 5G

@Labo Fnac

Mais si l’avant semble classique, ce n’est pas le cas du dos du mobile. En effet, les designers de la marque ont opté pour du cuir vegan – sans doute le même matériau que celui inauguré par Oppo avec son Find X2 Pro – qui se présente avec une originale teinte jaune vif. Son appréciation est une affaire de goût, mais ses possesseurs auront au moins la certitude de ne pas avoir le même smartphone que tout le monde. Quant à ce cuir, il a le mérite d’offrir un toucher très agréable et d’être insensible aux sempiternelles traces de doigts. L’autre originalité de ce dos est la présence d’un bandeau noir qui le traverse verticalement. Un contraste qui peut évoquer une guêpe et qui permet de rendre discrètes les trois caméras, ce qui n’est pas vraiment la tendance en matière de design depuis un an ou deux. Saluons la présence d’une prise casque en plus de l’USB-C.

realme GT 5G

@Labo Fnac

L’assemblage est rigoureux, les matériaux font résolument premium et cette petite touche d’originalité n’est pas déplaisante. Quelques détails confirment le soin apporté à la conception de ce smartphone. Nous pensons notamment au bouton d’allumage, qui se pare d’un filet jaune pour rappeler la partie arrière.

realme GT 5G

@Labo Fnac

L’écran et l’interface

Avec un écran plat, les bordures sont, comme nous le disions plus haut, fines, mais visibles, sans entraver l’immersion. Malgré son tarif contenu, le Realme GT ne fait pas de concession sur la qualité de l’affichage, avec sa dalle Super AMOLED offrant une définition de 2 400×1 080 pixels, soit une densité tout à fait satisfaisante de plus de 400 ppp. Des chiffres dans la norme, qui devraient contenter la grande majorité des utilisateurs.

On apprécie les contours très lisses des éléments affichés à l’écran. Celui-ci bénéficie en prime d’une fréquence de rafraîchissement poussée à 120 Hz, contre 60 Hz en standard. On ne reviendra pas sur l’apport de ce procédé, qui va améliorer la fluidité globale de la navigation et des jeux compatibles. Notons que cette fréquence très élevée est plutôt gourmande en énergie et peut être rabaissée aux 60 Hz standard pour optimiser l’autonomie. Realme a même prévu un mode automatique, qui permet au smartphone de sélectionner lui-même la meilleure fréquence en fonction de l’application utilisée.

realme GT 5G

@Labo Fnac

L’écran est lumineux et le contraste de l’AMOLED toujours aussi appréciable au quotidien. Le Realme GT est utilisable au soleil sans problème. Les couleurs sont un peu vives par défaut, mais nous attendrons les mesures réalisées dans notre labo pour porter un jugement définitif. En tout état de cause, l’interface Realme UI 2.0 qui vient se superposer à Android 11 offre de nombreuses possibilités de réglages et de personnalisation, aussi bien de l’aspect esthétique de l’interface que du comportement du smartphone. De quoi permettre aux experts d’ajuster précisément le rendu de cet écran. Il faudra y consacrer un peu de temps, malgré une bonne traduction française, les menus étant très riches. Plusieurs modes d’alimentation sont par ailleurs proposés, dont le mode GT qui booste les performances pour une fluidité maximale face aux jeux les plus exigeants. Logiquement au détriment de l’autonomie.

realme GT 5G

@Labo Fnac

Les performances

Elles sont bien entendu excellentes avec le surpuissant processeur Qualcomm Snapdragon 888 à la manœuvre. La puce du géant américain fait vraiment office de référence aujourd’hui avec ses huit cœurs capables d’atteindre la fréquence de 2,84 GHz. À l’usage, l’interface réagit parfaitement et la fluidité générale est quasi à prendre en défaut, le tout avec un échauffement de la coque qui se fait à peine ressentir. Avec 8 Go de RAM, la réserve de puissance semble inépuisable et, après plusieurs jours d’utilisation intensive, le Realme GT ne faiblit pas. Pour le stockage, notre exemplaire de test embarque 128 Go, qu’il n’est pas possible d’étendre en l’absence de slot microSD. La plateforme de Qualcomm apporte aussi une partie radio de dernière génération, avec la 5G bien entendu, dans toutes les bandes de fréquences actuelles, la 4G gigabit, mais aussi le Bluetooth 5.2 et le Wifi 6.

La batterie de 4 500 mAh a toujours été suffisante pour rallier avec une bonne marge de sécurité la fin de la journée, mais nous laisserons nos tests labo estimer plus précisément l’autonomie du smartphone. Dans tous les cas, il pourra compter sur sa recharge ultra rapide grâce à la technologie maison SuperDart, qui s’appuie notamment sur un bloc d’alimentation de 65 W. La recharge complète prend moins de 45 minutes et une dizaine suffisent pour retrouver assez de batterie pour affronter une demi-journée d’utilisation soutenue.

realme GT 5G

@Labo Fnac

Notons la présence deux haut-parleurs qui ne nous ont pas véritablement impressionnés, que ce soit en termes de puissance ou de musicalité.

La photographie

Le trio de caméras placé au dos du Realme GT se compose de manière finalement plutôt classique. Nous trouvons tout d’abord le module principal grand-angle, qui s’appuie sur une optique f/1,8 de 26 mm en équivalent argentique, derrière laquelle prend place un capteur Sony de 64 mégapixels. Par défaut, les clichés sont pris en 16 mégapixels avec la technologie pixel-binning, qui réunit les pixels par quatre pour améliorer le comportement en basse luminosité notamment. Il est toutefois possible de prendre des photos dans la pleine résolution du capteur, soit 64 mégapixels, pour plus de détails, ce qui occasionne logiquement des fichiers plus lourds.

realme GT 5G

@Labo Fnac

La seconde caméra est un ultra grand-angle, offrant un champ de vision sur 119° pour une ouverture f/2,3. Elle emploie un capteur de 8 mégapixels seulement. Le dernier module se consacre à la macrophotographie avec un modeste capteur de 2 mégapixels. La mise au point est fixe avec une distance optimale de mise au point à 40 mm de l’objet.

realme GT 5G

@Labo Fnac

Sous un très beau soleil, la caméra principale a su nous séduire avec un excellent piqué et des traitements numériques maîtrisés. L’activation de l’IA donne un petit coup de boost aux couleurs, une manipulation faite sans excès pour ne pas tomber dans un rendu totalement surnaturel. En basse luminosité, le bruit semble apparaître un peu rapidement, mais le résultat devient très correct dès lors que le mode nuit est activé. Sans surprise, le mode 64 mégapixels préfère nettement les scènes très bien éclairées.

realme GT 5G

@Labo Fnac

L’ultra grand-angle embrasse avec bonheur les paysages champêtres et urbains, mais nous avons tout de même remarqué des déformations optiques un peu supérieures à la moyenne. Et ce module n’apprécie pas le manque de lumière. Pour la macro, l’absence d’autofocus génère forcément quelques flous, mais une fois ces fameux 40 mm de distance optimale bien en tête, il est possible de d’obtenir des photos réussies.

realme GT 5G

@Labo Fnac

Pour la vidéo, le Realme GT peut filmer en 4K jusqu’à 60 fps, tandis qu’en 1080p il peut atteindre 240 fps.

Conclusion

Le Realme GT semble bien parti pour atteindre les objectifs de la marque. À l’usage, la promesse de puissance est bien tenue et le smartphone offrira bien à ses futurs acquéreurs une pérennité de plusieurs années sans problèmes de fluidité. Même chose pour la partie radio, qui s’approche de ce qui se fait de mieux. L’écran AMOLED 120 Hz est au diapason, tandis que la partie photo se montre plutôt convaincante, même si la présence d’un téléobjectif aurait été un plus appréciable. Le tout est proposé à un tarif très agressif, qui fait de Realme le plus sérieux rival de Xiaomi en matière de rapport performances/prix.

Article rédigé par
Georges Prat
Georges Prat
Journaliste
Pour aller plus loin