Test

On a essayé Yamaha MusicCast, un système multiroom audio très ouvert

24 novembre 2020
Par Georges Prat

En résumé

Avec MusicCast, Yamaha prouve qu’il maîtrise bien son sujet. L’application pour contrôler l’ensemble s’avère à la fois ergonomique et riche en fonctionnalités. À l’usage, MusicCast nous a vraiment séduits par la richesse de son écosystème, qui comprend plus de 30 produits compatibles, lesquels permettent d’élaborer un système évolutif, adapté donc à vos besoins présents et futurs. Dans la mesure où tous intègrent le Wi-Fi, le Bluetooth et Apple AirPlay, le champ des possibles est particulièrement large, d’autant que s’ajoute au sans-fil un accès à des sources « physiques », comme les CD et même les vinyles. Avec son large éventail d’appareils compatibles, MusicCast parvient même à réconcilier les univers du son et du home cinéma. Nous avons ainsi particulièrement apprécié les MusicCast 20, qui peuvent très bien être utilisées seules, en paires pour obtenir un rendu stéréophonique, en système 2.1 pour un téléviseur (en y ajoutant le caisson SUB-100). Enfin, deux MusicCast 20 pourront aussi se transformer en enceintes surround tout à fait convaincantes, sans que de gros câbles viennent traverser votre salon.

Notre test détaillé

À l’heure où le sans-fil gagne toujours plus de terrain dans le monde du son, nous avons décidé de passer en revue les technologies multiroom les plus populaires, disponibles sur le marché depuis plusieurs années maintenant. Nous ouvrons le bal avec le système MusicCast de Yamaha. La marque nippone propose un écosystème très complet autour de sa solution pour gérer sa musique dans toutes les pièces de la maison, et qui s’avère compatible avec des amplificateurs home cinéma, enceintes sans fil, barre de son, etc. Après deux mois passés avec MusicCast, voici notre verdict.

La première question à se poser tourne bien évidemment autour de la définition d’un système multiroom. Il s’agit de solutions permettant, sans utiliser de fils, de distribuer sa musique dans plusieurs pièces d’une maison ou d’un appartement. Il peut s’agir de la même musique qui sera diffusée dans toutes les pièces ou bien de musiques différentes envoyées dans chacune d’entre elles. Voilà pour l’idée de départ. Car depuis les balbutiements de ces technologies, de nombreuses fonctionnalités supplémentaires ont apparu.

Yamaha MusicCast

© Yamaha

Lorsque l’on évoque les systèmes audio multiroom, le nom de Sonos fait partie des premiers noms à venir en tête. Et pourtant, la marque américaine est loin d’être seule sur ce segment. Yamaha a par exemple lancé en 2005 sa solution MusicCast, qui n’a cessé depuis de s’enrichir en termes de fonctionnalités, pour aujourd’hui aller bien au-delà de sa vocation première. Elle s’est ouverte à de nouvelles sources, comme la plupart des services de streaming, et aux nouvelles technologies de communication (Apple AirPlay, Bluetooth…).

Mais ce qui fait à nos yeux l’un des principaux atouts de MusicCast est sa présence sur un large panel de produits Yamaha. Preuve nous en a été donnée par l’aréopage de matériels que la marque nous a envoyé pour nous faire découvrir sa gamme et son service MusiCast. L’idée de cet article n’est pas de tester un par un chacun des éléments que nous avons eus en main, mais l’écosystème et les possibilités de MusicCast dans son ensemble.

Yamaha MusicCast

© Yamaha

Les forces en présence

Nous trouvons tout d’abord deux enceintes connectées sans fil, les MusicCast 20 et 50. La première est un système ultra-compact mesurant 15 x 18,6 x 13 cm qui dissimule un boomer de 9 cm de diamètre, un tweeter de 3 cm et deux radiateurs passifs. La seconde est un peu plus imposante, mais elle offre un rendu stéréophonique, avec deux boomers de 10 cm et deux tweeters de 3 cm, ainsi que deux radiateurs passifs. Le tout est alimenté par une section d’amplification délivrant 2 x 35 W.

Yamaha MusicCast

Le MusicCast 20 © Yamaha

Yamaha MusicCast

Le MusicCast 50 © Yamaha

Yamaha nous a aussi fourni une mini-chaîne, la MCR-N470D. D’apparence classique avec son lecteur CD, elle embarque pourtant la connectivité Bluetooth et Wi-Fi pour une compatibilité MusicCast et AirPlay.

Yamaha MusicCast

Le Yamaha MCR-N470D © Yamaha

S’y ajoutent les enceintes de monitoring NX-N500. Ces enceintes compactes embarquent une technologie de pointe avec une bi-amplification analogique puissante, qui va contrôler chaque transducteur indépendamment. Elles disposent aussi d’un DAC USB Audio HD, mais aussi de toute la connectivité pour utiliser MusicCast, AirPlay ou directement du Bluetooth. L’ensemble se pilote avec une télécommande.

Yamaha MusicCast

Les NX-N500 © Yamaha

Disponible en noir ou argent, l’amplificateur RN303D offre pour sa part une puissance de 2 x 100 W. Il peut gérer des flux audio HD et les principaux services de streaming. Il intègre par ailleurs un tuner DAB / DAB+ ainsi que le Bluetooth et Internet via Wi-Fi ou Ethernet.

Yamaha MusicCast

Le RN303D © Yamaha

La MusicCast VIBYL 500 est tout simplement la première platine vinyle multiroom au monde. Pour cela, elle embarque l’Ethernet, le Wi-Fi et le Bluetooth, qui lui ouvrent les portes de MusicCast, mais aussi d’AirPlay 2. Enfin, nous avons pu tester la barre de son MusicCast YSP-5600 qui équivaut à un système 7.1.2 grâce à la technologie YSP (Yamaha Sound Projector) et aux 44 haut-parleurs qu’elle intègre.

Yamaha MusicCast

La MusicCast VIBYL 500 © Yamaha

L’installation

La première chose à faire est bien sûr d’installer physiquement les différents produits et de les relier au réseau de la maison, soit en Wi-Fi, soit par leur port Ethernet lorsque c’est possible. Rien de très compliqué en soi, mais au regard du nombre d’équipements à connecter, l’opération nous a pris une demi-journée. D’autant plus que nous avons pris soin d’organiser le passage des différents câbles afin que l’installation soit la plus discrète possible.

Reste à mettre en œuvre la solution MusicCast. Pour cela, il faut installer une application iOS ou Android et baptisée MusicCast Controller. Elle nécessite sans surprise la création d’un compte utilisateur. Ensuite, tout s’enchaîne très vite : l’application est bien pensée en matière d’ergonomie et offre en prime une bonne réactivité. Nous n’avons pas rencontré d’instabilité au cours de nos semaines de test. Yamaha a classiquement opté pour un système de pas-à-pas qu’il suffit de suivre. Il faut tout d’abord ajouter les différents appareils compatibles présents à la maison. Pour cela, la procédure d’appairage est on ne peut plus simple et surtout la même pour tous les produits, contrairement à Sonos où la procédure peut différer en fonction de l’enceinte utilisée. Ici, il faut tout simplement appuyer 5 secondes sur le bouton Connect des périphériques. L’opération doit être effectuée bien entendu pour tous et dans notre cas l’affaire était réglée en une quinzaine de minutes. Les choses commencent donc plutôt bien.

Yamaha MusicCast Controller

© Yamaha

Il faut ensuite assigner les produits que vous venez « d’inscrire » dans votre système MusicCast aux pièces de votre maison. L’application vous en propose un certain nombre, mais libre à vous de personnaliser le nom des pièces, puisque le système n’est pas figé. En quelques clics, des enceintes MusicCast 20 utilisées dans notre bureau se sont transformées en surround pour la barre de son MusicCast YSP-5600 installée dans le salon. De même, l’installation peut évoluer très simplement à chaque nouvelle acquisition de matériels ou réorganisation de ladite installation. Par exemple, l’ajout d’un caisson de graves, tel que le MusicCast Sub 100 pourrait facilement venir compléter notre système, avec là aussi seulement le câble d’alimentation électrique à brancher.

Yamaha MusicCast

© Yamaha

L’utilisation

Depuis l’application, il est possible de piloter un équipement qui dispose de sa propre source « locale », comme un tuner FM ou un lecteur CD, et éventuellement d’envoyer le son dans une autre pièce de la maison, voire dans toutes les pièces. Vous pouvez aussi associer vos comptes de services de streaming dans l’application pour les utiliser directement dans MusicCast Controller. Vous y retrouverez vos playlists, vos favoris… Pour l’heure, la solution de Yamaha prend en charge les incontournables Spotify et Deezer, ainsi que Tidal et Qobuz, ou les plus exotiques Napster et Pandora. Et pour les autres, tels YouTube Music et Apple Music ? Tout d’abord, il est possible, si vous utilisez un iPhone ou un iPad  (MusicCast Controller est parfaitement optimisée pour les tablettes), de passer par AirPlay 2, la technologie de diffusion sans-fil développée par Apple. Plus fort encore, un HomePod peut être inséré dans un système Yamaha MusicCast. Autre solution, si vous êtes équipé d’un appareil sous Android : vous pouvez utiliser une connexion directe en Bluetooth entre votre mobile et un produit Yamaha intégrant le Bluetooth. Nous avons pu le faire pour profiter de YouTube Music avec les enceintes MusicCast 20 et 50, mais aussi avec la mini-chaîne MCR-N470D et la barre de son YSP-5600. Notez que le Bluetooth peut aussi être mis à profit pour relier un produit MusicCast à un casque. Les utilisateurs les plus pointus qui utilisent un NAS, un disque dur branché au réseau local, pourront y stocker leur musique et y accéder directement sur leur équipement Yamaha MusicCast.

Yamaha MusicCast Controller

© Yamaha

Évidemment, la question de la haute définition devrait rapidement pointer le bout de son nez. En parodiant une célèbre publicité, on peut dire : il l’a aussi ! Toute la gamme actuelle gère les flux 192 et 96 Hz. Le 384 Hz est même accepté par certains amplificateurs de la marque, comme le RX-A1080.

Conclusion

Avec MusicCast, Yamaha prouve qu’il maîtrise bien son sujet. L’application pour contrôler l’ensemble s’avère à la fois ergonomique et riche en fonctionnalités. À l’usage, MusicCast nous a vraiment séduits par la richesse de son écosystème, qui comprend plus de 30 produits compatibles, lesquels permettent d’élaborer un système évolutif, adapté donc à vos besoins présents et futurs. Dans la mesure où tous intègrent le Wi-Fi, le Bluetooth et Apple AirPlay, le champ des possibles est particulièrement large, d’autant que s’ajoute au sans-fil un accès à des sources « physiques », comme les CD et même les vinyles. Avec son large éventail d’appareils compatibles, MusicCast parvient même à réconcilier les univers du son et du home cinéma. Nous avons ainsi particulièrement apprécié les MusicCast 20, qui peuvent très bien être utilisées seules, en paires pour obtenir un rendu stéréophonique, en système 2.1 pour un téléviseur (en y ajoutant le caisson SUB-100). Enfin, deux MusicCast 20 pourront aussi se transformer en enceintes surround tout à fait convaincantes, sans que de gros câbles viennent traverser votre salon.

Article rédigé par
Georges Prat
Georges Prat
Journaliste
Pour aller plus loin