Test Labo

Test Labo de la Sony SRS-XB12 : un peu plus de puissance et l’étanchéité en bonus

01 août 2019

En résumé

Note LABOFNAC

Plus petit modèle de la gamme SRS XB-xx, la SRS-XB12 de Sony succède à la XB10 et se veut tout aussi nomade que des appareils plus imposants. L’enceinte n’est pas pourvue de leur système d’éclairage dynamique, mais elle s’améliore nettement par rapport à son aînée au rayon de la résistance : elle est désormais certifiée IP67 au lieu de IPX5, ce qui signifie qu’elle peut être immergée. Elle conserve par ailleurs le même design cylindrique (7,4 cm de diamètre pour 9,2 cm de hauteur), mais gagne une lanière amovible un peu plus pratique. Elle se paie même le luxe d’être plus légère de quelques grammes (243 g au lieu de 260 g) que son aînée, tout en proposant une autonomie plus longue durée. Nous l’avons ainsi mesuré à 19h53 en moyenne, soit quelques heures de plus que les données annoncées par le constructeur. Côté performances audio toutefois, la SRS-XB12 propose des basses moins étoffées, mais qui peuvent être boostées via l’option « Extra Bass », et des aigus nettement accentués à 16 kHz. Mais au regard de son petit format, on lui pardonnera sans peine ses faiblesses, d’autant que sa puissance s’est même améliorée depuis la XB10, avec un maximum de 79 dB à 10 % de distorsion sur l’harmonique 3. De quoi sonoriser le bord de la piscine sans craindre la chute, et sans se ruiner.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Certification IP67
  • Un peu plus légère que la XB10
  • Un peu plus puissante également
Les moins
  • Des basses pas franchement présentes
  • Des aigus un peu trop accentués

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
La note de réponse en fréquence permet de savoir si le système audio est capable de retranscrire l’ensemble des fréquences de manières fidèles sans suraccentuation ni sous-accentuation
Puissance sonore
Cette note exprime la capacité de l’appareil à produire un son fort, sans déperdition de qualité (sans distorsion)
Rapport Puissance/volume
Plus l’enceinte est compacte, et moins il est facile de produire un son puissant de qualité. Cette note est à destination des personnes soucieuses du gain de place

Notre test détaillé

Ergonomie et design

Bande passante
Courbe de réponses en fréquences mettant en évidence, les différences entre la barre de son testée et la meilleure et la pire des barres de son.

Conclusion

Note LABOFNAC

Plus petit modèle de la gamme SRS XB-xx, la SRS-XB12 de Sony succède à la XB10 et se veut tout aussi nomade que des appareils plus imposants. L’enceinte n’est pas pourvue de leur système d’éclairage dynamique, mais elle s’améliore nettement par rapport à son aînée au rayon de la résistance : elle est désormais certifiée IP67 au lieu de IPX5, ce qui signifie qu’elle peut être immergée. Elle conserve par ailleurs le même design cylindrique (7,4 cm de diamètre pour 9,2 cm de hauteur), mais gagne une lanière amovible un peu plus pratique. Elle se paie même le luxe d’être plus légère de quelques grammes (243 g au lieu de 260 g) que son aînée, tout en proposant une autonomie plus longue durée. Nous l’avons ainsi mesuré à 19h53 en moyenne, soit quelques heures de plus que les données annoncées par le constructeur. Côté performances audio toutefois, la SRS-XB12 propose des basses moins étoffées, mais qui peuvent être boostées via l’option « Extra Bass », et des aigus nettement accentués à 16 kHz. Mais au regard de son petit format, on lui pardonnera sans peine ses faiblesses, d’autant que sa puissance s’est même améliorée depuis la XB10, avec un maximum de 79 dB à 10 % de distorsion sur l’harmonique 3. De quoi sonoriser le bord de la piscine sans craindre la chute, et sans se ruiner.

Note technique

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
Puissance sonore
Rapport Puissance/volume
Article rédigé par
Laure Renouard
Laure Renouard
Journaliste
Régis Bertrand
Régis Bertrand
Responsable des tests enceintes et chaînes audio
Pour aller plus loin