Test Labo

Test du Sony MDR-100ABN : un premier essai en réduction de bruit active

25 avril 2017

Sony propose, avec le MDR-100ABN, un casque sans-fil à réduction de bruit active et dont le look coloré (il existe en noir, jaune, rose, rouge et vert) en fait un accessoire destiné à une cible jeune. La qualité sonore est-elle au rendez-vous ? Nous l’avons essayé pour vous.

En résumé

Note LABOFNAC

Sony a placé la barre très haut avec son MDR-1000X, dont l’un des prédécesseurs, le MDR-100ABN qui nous intéresse ici, fait figure de version moins aboutie. Le casque présente un design séduisant, bien que son confort soit encore à parfaire. Il propose une annulation de bruit active perfectible et fait la part un peu trop belle aux basses, notamment lorsqu’il est utilisé en Bluetooth. Néanmoins, il a le mérite d’offrir des performances homogènes dans tous les domaines qu’il aborde, et constitue une bonne entrée en matière pour qui ne souhaite pas dépenser plus 300 euros. Mais à tarif équivalent, on n’oubliera pas de regarder du côté de la gamme QC de Bose, moins funky en termes de design, mais plus efficace côté isolation.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Design réussi
  • Appairage Bluetooth facilité par le NFC
  • Isolation passive globalement efficace
Les moins
  • Réponse en fréquences perfectible, surtout dans les aigus
  • Isolation active insuffisante

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
La note de réponse en fréquence permet de savoir si le système audio est capable de retranscrire l’ensemble des fréquences de manières fidèles sans suraccentuation ni sous-accentuation
Distorsion
Plus la note de distorsion est élevée et moins il y a de défaut, parasites ou décalage dans le signal sonore émis.
Sensibilité
Plus un casque est sensible et plus il aura un potentiel de puissance important.
Isolation
Cette note indique la capacité d'isolation du casque (elle intègre son isolation active et passive) C’est-à-dire, est-ce que lorsque j'utilise ce casque, je suis gêné par les bruits ambiants ?
Perturbation
Plus la note est haute et moins votre musique dérangera vos voisins ou personnes proches de vous

Notre test détaillé

L’ergonomie et le design

Cousin du MDR-1000X, le MDR-100ABN lui ressemble beaucoup, même s’il est moins onéreux. La griffe Sony, sans doute. Visuellement, l’effet est réussi, et l’on sent que la marque a porté beaucoup de soin au design de son casque. Le plastique employé est de belle qualité, les coussinets et l’arceau rembourré de similicuir également, et le casque a le bon goût de se décliner en coloris flashy (fuchsia, jaune, vert…) qui en font un véritable accessoire de mode. Il est en outre livré avec une housse semi-rigide bien pratique.

Sony MDR-100ABN

Passé cela, que vaut le 100ABN en matière d’ergonomie ? L’arceau cranté permet d’ajuster le casque à la tête facilement, et les écouteurs se replient facilement ; dommage néanmoins qu’ils ne pivotent pas afin de faciliter le port du casque autour du cou. Des boutons sont également présents, sans être trop nombreux. Côté gauche, la touche d’allumage de l’appareil, mais aussi celle d’activation du système de réduction de bruit active. À droite, une barre de réglage du volume, un peu mince peut-être, tombe bien sous le pouce, tandis qu’un bouton coulissant et cliquable permet de passer d’une chanson à l’autre, de mettre la musique en pause ou de décrocher à un appel. Le microphone est situé à gauche, à côté de la prise jack et du port micro-USB dédié à sa charge. Globalement, ce MDR-100ABN est simple à appréhender, puisqu’il est dépourvu de zone tactile, ce qui déroute souvent les néophytes.

Sony MDR-100ABN

Efficace donc, ce casque ne se fait pourtant pas totalement oublier. Son poids de 290 grammes le classe parmi les modèles un peu lourds. Il aurait probablement mérité un rembourrage encore plus généreux au niveau de l’arceau pour gagner en confort. Côté maintien néanmoins, on est servi, puisque sa force d’appui est elle aussi assez élevée, à 515 gf. Il faut avoir que dans la mesure où il s’agit d’un casque circum-auriculaire, cela n’appuie pas directement sur les oreilles, ce qui évite d’avoir mal.

Sony MDR-100ABN

Confort
4
Poids
291 g

Le confort de l’utilisateur n’est pas le seul à prendre en compte, puisqu’il importe que le casque ne laisse pas entendre la musique qui y est envoyée à l’extérieur des écouteurs. Sur le point de la perturbation, le MDR-100ABN se comporte correctement, avec un niveau de sortie largement atténué dans les graves, mais un peu moins dans les hauts médiums et les aigus. Un point à prendre en compte pour limiter le volume lors d’écoute de musique faisant appel à ces fréquences.

Bande passante perturbation

La qualité audio

Le MDR-100ABN peut être utilisé dans plusieurs configurations. S’il fonctionne avec un fil, il est aussi doté d’une connexion Bluetooth, supporte le codec LDAC exploitant la norme 4.0 et promettant la restitution de fichiers Hi-res. Il peut en outre être utilisé hors-tension, c’est-à-dire sans faire appel à sa batterie, mais sa qualité audio s’en ressentira.

Connecté en Bluetooth et avec la réduction de bruit activée, c’est-à-dire dans sa configuration « maximale », le casque livre une réponse en fréquence un peu décevante, notamment en raison d’une faiblesse relevée dans les aigus à partir de 4 KHz. Une petite préaccentuation est également à noter dans les graves entre 60 et 100 Hz. En filaire cette fois, toujours avec la réduction de bruit active, le casque souffre des mêmes défauts, si ce n’est que les aigus commencent à disparaître plus tard, à partir de 12 KHz. Un peu meilleur utilisé avec son câble que sans fil, le MDR-100ABN se destine aux amateurs de basses, même s’il évite l’écueil de les surreprésenter de manière trop insistante. Si l’on apprécie les mediums correctement restitués, on regrette des aigus manquant un peu de tonus.

Bande passante

Ajoutons que le casque se montre assez moyen en termes de distorsion sur les trois fréquences évaluées (80, 100 et 200 Hz), tandis qu’il est excellent en filaire sur ces mêmes fréquences. Globalement, on constate que le MDR-100ABN perd un peu en qualité en Bluetooth, ce qui est regrettable… notamment chez les utilisateurs des derniers iPhone. Il faut en revanche noter qu’avec 63 mV mesurés, le casque est très sensible en filaire : mieux vaut éviter de trop monter le son, sous risque de s’abîmer les oreilles. Un risque que l’on ne retrouve pas en Bluetooth, puisque la sensibilité du casque est alors de 95 mV.

L’isolation (active et passive)

Le format circum-aural du MDR-100ABN lui permet de prétendre à une bonne isolation passive. Ce qu’il parvient à réaliser du moins en partie, puisqu’il s’avère efficace sur les aigus et même les mediums, à partir de 500 KHz. En revanche, il filtre mal les graves en-deçà de ces fréquences, ce qui est bien dommage, notamment pour les usagers des transports en commun.

Graphique de bande passante de l’isolation
Isolation fréquentielle passive et active (si un réducteur de bruit est présent)
Isolation
6.1

Un système de réduction de bruit est intégré au casque. Il s’active facilement, en pressant la touche NC (noise cancelling) située sur l’écouteur gauche, et s’avère moins convaincant que les solutions concurrentes. Il est suffisamment efficace dans les aigus, au-delà de 1,6 KHz, mais peine à convaincre dans les graves et assure le minimum dans les mediums. Dans un environnement peu bruyant comme un bureau, il permettra d’isoler les bruits ambiants, mais pas entièrement les voix, et sera moins à l’aise dans les transports en commun. Il est à noter que le MDR-1000X, vers lequel ce 100ABN lorgne nettement, faisait nettement mieux au rayon des mediums.

Conclusion

Note LABOFNAC

Sony a placé la barre très haut avec son MDR-1000X, dont l’un des prédécesseurs, le MDR-100ABN qui nous intéresse ici, fait figure de version moins aboutie. Le casque présente un design séduisant, bien que son confort soit encore à parfaire. Il propose une annulation de bruit active perfectible et fait la part un peu trop belle aux basses, notamment lorsqu’il est utilisé en Bluetooth. Néanmoins, il a le mérite d’offrir des performances homogènes dans tous les domaines qu’il aborde, et constitue une bonne entrée en matière pour qui ne souhaite pas dépenser plus 300 euros. Mais à tarif équivalent, on n’oubliera pas de regarder du côté de la gamme QC de Bose, moins funky en termes de design, mais plus efficace côté isolation.

Note technique

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
Distorsion
Sensibilité
Isolation
Perturbation
Article rédigé par
Laure Renouard
Laure Renouard
Journaliste
Jean-Charles Frelier
Jean-Charles Frelier
Responsable des tests smartphones, casques audio et lecteurs vidéo