Prise en main

Prise en main de l’Asus Zenbook 17 Fold OLED : un concept ravageur dans un écrin encore fragile

13 septembre 2022
Par Pierre Crochart
Le Zenbook Fold en format "desktop".
Le Zenbook Fold en format "desktop". ©Pierre Crochart/L'Éclaireur

À son tour, Asus se lance dans les ordinateurs à écran pliable. Vendu comme une révolution des usages, le Zenbook Fold tient-il ses promesses ?

En résumé

Le Zenbook 17 Fold OLED est une belle preuve de concept qui, malheureusement, prend pour l’heure des allures de prototype glorifié. Les finitions sont imparfaites et l’hybridation de l’appareil impressionne au même rythme qu’elle lasse. Rares sont les cas où le Zenbook Fold se montre plus pratique à utiliser qu’un ultrabook performant. L’appareil représente toutefois une évolution logique dans le catalogue d’Asus, toujours à la pointe lorsqu’il s’agit d’innover sur un marché pantouflard. En l’état, le Zenbook Fold n’est pas forcément un ordinateur que l’on pourrait recommander au plus grand nombre. Mais, qui sait, dans deux ou trois générations, peut-être le constructeur parviendra-t-il à ses fins ?

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Un concept intéressant
  • Le mode "desktop", notre préféré
  • Écran lumineux aux belles couleurs
  • Windows s'adapte bien aux changements de format
Les moins
  • On délaisse rapidement le mode tablette
  • Une configuration musclée, mais vaut-elle 4 000 € ?
  • Les reflets sur l'écran
  • Des finitions un peu paresseuses (le clavier notamment)

Découvert à l’IFA 2022, mais présenté quelques mois plus tôt au CES de Las Vegas, le Zenbook 17 Fold OLED est la réponse d’Asus au concurrent Lenovo. Ce dernier en est effectivement déjà à sa deuxième itération d’ordinateur portable pliant.

Mais cette nouvelle catégorie d’appareils a-t-elle ce qu’il faut pour dépasser le simple stade de curiosité ? Travaillons-nous différemment avec un ordinateur qui peut se changer en tablette, voire en moniteur ? Ou la magie s’estompe-t-elle après quelques jours seulement ? Notre prise en main vise à apporter quelques éléments de réponse.

Prise en main réalisée sur un produit prêté par le constructeur.

Notre prise en main

Design et ergonomie

Fatalement, la prise en main du Zenbook Fold est plus agréable à domicile, en prenant son temps, que dans l’effervescence du salon berlinois. En l’occurrence, les faiblesses et les atouts de l’appareil apparaissent encore plus clairement à nos yeux.

Il faut d’abord dire un mot des dimensions de la bête. Fermé, et avec son clavier logé entre ses deux écrans, le Zenbook Fold mesure 34,4 mm d’épaisseur, 189,3 mm de large et 287,6 mm de long. Un beau bébé de 1,8 kg (1,5 kg sans le clavier), qui ne rentre clairement pas dans la catégorie des ultrabook. À titre de comparaison, le très premium Zenbook 14X OLED est moitié moins épais et plafonne à 1,4 kg. Tout cela pour dire qu’avant même de déplier le Zenbook Fold, il faut avoir conscience de son embonpoint.

Asus Zenbook 17 Fold OLED
Il faut le garder en tête : le Zenbook Fold est très épais.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

N’en déplaise, l’appareil est plutôt bien conçu. Présenté comme un beau livre à la reliure de (faux) cuir (qui protège la charnière), l’ordinateur hybride arbore le logo anniversaire de la marque – très réussi. Le tout se présente dans un aluminium du plus bel effet. Les tranches de l’appareil affichent quatre grilles de haut-parleurs, une aération latérale, le bouton d’allumage et un bouton de réglage du volume, un port jack 3,5 mm et deux ports USB-C (Thunderbolt 4). Pour la polyvalence de la connectique, on repassera.

Asus Zenbook 17 Fold OLED
Le produit est plutôt élégant.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

L’élégante reliure renferme enfin une partie détachable qui va permettre au laptop de tenir lorsqu’il est disposé au format « desktop ».

Asus Zenbook 17 Fold OLED
Cette béquille est inclinable pour choisir une orientation confortable.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Vient maintenant le moment d’ouvrir le Zenbook Fold et de découvrir ses spécificités. Premier mauvais point : il est impossible de l’ouvrir à une main ; chose plutôt courante sur les laptops de milieu et hauts de gamme. Passons.

Déplié ainsi, le Zenbook 17 Fold OLED se présente comme n’importe quel ordinateur portable du marché. Écran 12,5” au format 3:2, clavier chiclet et webcam… rien de particulier à noter. Si ce n’est les épaisses bordures qui encadrent la dalle et l’évidente réflectance de celle-ci. En effet, conçue en plastique, elle affiche de sacrés reflets. N’imaginez pas travailler confortablement en extérieur.

Asus Zenbook 17 Fold OLED
D’apparence, un ordinateur portable tout ce qu’il y a de plus classique.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Non, la particularité du Zenbook Fold est bien de pouvoir détacher son clavier pour découvrir ce qu’il cache : l’autre partie de l’écran, formant ainsi une grande dalle OLED de 17,3 pouces au format 4:3.

Vous l’aurez deviné, l’ordinateur portable hybride d’Asus permet de l’utiliser de plusieurs façons. Six, dénombre le constructeur :

  • En mode ordinateur portable (avec le clavier Bluetooth)
  • En mode ordinateur portable (avec le clavier virtuel)
  • En mode « étendu », en laissant l’ordinateur plié à 90° mais en détachant le clavier
  • En mode « lecture », en le tenant comme un livre ouvert
  • En mode « desktop », en disposant l’écran de 17,3” à l’horizontale et en plaçant le clavier Bluetooth devant
  • En mode tablette, en le tenant dans le sens de la hauteur
Asus Zenbook 17 Fold OLED
Ne nous mentons pas : vous allez rarement utiliser le Fold de cette manière.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Un petit mot sur le clavier pour conclure : extrêmement fin (5 mm), il paraît d’autant plus fragile. La frappe est agréable, mais ses tranches sont inconfortables pour les poignets, pour ne pas dire tranchantes. Ses finitions imitation cuir sont également d’une qualité douteuse et ne donnent pas l’impression de travailler sur un ordinateur vendu si cher.

Asus Zenbook 17 Fold OLED
Le clavier est très fin, et paraît assez fragile.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Écran

Pionnier de la technologie OLED sur laptop, Asus dote bien évidemment son nouveau fleuron de couleurs particulièrement vives et d’une belle luminosité. Le Labo pourra nous en dire plus sur la luminance et le taux de contraste, mais, à l’œil nu, et réflectance mise à part, l’écran du Zenbook Fold OLED offre pleine satisfaction. D’autant que lorsqu’on se trouve face à lui et que l’ordinateur est allumé, on oublie facilement le rendu plastique de l’ensemble. Précisons aussi l’évidence : l’écran est tactile.

Asus Zenbook 17 Fold OLED
L’écran est de bonne facture… si on parvient à oublier son aspect plastique.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Côté définition, Asus se limite toutefois à du Full HD+ (1 920×1 280) lorsqu’il est plié et 2,5K lorsqu’il est présenté en mode desktop (2 560×1 920). La fréquence de rafraîchissement plafonne quant à elle à 60 Hz. Ce qui, pour un appareil vendu 3 999 €, est presque insultant.

Aussi, d’aucuns pourraient trouver étrange que, lorsqu’on l’utilise en mode « ordinateur portable » traditionnel, la barre des tâches Windows vienne se placer exactement dans la pliure de l’écran. Un drôle d’effet d’optique, qui se conjugue à des difficultés de toucher confortablement les icônes si l’on est adepte de l’interaction tactile.

Asus Zenbook 17 Fold OLED
Perturbant : la barre des tâches Windows se place pile dans la pliure de l’écran.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Sur un autre point, comment être sûr que le clavier Bluetooth ne finira pas par griffer la partie basse de l’écran ? Interrogé sur ce point lors de notre passage à l’IFA, un responsable produit nous expliquait que le clavier est aimanté sur les parties caoutchouteuses qui encadrent l’écran. En définitive, le clavier n’entre jamais – écrivons plutôt « rarement » – en contact direct avec la dalle. Un point que nous contestons, car la finesse du clavier fait qu’il plie aisément. A fortiori si vous avez la frappe lourde.

Asus Zenbook 17 Fold OLED
Magnétique, le clavier n’abîmerait pas l’écran d’après Asus.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Performances et interface

Le Zenbook Fold est livré avec Windows 11 et dispose de quelques spécificités logicielles qui permettent de tirer parti de son format hors du commun. Il y a bien entendu les possibilités offertes par l’OS pour épingler des fenêtres ou scinder son écran en deux. Mais Asus ajoute sa petite touche avec un volet qui apparaît automatiquement lorsqu’on détache le clavier ou qu’on l’ouvre en grand. Rapidement, on peut opter pour un découpage en deux ou en trois de l’écran. On sélectionne ensuite les applications qu’on souhaite disposer à l’écran, et c’est tout. Malin et fonctionnel.

Asus Zenbook 17 Fold OLED
À chaque changement de disposition, cette petite fenêtre permet de lancer rapidement une disposition multitâche.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Côté performances, le Zenbook 17 Fold OLED n’a pas vraiment à rougir. Il repose sur un solide configuration, menée notamment par le processeur Intel Core i7-1250U – que l’on n’a pas encore éprouvé chez L’Éclaireur. Le Labo nous renseignera sur la puissance effective de la puce, mais, en navigation et sur des tâches bureautiques simples, le CPU n’a pas l’air d’opposer la moindre résistance.

Il est complémenté par 16 Go de RAM LPDDR5 et par un SSD NVMe de 1 To offrant des débits en lecture et écriture pour le moins décoiffants. Dommage que la partie graphique ne repose que sur un iGPU Iris Xe et pas sur une carte dédiée. À ce prix-là, ce ne serait pas trop demandé. Aussi, autant l’écrire : le Zenbook Fold n’est pas un ordinateur de jeu. Il est bien sûr capable de faire tourner quelques titres peu gourmands et datés de plusieurs années. Mais ne lui en demandez pas trop.

Asus Zenbook 17 Fold OLED
Pour le jeu, on préférera l’option cloud gaming pour éviter une décharge trop rapide.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Pour profiter au mieux du laptop, on préférera la solution du cloud gaming, qui a également l’avantage de ne pas épuiser la batterie, contrairement à un jeu lancé nativement sur la machine.

Autonomie

Comme d’habitude pour ce type d’appareils, nous restons suspendus aux analyses poussées du Labo pour obtenir un bilan objectif de l’autonomie. En revanche, nos observations sur ce point sont plutôt positives.

En variant les usages, c’est-à-dire en utilisant le Zenbook Fold aussi bien en mode ordinateur portable qu’en tablette, mais en nous limitant à de la saisie et de la navigation, nous avons pu tenir une petite dizaine d’heures sans problème.

Asus Zenbook 17 Fold OLED
L’autonomie du Zenbook Fold dépend énormément de la surface d’écran effectivement mobilisée.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

La batterie de 75 Wh est dans la moyenne haute de ce qui est constaté sur le marché des laptop haut de gamme. Cependant, tous les ordinateurs de son rang ne sont pas capables de passer d’une diagonale de 12,5” à 17,3” – fatalement plus énergivore. Une hybridation qui rend l’évaluation de l’endurance du Zenbook Fold difficile. Et surtout sujette à caution selon les habitudes de chacun.

Un ordinateur portable hybride, ça change la vie ?

Terminons cette prise en main par un retour d’expérience plus prosaïque sur l’Asus Zenbook 17 Fold OLED.

À la question « Avons-nous modifié nos habitudes de travail grâce au Zenbook Fold ? », nous répondons sans hésitation « Non ». C’est un fait, le nouveau produit d’Asus est impressionnant, mais les habitudes ont la peau dure. La plupart du temps, on utilisera le laptop exactement comme un autre. C’est-à-dire en ouvrant le capot et en ne détachant pas le clavier de son support magnétique.

Bien sûr, dans de rares cas où l’on se sent suffisamment à l’aise (certainement pas dans un café, où l’ordinateur attire irrémédiablement des regards médusés), l’apport du mode « desktop » est indéniable. On a vraiment l’impression de travailler sur un moniteur externe et de retrouver – un peu – le confort d’une installation à domicile.

Asus Zenbook 17 Fold OLED
Le mode « desktop » permet de retrouver – un peu – le confort d’une station de travail complète.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Ceci étant, impossible de passer sur certains détails difficilement oubliables lorsqu’on parle d’un appareil qui se négocie 4 000 €. Pour l’heure, le Zenbook Fold ressemble davantage à un prototype qu’à un produit fini. Les larges bordures de l’écran nous renvoient des années en arrière, tout comme son revêtement très sujet aux reflets en tous genre.

Difficile de faire l’impasse sur l’épaisseur du jouet et sur son poids qui le rend moins agréable à transporter que n’importe quel autre ultrabook du marché.

À lire aussi

Article rédigé par
Pierre Crochart
Pierre Crochart
Journaliste
Pour aller plus loin