Vidéo

Benedetta : l’héroïne sulfureuse de Paul Verhoeven

22 novembre 2021
Par Ketty

L’Instant Point Pop à la Fnac du mois revient sur l’un des films qui a le plus marqué l’année : Benedetta de Paul Verhoeven. Le réalisateur de RoboCop et Basic Instinct raconte le destin de Sœur Benedetta, une héroïne du XVIIe siècle ayant vraiment existé, incarnée avec passion par Virginie Efira. Philippe Guedj décrypte cette œuvre historique et mystique, à découvrir en DVD et Blu-ray.

Benedetta

FNAC_LE POINT POP_LOGO

Benedetta Carlini : qui es-tu ?

« A 80 ans passés, le réalisateur de La Chair et le Sang, RoboCop ou encore Total Recall semble avoir abandonné les univers masculins testostéronés pour se pencher durablement sur les femmes. Après Black Book en 2006, puis Elle en 2016, Paul Verhoeven signe avec Benedetta son troisième film consécutif sur une héroïne sulfureuse. Il s’agit cette fois de Sœur Benedetta Carlini, à la fois nonne, lesbienne et mystique, habitée par des visions régulières de Jésus.

Incarnée avec fougue par Virginie Efira, que le cinéaste hollandais avait déjà dirigée en épouse catholique pieuse dans Elle, Benedetta Carlini est un personnage qui a bel et bien existé dans la Toscane du XVIIème siècle, et dont le destin fut révélé en 1986 par l’historienne américaine Judith Brown dans son ouvrage Sœur Benedetta, entre sainte et lesbienne. »

Benedetta : de quoi ça parle ?

Benedetta-BR-Fnac« Projeté en compétition au Festival de Cannes 2021, le film montre l’héroïne entrer dès l’enfance au couvent des Théatines jusqu’à l’âge adulte, où elle va développer rapidement de nombreuses visions de Jésus, dont elle est persuadée d’être la fiancée. Benedetta va aussi présenter les stigmates attestant d’une apparition du Christ à travers elle, ce qui lui vaudra de finir par diriger le monastère, tout en entretenant une liaison interdite avec la jeune Sœur Bartolomea (Daphné Patakia, vue dans la série OVNI(s)).

Une passion qui causera sa chute, tandis que les autorités religieuses finissent par soupçonner Benedetta d’avoir inventé ses visions et de s’être infligée elle-même ses blessures. « 

Paul Verhoeven brise les tabous

« On voit bien dans cette affaire ce qui a pu séduire le réalisateur du Quatrième Homme, de Basic Instinct ou encore de Showgirls. Benedetta, c’est un pot-pourri d’éléments empruntés à ces quatre films de Verhoeven. On y retrouve la bisexualité, la passion charnelle, la foi tourmentée, une femme qui bouscule un ordre établi qui l’oppresse, ainsi qu’une critique acerbe de l’hypocrisie religieuse dans l’Europe prémoderne.

Bendetta, Paul Verhoeven

Toujours aussi peu pudique, Paul Verhoeven se régale à briser les tabous. Malgré quelques excès, jamais les comédiennes, par ailleurs bluffantes de naturel et d’énergie, ne s’abîment dans des situations scabreuses, grâce à une mise en scène toujours respectueuse, esthétiquement belle et à bonne distance. »

Un cinéma frondeur 

Benedetta, Charlotte Rampling

« Farce gorgée d’ironie, frayant même parfois avec le kitsch, Benedetta flirte également avec le fantastique, le gore et la fresque moyenâgeuse dans un final tout feu tout flamme, car comme dans La Chair et le Sang, la peste ronge encore l’Italie de l’époque. On se régale enfin de numéros d’acteurs vétérans, tels que Charlotte Rampling en mère supérieure suspicieuse, ou encore Lambert Wilson, particulièrement savoureux en nonce bien peu charitable.

Parfois un peu trop voisin du grotesque, Benedetta n’en reste pas moins un condensé pur sucre du cinéma frondeur et jouisseur de Paul Verhoeven. »

Benedetta


Rendez-vous le mois prochain pour un nouveau numéro de L’instant Point Pop à la Fnac !

Benedetta, disponible en Blu-ray et DVD édition spéciale Fnac

Vidéo et montage : Julie Fages

Présenté et chroniqué par : Philippe Guedj, journaliste du Point

Aller plus loin :

Les meilleurs films de Virginie Efira

Découvrez leur univers

Article rédigé par
Ketty
Ketty
Disquaire sur Fnac.com
Sélection de produits