Actu

En 2022, la Comédie-Française célèbre les 400 ans de Molière comme il se doit

15 janvier 2022
Par Félix Tardieu
Quatre portraits gravés de Molière (1622-1673)
Quatre portraits gravés de Molière (1622-1673) ©Coll. Comédie-Française

À l’occasion des 400 ans du célèbre dramaturge, né à Paris en 1622, la troupe de la Comédie-Française sera au coeur d’une vaste programmation rassemblant des classiques du répertoire, des créations contemporaines et des productions disponibles en ligne.

« S’il est une maison de théâtre où l’on ne sait pas comment on doit jouer Molière, c’est bien la sienne » : c’est avec ces mots qu’Éric Ruf, administrateur général de la Comédie-Française, évoque avec modestie la saison Molière qui s’ouvrira le 15 janvier – jour de naissance de Jean-Baptiste Poquelin – et qui célébrera sans interruption les oeuvres du grand dramaturge français jusqu’au 25 juillet prochain. Celle-ci s’ouvrira en grande pompe avec Tartuffe ou l’Hypocrite, dans une mise en scène signée Ivo van Hove au goût singulier pour la Troupe puisque celle-ci n’a jamais été rejouée sur scène depuis sa création. Il ne s’agira donc pas de Tartuffe ou l’Imposteur (1669), pièce en cinq actesque les amateurs de théâtre connaissent sur le bout des doigts, mais bel et bien de Tartuffe ou l’Hypocrite, première version de la pièce écrite par Molière en 1664 et censurée à la demande de Louis XIV. Une pièce sortie d’outre-tombe, grâce au travail de longue haleine de l’historien de Georges Forestier, dont le metteur en scène belge s’empare avec un malin plaisir. Cette version « non censurée » du Tartuffe résonnera donc comme un symbole fort  le 15 janvier prochain, lors de sa toute première représentation par la Troupe de la Comédie-Française.

Ce sera également l’occasion de (re)découvrir quelques classiques de Molière, en sa « Maison » : L’Avare, Les Fourberies de Scapin, Le Misanthrope, Le Malade imaginaire, Le Bourgeois gentilhomme, Dom Juan ou encore Les précieuses ridicules. Évoquant un Molière « aux mille visages et aux mille théâtres », Éric Ruf ouvre la porte à des créations gravitant autour de l’oeuvre de Molière, exposant celle-ci à de nouveaux horizons :  on découvrira ainsi D’où rayonne la nuit de Yoann Gasiorowski, explorant l’imparable tandem Molière/Lully, mais également Le Silence de Molière de Giovanni Macchia (1912-2001), Ex-traits de femmes de Anne Kessler, seule-en-scène autour des personnages féminins de Molière, ou encore Jean-Baptiste, Madeleine, Armande et les autres… de Julie Deliquet, qui projette les pensionnaires actuels de la Comédie-Française dans la peau de leurs aïeuls.

La salle Richelieu arborera quant à elle un ensemble de près de deux-cents portraits de Molière, pour mettre un visage définitif sur cet immense auteur et égayer la programmation foisonnante qui lui est consacrée. Pour ceux qui ne pourraient pas se rendre en personne dans l’enceinte du théâtre, quelques spectacles seront diffusés sur les antennes de France Télévisions et dans certains cinémas Pathé. Enfin, pour les internautes, la Troupe de la Comédie-Française reprendra à cette occasion son rendez-vous hebdomadaire « Théâtre à la table », lancé pendant le deuxième confinement. Et maintenant, place au théâtre !

Molière 2022 – Du 15 janvier au 25 juillet 2022 – Dates, infos pratiques et billetterie par ici

Article rédigé par
Félix Tardieu
Félix Tardieu
Journaliste
Pour aller plus loin