Une vie : 3 bonnes raisons de voir le film avec Anthony Hopkins

22 février 2024
Par Lisa Muratore
Anthony Hopkins dans “Une vie”.
Anthony Hopkins dans “Une vie”. ©SND

Après The Son et Armageddon Time, Anthony Hopkins est de retour dans les salles obscures françaises avec Une vie, réalisé par James Hawes. Attendu ce mercredi 21 février au cinéma, L’Éclaireur revient sur trois bonnes raisons d’aller voir le biopic sur le résistant britannique, Nicholas Winton.

Avec Une Vie, James Hawes revient sur l’engagement de Nicholas Winton, un britannique qui en 1938, alors que Prague est sur le point de tomber aux mains des nazis, a sauvé plus de 600 enfants de la déportation. Ce banquier londonien a, en effet, tout mis en œuvre pour leur éviter la déportation dans les camps de concentration en organisant des convois vers l’est de l’Europe. Au péril de sa vie, il sauvera finalement 669 enfants juifs, qui trouveront par la suite refuge en Angleterre.

Cette histoire vraie est aujourd’hui racontée dans Une vie. Si le film est un biopic montrant le déroulé des événements survenus en République Tchèque à l’horizon de la Seconde Guerre mondiale, James Hawes raconte également les conséquences, ainsi que sa divulgation au monde. C’est dans cette partie qu’intervient Anthony Hopkins dans la peau d’un Nicholas Winton vieilli et marqué par les affres du combat. L’acteur britannico-américain offre une performance touchante, preuve du spectre de son talent. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il faut aller voir Une vie au cinéma.

1 Anthony Hopkins

La dernière fois que l’on avait aperçu Anthony Hopkins au cinéma, c’était il y a plus d’un an. Il incarnait alors le grand-père du jeune Paul Graff dans Armageddon Time (2022). Malgré une brève présence dans le film de James Gray, l’acteur, alors au sommet de son art, avait brillé grâce à une interprétation émouvante. Avant cela, il avait explosé nos âmes et bouleversé nos cœurs dans The Father (2020), drame sur la maladie d’Alzheimer mené par Florian Zeller. Aux côtés de James Hawes, Anthony Hopkins retrouve ce registre qui lui colle tant à la peau aujourd’hui et dans lequel il excelle.

Anthony Hopkins dans “Une vie”. ©SND

Loin de l’image terrifiante du serial killer du Silence des Agneaux (1991), le comédien offre une prestation aussi subtile que touchante. Par son mutisme parfois assourdissant, ses gestes et ses regards, Anthony Hopkins parvient à nous convaincre de la détresse de son personnage enfermé dans les souvenirs d’un passé violent, et usé par cette épreuve marquante.

Bien qu’Une vie ne réinvente pas le genre du biopic, ni le film de guerre, il peut compter sur son acteur principal, mais aussi une galerie de personnages et d’interprètes parmi lesquels on retrouve Helena Bonham Carter, Lena Olin, Johnny Flynn ainsi que Jonathan Pryce.

2 Le récit de la Seconde Guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale a été racontée de multiples façons au cinéma. Une vie, cette fois-ci, se concentre sur une histoire méconnue survenue à l’horizon de l’affrontement de 1939-1945 : le sauvetage de 669 enfants juifs loin des frontières de la République Tchèque.

Une vie.©SND

L’histoire de Nicholas Winton – souvent surnommé le Schindler Britannique – permet de mieux saisir l’implication des forces anglaises à l’époque, le combat de certains résistants, mais aussi les enjeux qui se dessinaient pour l’Allemagne sur le front ouest de l’Europe.

À l’image du film de Steven Spielberg, La Liste de Schindler (1993), le long-métrage de James Hawes présente certains procédés similaires en embarquant notamment le spectateur dans les ghettos juifs, et en montrant les difficultés d’un échappatoire.

10€
13€
En stock
Acheter sur Fnac.com

3 Une histoire vraie

C’est une image désormais culte que nous offre le film : celle d’une émission britannique, qui en 1988, avait révélé les faits d’armes de Nicholas Winton. Basé sur les mémoires de Barbara Winton, If It’s not impossible… The Life of Sir Nicholas Winton, sa fille, le long-métrage revient non seulement avec précision sur ce passage télé désormais culte, mais aussi sur les rencontres, les discussions, et les objets qui ont marqué sa révélation. Un effort de reconstitution primordial, entre fiction et réalité, qui donne à Une vie une épaisseur historique supplémentaire, sans jamais renier l’émotion.

Bande-annonce du film Une vie.

Une vie de James Hawes avec Anthony Hopkins, Johnny Flynn et Helena Bonham Carter, 1h49, au cinéma le 21 février 2024.

À lire aussi

Article rédigé par
Lisa Muratore
Lisa Muratore
Journaliste