Actu

Spotify n’est pas content (du tout) de la nouvelle taxe à 27% d’Apple

19 janvier 2024
Par Pierre Crochart
Spotify n'est pas content (du tout) de la nouvelle taxe à 27% d'Apple
©Diego Thomazini / Shutterstock.com

Les annonces faites par Apple en marge de l’épilogue du procès l’opposant à Epic ne font pas que des heureux.

Un procès chasse l’autre ? En tout cas, les « assouplissements » concédés par Apple il y a quelques jours font monter la moutarde au nez de Spotify. Depuis longtemps opposé à la commission de 30% que prélève la marque à la pomme sur les transactions effectuées sur l’App Store, le géant du streaming implore la Commission européenne d’agir.

À partir de
269,99€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Quel est le problème ?

Pour se sortir du bourbier l’opposant à Epic, qui souhaite qu’Apple laisse les éditeurs d’applications s’émanciper de l’App Store et donc échapper à la commission de 30% que la marque s’arroge sur chaque achat, la firme de Cupertino a fait une annonce qui a largement déplu.

Concrètement, les éditeurs d’applications vont pouvoir intégrer dans leurs programmes une invitation à utiliser un autre moyen de paiement que celui intégré à l’App Store. Mais Apple ne compte pas retirer sa mainmise sur les bénéfices des développeurs pour autant. La marque prélèvera, le cas échéant… 27% du montant de la transaction.

Une pirouette considérée comme outrancière par Spotify, qui se fait la voix des innombrables développeurs et développeuses qui attendaient une révolution et n’ont eu droit qu’à un pis-aller.

Spotify monte au front

Le géant du streaming musical a fait parvenir à plusieurs médias un texte dénonçant la politique d’Apple. « Une fois de plus, Apple a démontré qu’il ne reculera devant rien pour protéger les bénéfices qu’il tire sur le dos des développeurs et des consommateurs sous son monopole de boutique d’applications », débute le communiqué au vitriol de Spotify. L’entreprise suédoise va jusqu’à écrire que la nouvelle politique esquissée par Apple est prohibée par le Digital Markets Act, lequel doit justement prévenir l’entretien de monopoles par les géants de la tech. Autrement dit : la route qu’envisage d’emprunter Apple serait illégale dans l’Union européenne.

Spotify demande ensuite clairement au gouvernement du Royaume-Uni d’utiliser son pouvoir pour mettre un terme aux « fausses postures » d’Apple, et l’empêcher de tout bonnement « recréer la taxe Apple [celle, initiale, de 30%, NDLR] ».

« Nous demandons fermement aux législateurs britanniques de passer une loi empêchant Apple d’implémenter des commissions similaires, ce qui aidera à cultiver une industrie de la tech plus compétitive et innovante pour les consommateurs et les entreprises au Royaume-Uni », conclut le communiqué de Spotify.

Le site spécialisé iMore rappelle à toutes fins utiles que les 27% de commission d’Apple se transformeront en 12% pour les entreprises bénéficiant du programme Small Businesses (c’est-à-dire qui génèrent moins de 1 million de dollars de chiffre d’affaires par an). Ce taux allégé est normalement de 15% sur les transactions effectuées via le système de paiement d’Apple.

À lire aussi

Article rédigé par
Pierre Crochart
Pierre Crochart
Journaliste
Pour aller plus loin