Actu

Les petits arrangements entre Google et Spotify exposés durant le procès Epic v. Google

21 novembre 2023
Par Damien Fregoli
Les petits arrangements entre Google et Spotify exposés durant le procès Epic v. Google
©Dan Chetroni / Shutterstock.com

Le procès opposant actuellement Google à Epic nous donne accès à de précieux documents mettant au jour de petits arrangements entre amis.

Très vocal ces dernières années concernant le montant des commissions qu’il doit à Apple ou Google pour chaque abonnement souscrit depuis un smartphone, Spotify a visiblement su négocier comme un chef avec les éditeurs du Play Store Android. D’après les informations exposées à la lumière du procès opposant Epic à Google, Spotify bénéficie de conditions très avantageuses sur le magasin d’applications Android.

909€
1 159€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Spotify ne paie… rien

La chose a été confirmée par Dan Harrison, responsable des partenariats internationaux de Google lors de son audition à la cour. Spotify ne paie actuellement aucun frais sur les abonnements passés sur le Play Store, dans le cas où les nouveaux abonnés choisissent d’utiliser le système de paiement de Spotify. Dans le cas où les internautes choisiraient d’utiliser Google Pay, Spotify ne cède ainsi que 4% du montant de la transaction. Infiniment moins que les 15% normalement prélevés dans ce genre de cas par Google.

Selon Harrison, qui s’est battu pour garder secret cet arrangement, conscient que cela peut endommager la relation de Google avec d’autres partenaires, estime cependant que la popularité de Spotify est telle qu’elle nécessitait un accord sur-mesure. Il est vrai que la plateforme de streaming musical suédoise est, d’assez loin, la plus populaire au monde. D’après les derniers décomptes, elle s’arroge près de 31% des parts de marché, suivie par Apple Music autour de 15%.

« Si nous ne faisons pas en sorte que Spotify fonctionne correctement à travers les Play Services et les services essentiels [d’Android], les gens n’achèteraient pas de téléphones Android », résume Don Harrison lors du procès. « Ces partenariats clés nous permettent d’amener plus d’utilisateurs sur Android et Play en améliorant continuellement l’expérience pour toutes et tous, et en créant des opportunités pour tous les développeurs. »

Netflix aurait refusé une offre similaire

Questionné sur d’autres entreprises qui aurait pu bénéficier de ce genre d’arrangements, Dan Harrison est cependant resté mutique. On apprenait toutefois il y a quelques jours que Netflix s’était vu offrir une ristourne amenant la commission sur chaque abonnement à 10% au lieu de 15%. Une offre que le géant du streaming aurait toutefois refusée, préférant tout simplement ne plus permettre aux nouveaux clients de souscrire à un abonnement depuis un smartphone. Il faut donc s’abonner depuis un navigateur internet — une démarche plus pénible pour les utilisateurs, qui permet néanmoins à Netflix de récolter tous les fruits de ses ventes.

Epic et Google s’affrontent en ce moment dans un procès aux États-Unis concernant précisément le sujet des commissions prélevées sur chaque vente. En 2020, l’éditeur de Fortnite avait mené une campagne très agressive pour tenter d’inverser la tendance, mais dont la résultante a été la disparition de son jeu phare du Play Store de Google.

D’apprendre que Spotify a bénéficié du genre d’accord qui aurait probablement permis à Epic de rester sur le Play Store pourrait bien changer la face de ce procès qui s’annonce riche en rebondissements.

À lire aussi

Article rédigé par
Damien Fregoli
Damien Fregoli
Journaliste