Actu

Un smartphone à la durée de vie illimitée ? C’est ce que vise cette start-up

15 janvier 2024
Par Pierre Crochart
Un smartphone à la durée de vie illimitée ? C'est ce que vise cette start-up
©Dragana Gordic / Shutterstock.com

Aujourd’hui, un smartphone réputé endurant tiendra, au mieux, deux à trois jours. Et si une batterie révolutionnaire permettait de ne pas la recharger pendant 50 ans ?

Betavolt Technology est une start-up chinoise qui dit être la première à avoir conçu une batterie nucléaire miniature pour smartphones n’ayant besoin d’être rechargée qu’une fois tous les demi-siècles. Une prouesse technologique qui enthousiasme autant qu’elle inquiète.

À partir de
936€
En stock vendeur partenaire
Acheter sur Fnac.com

Des risques de santé publique rapidement écartés

Oui, le mot nucléaire fait peur, surtout quelques mois après la sortie d’Oppenheimer. Pourtant, la jeune pousse pékinoise rassure immédiatement : sa batterie miniature (elle ne mesure que 15 x 5 x 5 nm) BV100 ne contient pas de plutonium et assure que l’usage d’un semi-conducteur en diamant et d’un isotope de nickel en décomposition ne présentent aucun risque de radiations et ne sont pas toxiques. Par ailleurs, la BV100 ne serait pas sujette aux risques d’explosion ou d’inflammation, même dans des conditions extrêmes (-60°C à 120°C).

À comprendre les annonces de Betavolt Technology, sa batterie nucléaire serait donc moins dangereuse, plus performante, et moins coûteuse à produire que les actuelles batteries en lithium qui représentent l’essentiel des accumulateurs utilisés dans les appareils électroniques grand public.

batterie nucléaire
©Betavolt Technology

Un produit d’abord destiné aux professionnels

Même si l’entreprise se dit prête à entamer une production de masse pour sa batterie à l’autonomie de 50 ans, c’est avant tout les professionnels qui devraient profiter de ses atouts. Du moins dans un premier temps.

Betavolt Technology a en effet dans son viseur le secteur médical, l’aéronautique et celui des microprocesseurs pour attirer des investisseurs. Vous l’aurez compris : ce n’est pas encore tout de suite que l’on pourra se passer de ce bon vieux chargeur pour notre smartphone.

Par ailleurs, le compte n’y est pas encore : ce premier prototype BV100 est capable de produire une puissance de 100 microwatts d’électricité, et vise 1 Watt pour 3 volts à d’ici 2025. Aujourd’hui, la batterie de nos smartphones fonctionne en moyenne à 3,8 V.

À lire aussi

Article rédigé par
Pierre Crochart
Pierre Crochart
Journaliste
Pour aller plus loin