Actu

Copilot : l’IA de Windows désormais accessible via une application Android

27 décembre 2023
Par Pierre Crochart
Copilot : l'IA de Windows désormais accessible via une application Android
©Robert Way / Shutterstock.com

Quelques semaines après son lancement officiel, la firme a discrètement sorti une appli mobile permettant d’utiliser son IA.

Une application pour l’heure disponible uniquement sur les smartphones Android, bien que la plupart des fonctionnalités de Copilot soient encore intégrés à l’appli Bing sur les iPhone et iOS.

À partir de
1 190,12€
En stock vendeur partenaire
Voir sur Fnac.com

À quoi sert l’application Copilot ?

Disponible dès maintenant sur le Google Play Store, l’appli Copilot est conçue pour centraliser l’essentiel des fonctionnalités liées à l’IA intégrées aux produits Microsoft au cours de l’année. Bâti sur ChatGPT en partenariat avec OpenAI (la marque détient 49% des parts de la startup), Copilot a fait son apparition au sein de Windows 11 via une dernière mise à jour majeure. Voici quelques unes de ses fonctionnalités phares :

  • Lancer des requêtes, poser des questions précises à l’IA ;
  • Générer des images grâce à Dall·E 3 ;
  • Permuter entre GPT-3 et GPT-4.
Windows Copilot app android
©Capture d'écran / Google Play Store

Cette dernière est particulièrement appréciable car proposée gratuitement. Via l’application ChatGPT, l’accès à GPT-4 et sa nouvelle déclinaison GPT-4 Turbo est conditionnée à la souscription d’un abonnement facturé 22,99€ par mois.

Des fonctionnalités déjà disponibles ailleurs

On l’a dit, Copilot ne fait concrètement que centraliser des fonctionnalités déjà présentes dans d’autres applications. Anciennement connu sous le nom de Bing Chat, l’assistant dopé à l’IA de Microsoft, est notamment accessible via le navigateur Edge, mais aussi via le clavier SwiftKey ou la messagerie Skype.

Toujours est-il qu’il est préférable de disposer d’une application couteau suisse que d’une myriade de services redondants. Aussi, avec cette application, Microsoft s’assure de conserver une belle avance sur Bard, l’IA de Google, qui n’est toujours accessible que via un navigateur Web — et qui n’est toujours pas très recommandable.

À lire aussi

Article rédigé par
Pierre Crochart
Pierre Crochart
Journaliste