Actu

SoundLink Revolve (Plus) II : Bose améliore l’autonomie de ses enceintes nomades

21 janvier 2021
Par Laure Renouard

Bose offre un coup de jeune à sa série d’enceintes nomades SoundLink Revolve, déclinée en version II. Au menu, une amélioration en termes de résistance à l’eau et à la poussière, mais aussi une autonomie accrue.

Si l’on parle essentiellement de Bose pour ses excellents casques à réduction de bruit active, segment dynamique s’il en est – son HP 700 figure parmi les références du moment – et ses récentes lunettes audio, la marque américaine fabrique également des enceintes nomades. Elle commercialise dès à présent une version légèrement retouchée de ses SoundLink Revolve et Revolve+, estampillées II.

 © Bose
© Bose

Les nouvelles enceintes de Bose affichent un design inchangé par rapport aux premières Revolve, datant du printemps 2017. Les modèles II affichent le même style : un format légèrement conique, un revêtement en aluminium, une poignée de transport pour la Revolve+ II, et des boutons de contrôle sur le dessus. Bose promet un équipement sonore inchangé (voire nos tests des Revolve et Revolve+), mais des améliorations sur des points cruciaux. Leur autonomie annoncée à 12 et 16 heures pour le plus petit et le plus grand modèle d’ancienne génération doit être améliorée d’une heure. Une bonne nouvelle, d’autant que nos mesures Labo avaient permis de soulever leur bonne endurance (plus de 17 heures pour la Revolve et de 18h30 pour la Revolve+). Ajoutons que leur certification IPx4 est désormais remplacée par une certification IP55. Les enceintes sont donc un peu mieux protégées contre les projections d’eau, et gagnent de surcroît une résistance à la poussière.

 © Bose
© Bose

Les SoundLink Revolve II et Revolve+ II sont d’ores et déjà disponibles dans le commerce. Elles sont un peu moins onéreuses que leurs aînées à leur lancement (229,95 et 329,95 euros) puisqu’on les trouve aux tarifs respectifs de 199,99 euros et 299,99 euros. Elles sont chacune déclinées en gris et en noir.

Article rédigé par
Laure Renouard
Laure Renouard
Journaliste
Pour aller plus loin