Actu

Des capteurs 3D plus performants dans les smartphones de 2019 grâce à Sony

02 janvier 2019
Par Mathieu Freitas

Sony proposera dès cette année une nouvelle technologie de capture 3D, et la firme aurait déjà reçu commande de plusieurs fabricants de smartphones.

Plus rapide que la saisie d’un mot de passe ou d’un schéma, la biométrie est aujourd’hui proposée comme méthode d’authentification sur les smartphones, même d’entrée de gamme, et rares sont les utilisateurs à ne pas avoir cédé à la tentation de l’utiliser. Et pourtant. Les solutions proposées ne sont pas toujours très fiables, principalement lorsqu’il s’agit de reconnaissance faciale. Plusieurs smartphones Android ont d’ailleurs été pris en défaut dans une récente étude, qui sacrait au passage la technologie Face ID d’Apple comme la plus sûre du genre grâce à sa caméra 3D TrueDepth. Des déboires dont entend bien profiter Sony, qui devrait proposer dès cette année un nouveau capteur 3D ultra-performant.

 © Kiyoshi Ota / Bloomberg
© Kiyoshi Ota / Bloomberg

Plus de détails, et moins d’inconvénients

C’est le responsable de la division semi-conducteurs de Sony, Satoshi Yoshihara, qui en a révélé l’existence lors d’une interview accordée à Bloomberg, ajoutant proposer avec son système une nouvelle méthode de capture 3D. En s’appuyant sur des rayons laser plutôt que sur une grille figée comme celui des iPhone, pour ne citer que lui, celle-ci permettrait la création de modèles 3D plus précis et fonctionnerait à plus longue distance : jusqu’à 5 mètres. Les domaines d’application seraient nombreux et incluraient notamment les jeux vidéo, mais les smartphones seraient bien les premiers à en profiter, pour la reconnaissance faciale notamment.

Plusieurs fabricants auraient déjà passé commande pour équiper l’avant ou l’arrière de leurs modèles en 2019, et si Satoshi Yoshihara ne communique évidemment pas sur leur identité, il est fort probable que Samsung, Apple ou Huawei en fassent partie. Tous achètent en tout cas déjà des capteurs photo à Sony, qui indique en outre avoir déjà rentabilisé ses investissements dans la capture 3D et s’attendre à en dégager des bénéfices significatifs au cours de sa prochaine année fiscale.

Article rédigé par
Mathieu Freitas
Mathieu Freitas
Journaliste
Pour aller plus loin