Sélection

Rentrée littéraire : les coups de cœur des lecteurs Fnac

30 octobre 2020
Par Frédérique
Rentrée littéraire : les coups de cœur des lecteurs Fnac
©dr

Quels ont été les coups de cœur des grands lecteurs de la Fnac pour cette rentrée ? Les membres du Cercle littéraire nous envoient régulièrement leurs chroniques autour des romans qu’ils ont découverts et aimés. Poésie, terroir, mémoire familiale, destins de femmes romans historiques ou OVNI : découvrez la rentrée du Cercle littéraire.

 

L’Amérique en question

Qu’ils soient américains ou français, des auteurs questionnent la société et l’histoire récente des États-Unis.

Nickel-boysNickel Boys de Colson Whitehead, le coup de cœur de Carole B. (Nesle la Vallée)

Un livre fort qui interpelle et bouleverse à la fois !

Dans les années 1960, Elwood vit avec sa grand-mère à Tallahassee. C’est un brillant élève qui aime écouter en boucle les discours de Martin Luther King depuis son plus jeune âge. (…) Elwood a foi en l’Homme quelle que soit sa couleur de peau. (…)J’ai découvert la plume de Colson Whitehead à travers ce roman qui s’avère juste, fluide, empathique à l’égard de son personnage !

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Charles Recoursé

Avant-les-diamantsAvant les diamants de Dominique Maisons : le coup de cœur de Jean-Louis V. (Montréal)

Hollywood magique et truqué

Hollywood est (presque) toujours magique ! Voici une fresque captivante, très documentée, parsemée d’évènements historiques et biographiques de bonne facture. (…) Dominique Maisons nous offre la description réaliste et inquiétante d’une Amérique qui installe sa propagande jusque dans les rouages de l’industrie du cinéma des années 1950. (…) Ce n’est presque plus de la littérature, c’est du 7° art qui tient en haleine le lecteur-spectateur jusque dans les dernières pages.

Des vies à découvert - Barbara KingsolverDes vies à découvert de Barbara Kingsolver : le coup de cœur de Sylvie B. (La Varenne St Hilaire)

Le malaise de la classe moyenne américaine

Cette histoire permet d’aborder agréablement des thèmes variés : la dépréciation des études universitaires et la difficulté spécifiquement américaine de rembourser les prêts étudiants ; l’égalité hommes-femme, notamment dans la vie professionnelle ; la défaillance du système de santé envers les plus pauvres ; l’écologie, avec le réchauffement climatique et la frénésie de consommation ; la biodiversité, et la remise en cause de la théorie de l’évolution de Darwin par l’obscurantisme religieux, soit de nouveau la dévalorisation du savoir.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Martine Aubert

Terroir et nature

Dans ces quatre romans, la nature est un personnage à part entière et influence les destins des femmes et des hommes, fascine, réconforte ou effraie.

9782081433489_NatureHumaine_Couv-400x623Nature humaine de Serge Joncour : le coup de cœur de Jean-Louis B. (Le Mesnil St Denis)

Un livre à mettre entre toutes les mains !

Les lecteurs plus anciens revivront avec émotion les années 1970/1999. Les plus jeunes découvriront que les mouvements d’aujourd’hui ressemblent à ceux d’hier, que l’incompréhension entre générations est éternelle et que la violence ne date pas de leur génération.

Serge Joncour rappelle que la nature a toujours le dernier mot et que l’explosif à base d’engrais ne date pas du XXIème siècle.

Le-dit-du-mistral-Olivier Mak-BouchardLe Dit du Mistral d’Olivier Mak-Bouchard : le coup de cœur d’Anny M. (Marseille)

Un conteur sensible et captivant

Comment devenir archéologues amateurs et surtout clandestins ? (…) Natif de Provence, Olivier Mak-Bouchard signe un premier roman admirable et si plaisant à lire, ayant pour décor le Luberon. Un texte servi avec clarté, nourri de contes et légendes, et de faits historiques, qui fait la part belle à la nature, au partage, avec fantaisie, séduction, passion et gourmandise.

Le-sanctuaire-Laurine Roux

Le Sanctuaire de Laurine Roux : le coup de cœur de Nicole G. (Le Mans)

La nature à l’état brut

Le sanctuaire, c’est l’endroit où la famille de June et Gemma a trouvé refuge après qu’une épidémie transmise par les oiseaux a décimé la population. Un endroit perdu, en pleine nature (…) Laurine Roux fait merveille avec ce récit tout en tension et en sensations. La nature est un personnage à part entière, une nature à l’état brut dont les descriptions sont magnifiques, chargées d’images et de frissons. (…) On réfléchit à ce qui fait une civilisation, mais également à l’emprise, au libre-arbitre et à l’enfermement. Et, plus important, on ne lit pas, on ressent.

Buveurs-de-vent

Buveurs de vent de Franck Bouysse : le coup de cœur de Sylvette C. (Castelnau)

Un roman au pouvoir magnétique

Une écriture riche et limpide, imagée, sentant le terroir et nous y plongeant. Avant même de rencontrer les personnages du roman, nous sommes déjà baignés dans cette nature, et nous pensons comme quelqu’un né là-bas, dans la vallée, hostile mais bienfaisante. (…) Ce roman noir de Franck Bouysse fait à nouveau mouche ; l’écriture y est flamboyante et poétique. Grâce à une atmosphère pesante qui s’installe patiemment, un système social dépravé est sur le point de tomber, c’est la magie des mots.

Le magnétisme de ce livre nous poursuivra longtemps.

Histoires familiales

Des auteurs reviennent sur les destins parfois difficiles de leurs ancêtres, et sur l’héritage qu’ils ont laissé. D’autres immergent le lecteur dans l’ambiance étouffante de familles sans amour, voire de dynasties royales.

HeritageHéritage de Miguel Bonnefoy : le coup de cœur d’Alain L. (Levallois-Perret)

Une très belle réussite !

Le phylloxéra a gagné. Il pousse un vigneron jurassien à émigrer avec pour tout bagage, un cep de vigne, sain. Les hasards de la vie font qu’il s’implante à Santiago et non en Californie. De 1873 à 1973, Miguel Bonnefoy, avec son talent de conteur, déroule la saga des Lonsonier, entre Chili et Europe. (…) Comme dans Le voyage d’Octavio et Sucre noir, Miguel Bonnefoy introduit un peu de poésie, de surnaturel, de rêve. Il marie avec bonheur l’Histoire à l’histoire familiale (celle de l’auteur), mêlant habilement éléments réels et fiction. Un roman très réussi qui est porté par une écriture flamboyante, entrainante et élégante.

Le-tailleur-de-Relizane-Olivia-ElkaimLe tailleur de Relizane d’Olivia Elkaim : le coup de cœur de Nadine D. (Bandol)

Un bien émouvant roman-vrai !

Olivia Elkaim, petite fille d’un couple de pieds-noirs juifs partis d’Algérie en 1962 « une main devant, une main derrière », s’intéresse à la vie de ses grands-parents, Viviane et Marcel, tailleur à Relizane près d’Oran, et s’attache à faire revivre leur arrivée en France. (…) Au fil de ce qu’a été leur tragédie ainsi que celle de nombreux rapatriés, Olivia Elkaim se sent appartenir à cette population si mal accueillie en France.

C’est un très beau roman, à l’écriture fluide, émouvant car entièrement ancré dans le réel. 

Memoire-de-soieMémoire de soie d’Adrien Borne : le coup de cœur de Laure N. (Aix-les-Bains)

Des vies rongées par le silence

En ce matin de juin 1936, Émile, 20 ans quitte soin village drômois, dans l’indifférence de ses parents, Suzanne et Auguste, afin d’effectuer son service militaire. Au dernier moment, sa mère glisse dans son sac un petit carnet : « C’est pour l’armée, un livret de famille, ils comprendront » (…)

Dans ce premier roman poignant et très réussi, Adrien Borne nous fait rentrer dans l’intimité d’une famille taiseuse, murée dans ses secrets. Son écriture précise et rugueuse excelle à exprimer l’âpreté des sentiments de ces cœurs cabossés par la vie et par la guerre. Mais derrière les silences, les sentiments existent malgré tout. Une lecture poignante qui ne laisse pas indemne.

Monde moderne

Parler du monde moderne ce peut être donner la parole aux exclus et aux malmenés de la vie, confronter le lecteur à la violence, mais aussi et heureusement voire notre société sous un prisme comique.

Mes Fous de Jean-Pierre Martin : le coup de cœur d’Anne C. (Issy les Moulineaux)

Mes-Fous- Jean-Pierre Martin

L’art de l’écoute

Sandor, qui parle à la première personne, offre une écoute patiente aux schizophrènes, à leur entourage, à tous les malmenés de la vie. Souvent à son corps défendant. Il constate juste qu’il est, plus que les autres toujours là où il faut pour recueillir les paroles et délires de fous. (…) C’est le livre des paroles difficiles à prononcer, de ceux que nul ne comprend, à qui nul n’apporte de réconfort. Le livre des paroles délirantes des psychotiques en tout genre. Et il y en a !

AreneArène de Négar Djavadi : le coup de cœur de d’Alain L. (Levallois-Perret)

Actes de délinquance et réseaux sociaux

Dans cette radioscopie, Négar Djavadi décrit les personnages tels qu’ils sont, sans jugement, marqués par les mensonges, des lâchetés, l’égocentrisme. Vivre par procuration, à travers les séries des plateformes ou les réseaux sociaux, déconnecte de la réalité et banalise la violence. Rumeurs et « fake news » conduisent à un final apocalyptique.

Acteurs et spectateurs des évènements sont plongés dans une arène dont nul ne sort indemne. Un livre mené tambour battant, d’une grande inventivité et d’une grande actualité. Les destins se croisent, se heurtent et se fracassent. Le lecteur ne peut qu’apprécier le talent de conteuse de Négar Djavadi.

Comme-un-empire-dans-un-empireComme un empire dans un empire d’Alice Zeniter : le coup de cœur de Jean-Louis B. (Le Mesnil St Denis)

Alice Zeniter sonde les nouvelles générations

Alice Zeniter nous fait découvrir la génération nouvelle qui, devant un monde violent, à bout de souffle, se pose la question : comment changer ce monde en y survivant ? Rencontre improbable entre L, hackeuse et Antoine, attaché parlementaire. Une symphonie inachevée sur fond de musique concrète.

Il faut entrer dans ce roman qui nous fait connaître des mondes si éloignés de nous et si proches qu’ils nous enveloppent.

Les historiques

Une page d’histoire peut être le point de départ pour mettre en scène les destins individuels de grands personnages ou d’anonymes, de tous ceux qui ont fait cette Histoire.

L-historiographe-du-royaumeL’historiographe du royaume de Maël Renouard : le coup de cœur de Martine L. (Lyon)

Splendide livre d’aventures sur l’histoire du Maroc

Au Maroc, selon une rumeur, les émissaires du Sultan Sidi Mohammed choisissent les jeunes garçons qui accompagneront le Prince dans sa scolarité. Abderrahmane est l’un d’eux. (…) Nous assistons à l’histoire de ce peuple, de ce pays à travers le règne du Sultan Moulay Ismaël qui inspira Hassan II. Il fut un bienfaiteur pour le Maroc mais également un tyran brutal et sanguinaire. Plus proche de nous, nous découvrons la cour du roi Hassan II, ses courtisans, ses us et coutumes au fil des aventures d’Abderrahmane.

Les-Graciees-Kiran Millwood HargraveLes Graciées de Kiran Millwood Hargrave : le coup de cœur d’Anny M. (Marseille)

Un hymne magistral à l’émancipation et à la tolérance

Inspiré de faits historiques ayant pour cadre, Vardø, presqu’île de pêcheurs du comté de Finnmark au nord-est de la Norvège, ce roman servi par une prose fascinante et bouleversante, nous immerge dans le quotidien âpre et laborieux des rescapées d’une tempête ayant sévi la veille de Noël en 1617, et dans la chasse aux sorcières menée quelques années plus tard…

La grande force de ce texte réaliste et captivant, est de nous faire partager avec empathie et suspense le cheminement de cette communauté de femmes traumatisées, qui doit apprendre à survivre à une époque où elles n’étaient pas incitées à être autonomes et ce, jusqu’aux redoutables accusations de sorcellerie et à leurs conséquences pour certaines.

Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Sarah Tardy

Never-Mind-Gwenaëlle RobertNever Mind de Gwenaëlle Robert : le coup de cœur de Jean-Louis V. (Montréal)

La grande Histoire des anonymes

Gwenaële Robert nous entraîne le 3 nivôse de l’An IX (24 décembre 1800) dans le Paris d’une France qui se cherche, entre Monarchie, Révolution, Directoire, Consulat qui sous-tendent les prémices du 1er Empire.

Toute une galerie de portraits parsème ce roman historique enrichi d’anecdotes méconnues. Des tranches de vie dont le prisme déformant de l’Histoire n’a retenu que les grands noms. Ce livre pourrait servir d’épitaphe à ces anonymes.   

Destins de femmes

Elles prennent leur vie en main, souvent contre vents et marées, contre les traditions, les pressions familiales, et parfois lèguent à leur filles des messages d’espoir.

Liv-maria- Julia KerninonLiv Maria de Julia Kerninon : le coup de cœur d’Élodie D. (Prunay)

Une écriture juste et vraie

Le destin hors du commun d’une femme hors normes, qui a vécu plusieurs vies tout en restant fidèle à ses profondes convictions et à son instinct.

Julia Kerninon a un vrai talent pour dépeindre et retranscrire les états d’âme, les sentiments, les tourments et les passions. Une certaine crudité très savamment dosée parfois, mais jamais de vulgarité ni de fioritures.

La-petite-derniere-Fatima-DaasLa Petite Dernière de Fatima Daas : le coup de cœur de Marie-Pierre T. (Issy les Moulineaux)

Délicat portrait de soi-même

Je m’appelle Fatima Daas. Je suis française d’origine algérienne. Je suis musulmane. Je porte le nom d’un personnage symbolique en islam. Je porte un nom auquel il faut rendre honneur. Un nom qu’il ne faut pas salir. (…)Difficile après ces quelques mots dessinant un portrait incomplet et réducteur, tant la parole est absente au sein de sa famille de rajouter : je suis lesbienne. (…) Un roman écrit comme une confession emplie de délicatesse permettant à son autrice de respirer enfin et de ne plus se cantonner au rôle étouffant de petite dernière.

Les-roses-fauves-carole-MartinezLes Roses fauves de Corinne Martinez : Le coup de cœur de Caroline L. (Cambridge)

Les secrets des cœurs

Voici un roman plein de poésie, de délicatesse, une histoire d’amours (au pluriel), sur l’amour, sur la mort qui engendre l’amour.

Au cœur de l’histoire, Lola, de son vrai nom Dolorès ; solitaire et boiteuse, elle tient le bureau de poste d’un petit village breton. À côté d’elle, la narratrice, l’écrivaine arrivée de Paris pour trouver un écrin paisible pour entamer son nouveau roman, dont Lola et les vies de ses ancêtres vont devenir les personnages principaux.

C’est un roman où passé et présent se côtoient, voire s’entremêlent, entre le réel et l’imaginé/l’imaginaire, entre histoire et fable, où « on remue l’intime ». Le fil conducteur : les roses fauves envahissantes avec leurs épines et leur parfum. À lire pour se faire enchanter.

Poésie

La poésie des jardins de Kyoto, celle des textes d’Emily Dickinson ou des légendes cherokee sont les destinations auxquelles nous convient trois autrices de talent et leurs trois lectrices.

Une-rose-seule-Muriel-BarberyUne rose seule de Muriel Barbery : le coup de cœur de Nadine D. (Bandol)

Une pépite littéraire !

Rose se rend à Kyoto pour prendre connaissance du testament de son père qu’elle n’a jamais connu. Elle y est accueillie par Paul, son assistant dans son métier de marchand d’art, qui va lui faire découvrir Kyoto selon un itinéraire précisément choisi par le défunt. (…) Cet itinéraire constituera pour elle un cheminement vers une véritable métamorphose. 

La description des jardins japonais, des fleurs, des mets et des us de ce pays vous transportent. Les fleurs sont sublimées et accompagnent chaque jour la transformation de Rose.Il y a sans aucun doute un travail intense de l’écriture et une connaissance parfaite du Japon. Le résultat est admirable !

Il y a sans aucun doute un travail intense de l’écriture et une connaissance parfaite du Japon. Le résultat est admirable !

Les-villes-de-papier-Dominique-FortierLes Villes de papier de Dominique Fortier : le coup de cœur de Fabienne C. (Saint Germain en Laye)

À la rencontre d’Emily Dickinson

Dominique Fortier plonge le lecteur dans l’univers poétique et onirique de la grande Emily Dickinson en le faisant voyager dans les lieux qui ont marqué la vie et l’œuvre de la poétesse américaine par excellence.

Tout en s’appuyant sur des faits tangibles et des lieux réels indissociables de la poésie dickinsonienne, Dominique Fortier fait d’Emily Dinckinson une héroïne de fiction, forte et déterminée qui place son art au-dessus de toute chose et assume ses choix de vie qui peuvent apparaître comme marginaux dans la bonne société de la Nouvelle Angleterre du 19ème siècle.

C’est un cheminement intérieur poignant qui soulève nombre de questions existentielles mais qui se lit d’une traite comme une élégie à Emily.

BettyBetty de Tiffany McDaniel : Le coup de cœur de Sylvette C. (Castelnau)

De la poésie pure

Plus que de croyances, il s’agit ici d’art de vivre à l’indienne ; chaque grain de sable, chaque caillou, chaque herbe, chaque insecte est rattaché à un symbole ancestral et relié à une histoire naturaliste, un bienfait, un remède par les coutumes générationnelles. (…)

C’est Betty qui raconte cette famille à la fois aimante et dysfonctionnelle. On est peu à peu imprégné par les dictons, les incantations et tout un rituel inhérent au père, l’Indien. (…) Le livre atteint des sommets de poésie pure pour livrer la fin de l’innocence, avec des moments de splendeur dans les évocations de l’histoire du peuple Cherokee, et des mythes qui le traversent.

Les OVNI

Découvrez les romans inclassables qui vous ravissent dans tous les sens du terme, vous entrainant dans des univers surprenants, mêlant les styles et les humeurs pour le plus grand plaisir de leurs lecteurs.

Les-pantoufles-Luc-Michel FouassierLes Pantoufles de Luc-Michel Fouassier : le coup de cœur d’Anne M. (Paris)

Un OVNI très réussi de la rentrée littéraire 2020

Si le héros bien ordinaire connait une mésaventure assez banale, sortir de chez lui en chaussons en laissant ses clés à l’intérieur, celle-ci le conduit à faire de son quotidien bien huilé un combat politico-philosophique contre les conventions sociales et modifie brutalement sa façon d’appréhender la ville.

Un texte drôle, satirique et confortable qu’on ne peut pas lâcher avant le point final. Gageons que pour les lecteurs dont le rêve de sortir sans chaussure se produit parfois (…), son interprétation en sera toute différente désormais !

Mon-nom-etait-ecrit-sur-l-eau-olivier-bleysMon nom était écrit sur l’eau d’Olivier Bleys : le coup de cœur de d’Evy V. (Sceaux)

Croquemorts de père en fils

Mon nom était écrit sur l’eau… curieuse épitaphe que voilà, à l’image de la famille Spautz, croque-morts farfelus, professionnels de la mort de génération en génération… depuis 1857 !

Progressivement, ce roman d’initiation un tantinet loufoque se transformera en thriller, dès l’apparition d’un certain Amédée Gillain, coiffeur de son état.

Voici est un court opus totalement déjanté sur les croquignolesques croque-morts Spautz ! Un pur moment de régénération que nous offre Olivier Bleys !

L-anomalie-Hervé-le-tellierL’Anomalie d’Hervé Le Teller : le coup de cœur d’Aurélien R. (Paris)

Un roman singulier

Si on prend une cuillère de science-fiction, que l’on saupoudre avec une pincée de thriller et que l’on agrémente d’un peu de politique et puis de quelques autres ingrédients comme les indispensables histoires d’amour, on obtient ce roman très sympa.

Je recommande fortement ce livre singulier aux multiples facettes et qui ne manque pas de rythme. Une lecture divertissante et foisonnante qui s’amuse des genres et où chaque lecteur pourra trouver son compte !    

Découvrez le blog du Cercle littéraire Fnac 

Article rédigé par
Frédérique
Frédérique
libraire sur Fnac.com
Sélection de produits