Sélection

Le top des meilleurs films d’animation de l’année 2022

15 décembre 2022
Par Armand
Le top des meilleurs films d'animation de l’année 2022

2022 aura été riche en émotions, autant pour les petits que pour les grands ! Car, avouons-le, les films d’animation et jeunesse ne font pas uniquement le bonheur des bambins… Alors, rembobinons cette année et parcourons ensemble les meilleurs productions animées, du retour des Minions à l’exploration spatiale de Buzz l’éclair.

Buzz L’éclair – Pixar (Angus MacLane)

Buzz l'éclair

Premier grand projet de spin-off pour la saga Toy Story, le film Buzz L’éclair nous plonge dans le film duquel le personnage éponyme est issu. Un projet qui, au premier abord, peut sembler périlleux, mais ce retour de Pixar à la science-fiction négocie habilement ce virage serré. Echoués sur une planète inconnue, Buzz et son équipage cherchent un moyen de réparer leur appareil, tout en découvrant les mystères de ce nouveau monde. Si le film peut paraître moins spectaculaire qu’attendu sur plusieurs points, notamment la partie espace bien trop absente pour un film tournant autour de rangers de L’ESPACE, l’ensemble demeure toutefois divertissant grâce à de l’action intense et un rythme globalement très correct. Le tout magnifié par la somptueuse animation de Pixar qui nous rappelle une fois encore leur indéniable talent. Si ce film devait nous rassurer quant à l’annonce prochaine d’un spin-off du même genre pour le personnage de Woody, c’est mission accomplie.

Les Minions 2 – Illimunation (Kyle alda)

Les minions

Phénomène de cet été 2022, Les Minions sont de retour avec un second opus intitulé Il était une fois Gru, avec l’objectif de raconter l’enfance du diabolique Gru de Moi, Moche et Méchant. En dépit des contraintes et autres retards imposés par la pandémie, Illumination Studio nous livre à nouveau un film diablement divertissant à l’humour effréné qui ne manquera pas de donner le sourire à tous les publics. Une heure et demie de pur régal aussi bien pour le moral que pour les yeux.

En savoir plus : L’univers de Minions, films, livres, albums

Les Bad Guys – DreamWorks (Pierre Perifel)

Les Bad Guys

Après les sympathiques suites qu’étaient Troll 2 et Baby Boss 2, Dreamworks revient avec un nouveau projet confié, pour la première fois depuis La Route d’El Dorado, à un réalisateur français, Pierre Perifel. Gang recherché dans toute la ville, les bad guys décident de se convertir en citoyens modèles afin de s’amender auprès de la société, mais c’était sans compter sur l’apparition d’un nouveau malfrat désireux de détrôner les bad guys. Malgré de sympathiques références qui plairont aux spectateurs les plus cinéphiles, et un rythme aussi correct que maîtrisé, Les Bad Guys reste sagement dans ce qui se fait habituellement dans le secteur de l’animation, à savoir un film divertissant, mais sans grandes ambitions. Cependant, en dépit de son absence d’originalité, il demeure difficile de bouder son plaisir devant les aventures du gang. Une intrigue simple mais efficace, portée par un Pierre Niney fort investi dans le rôle de Loup. Un projet, certes classique, mais qui a le mérite de viser un public plus large que les enfants.

Vaillante – Caramel Films (Laurent Zeitoun)

Vaillante

Après leur précédente incursion dans l’animation avec Ballerina, le studio franco-canadien Caramel Films transforme à nouveau l’essai avec Vaillante. Inspirée par son père depuis son plus jeune âge, Georgia Nolan rêve de devenir pompier, métier inaccessible pour les femmes dans le New-York des années 30. Suite à la mystérieuse disparition des pompiers de la ville, Georgia s’aventure dans le rôle des soldats du feu qu’elle a toujours rêvé de rejoindre. Somptueux, bien construit et dynamique, le film Vaillante est une véritable réussite. Loin du simple divertissement, le film n’a rien à envier aux productions Pixar, aussi bien dans la qualité de son animation, que dans l’intelligence de son histoire. Georgia est une héroïne inspirante que l’on prend plaisir à suivre au fil de ses aventures. Accompagné au doublage par Alice Pol, Vincent Cassel et Valérie Lemercier, Vaillante possède tous les ingrédients pour encourager le studio à poursuivre dans l’animation.

De l’autre côté du ciel – Studio 4°C (Yusuke Hirota)

De l'autre coté du ciel

Sous les épaisses fumées des cheminées de la ville, au travers desquelles aucune lumière ne passe, le jeune Lubbichi souhaite prouver que son père disait vrai et que, au-delà des nuages, brillent les étoiles. Un soir d’Halloween, il décide de partir à l’aventure. Ce film s’apparente à un rêve permanent, l’animation absolument somptueuse de Studio 4°C immerge le spectateur au sein d’un univers à la frontière de l’onirique, entre émerveillement et fascination. Lubbichi nous embarque dans son périple incarnant avec précision et finesse une myriade de préoccupations environnementales. Original et envoûtant, De L’autre côté du ciel est un ravissement, une perle d’animation qui brille par sa différence avec le reste de la production mondiale. Un long-métrage qui saura rester dans les mémoires de ceux qui s’y seront essayés.

Alerte Rouge – Pixar (Domee Shi)

Alerte Rouge

Nouvelle production des studios Pixar, Alerte Rouge est une tentative originale d’aborder la question du changement dans la vie d’une jeune adolescente. Meilin Lee, jeune fille pleine d’assurance se trouve tiraillée entre ses envies d’émancipation et sa fidélité envers sa famille. Un jour, la surcharge d’émotion la transforme en panda roux géant, une nouveauté avec laquelle Meilin et sa famille vont devoir composer. En dépit de son animation plus que correct, les changements corporels et comportementaux semblent être les seules vraies audaces du film. Un sujet encore peu abordé, surtout dans les films d’animation, les bouleversements accompagnant l’entrée dans l’adolescence sont ici correctement traités et représentés, à commencer par le titre plus qu’explicite du film. Cependant, la sensation de se trouver devant une version moins captivante de Rebelle se fait parfois sentir. Le long-métrage possède toutefois toutes les qualités que nous pouvons attendre d’un Pixar, émouvant et bien construit, Alerte Rouge ne fera pas date, mais ne vole pas sa réussite.

Bubble – Wit Studio (Tetsuro Araki)

Bubble

Après plusieurs tentatives dans l’animation japonaise, Netflix dote son catalogue de la dernière réalisation de Wit Studio, Bubble. Avec l’ambition de devenir le nouveau Your Name dans le registre de la romance fantastique, Bubble s’accompagne de grands noms de l’animation comme Testuro Araki (Attaque des Titans, Death Note), Takeshi Obata (dessinateur du manga Death Note) et Gen Urobuchi, pour nous embarquer dans une histoire basée sur la romance et le parkour. Hibiki et Uta, jeunes adeptes du parkour à Tokyo, découvrent que la ville est envahie par de curieuses bulles. Une relation va ainsi se nouer entre eux au fil de leur quête d’éclaircissement de ce mystère. Bien que ce long-métrage se place dans le haut du panier en termes de réalisation et de qualité d’animation, il demeure que le film, dans sa volonté d’émuler la dimension fantastique ayant fait le succès de Your Name, se perd dans ses trop nombreux éléments d’intrigue. L’enchevêtrement de sous-scénarios handicape la fluidité du récit et empêche ainsi le film de dérouler son histoire et de développer ses personnages de manière aussi fluide que son concurrent spirituel Your Name. Il reste malgré tout une franche réussite accompagnée par moult qualités comme sa musique ou sa propreté graphique.

Sonic 2 – Paramount Pictures (Jeff Fowler)

Sonic 2

Après un premier volet bien loin des craintes que l’on pouvait avoir d’une adaptation de la mascotte de Sega, Sonic 2 revient à toute vitesse à peine deux ans après ses premières aventures. Cette fois, le hérisson est aux prises avec Knuckles, alors que son amie Tails vient lui prêter main forte dans sa lutte contre Robotnick. Alors que le premier avait pour lui de proposer une histoire touchante et chargée émotionnellement à bien des instants, le second volet semble ne plus avoir d’inspiration et se tourne vers les stéréotypes habituels du blockbuster avec une surcharge d’action sans grandes audaces. En dehors de cela, le film reste agréable et divertissant, ce qui était manifestement son seul objectif. Il remplit le cahier des charges hollywoodien et s’inscrit dans cette longue lignée de films tout simplement correct, devant lesquels on passe un bon moment que l’on oubliera la journée suivante.

Les Murs vagabonds – Studio Colorido (Hiroyasu Ishida)

Les Murs vagabonds

Autre projet d’animation japonaise diffusé sur Netflix, Les Murs vagabonds, second long-métrage de Hiroyasu Ishida, nous raconte les aventures de deux collégiens transportés dans un lieu entouré d’océan, à l’intérieur d’un grand bâtiment sur le point d’être démoli. Au-delà de la qualité indéniable de l’animation du studio Colorido, le film est entravé par une surcharge d’ambitions. Trop de personnages, trop long, trop chargé, Les Murs vagabonds ne parvient pas à accrocher le spectateur durant ces deux heures. Il réussit toutefois à soutenir une intrigue pertinente et riche (peut-être trop) en significations. Imparfait mais intrigant, le film demeure de très bonne facture, notamment pour ceux qui sauront s’immerger dans cet univers et ces personnages aussi intéressants que pénibles parfois.

Icare – Rezo productions (Carlo Vogele)

Icare

Avec son premier long-métrage réalisé en solitaire, l’animateur Carlo Vogele plonge dans la mythologie grecque, avec une relecture audacieuse du mythe d’Icare. Visuellement très proche de ce que l’on pouvait voir chez Michel Ocelot avec Azur et Asmar, le film est des plus somptueux et techniquement irréprochable. Déroulée sur une petite heure et vingt minutes, l’intrigue prend le temps d’aborder tous les éléments de ce mythe bien connu pour mieux les remanier afin de nous offrir une histoire novatrice et inédite. Bien construit et parfaitement rythmé, Icare saura plaire aux petits à la recherche d’aventure, comme aux grands souhaitant se replonger dans un mythe intelligemment réinterprété.

Tous en scène 2 – Illumination (Garth Jennings)

Tous en scène 2

De retour sous le feu des projecteurs après un premier volet d’excellente facture, Tous en Scène 2 revient avec moins d’ambitions, mais beaucoup de bonnes idées. Après les aventures et le succès trouvé par le théâtre de Buster Moon, ce dernier et toute la troupe de chanteurs tentent à présent de faire intégrer la star du rock Clay Calloway à leur spectacle. Bien qu’il soit difficile d’égaler la surprenante qualité du premier opus, Tous en scène 2 parvient à demeurer aussi grandiose que son ainé. Entre références musicales à foison, mise en scène spectaculaire et une galerie de personnages attachants, bien qu’un peu trop nombreux, le show est parfaitement assuré. En dépit d’enjeux émotionnels plus timides cette fois-ci, le réalisateur Garth Jennings livre un projet réussi, qui plaira au public ayant apprécié le précédent spectacle de la joyeuse troupe en 2016, voire davantage.

Krypto et les Super-Animaux – Warner Animation (Jared Stern)

Krypto et les Super-Animaux

Alors que le projet semblait bancal sur le papier, Krypto et les Super-Animaux parvient à être autre chose qu’un film d’animation sans prétentions. La ligue des justiciers est capturée par Lex Luthor, se croyant invincible, le super vilain oublie le chien de Superman Krypto, qui décide d’assembler une équipe de super-animaux aussi courageux que maladroits, afin de secourir les héros captifs. Le film, écrit et réalisé par Jared Stern, transpire l’amour et la connaissance pour l’écurie DC Comics par le biais d’une avalanche de références subtiles à l’univers cinématographique initié par Man of Steel. Le tout dans un rythme effréné parsemé d’action et d’enjeux super-héroïques, grâce auxquels Dwayne Johnson et Kevin Hart (en version originale) se donnent passionnément la réplique. Malgré quelques tirades un brin trop longues et une conclusion assez convenue, Krypto et les Super-Animaux saura aussi bien attirer les fans d’animation que les fans de DC.       

Article rédigé par
Armand
Armand
Conseiller sur Fnac.com
Sélection de produits