Sélection

L’année 2016 en 16 livres

25 juin 2020
Par Mathilde1
L'année 2016 en 16 livres

2016, c’est bientôt fini… Retour sur une année riche en émotions, en 16 livres. Entre coups de cœur, révélations, surprises et premiers romans, du jeune Gaël Faye au monument Jim Harrison, de la mystérieuse Elena Ferrante au médiatique Andreï Makine, voici les auteurs qui ont marqué l’année.

2016, c’est bientôt fini… Retour sur une année riche en émotions, en 16 livres. Entre coups de cœur, révélations, surprises ou premiers romans, du jeune Gaël Faye au monument Jim Harrison, de la mystérieuse Elena Ferrante au médiatique Andreï Makine, voici les seize auteurs qui ont marqué l’année.

En attendant Bojangles

Les belles surprises de l’année 2016

D’eux, on pourra naturellement dire que l’on ne s’y attendait pas… En attendant Bojangles (titre en hommage à une chanson de Nina Simone) d’Olivier Bourdeaut est la surprise de l’année, le coup de cœur du grand public. Succès incontesté de la rentrée d’hiver 2016, également auprès de la critique, le premier roman d’Olivier Bourdeaut dépeint l’histoire d’un couple fou amoureux qui refuse de vivre le quotidien avec ses impératifs, ses contraintes et ses tue-l’amour. Alors tout n’est que danse, fête et champagne… Jusqu’à quand ? Le roman a été comparé à L’Écume des Jours de Boris Vian, et aurait remis de nombreux Français sur le chemin de la lecture : faites-vous partie de ces lecteurs ?

solomon-gusky-mordecai-richler catherine-poulain-le-grand-marin

De Manosque à l’Alaska, il n’y a qu’un pas… On ne sait pas vraiment ce qui pousse Lili à quitter le pays de Giono, mais la voilà prête à intégrer un équipage de bâteau de pêche uniquement constitué d’hommes. Ce sujet pas banal est traité par Catherine Poulain dans Le Grand Marin. Le livre a reçu de nombreux prix littéraires, dont le prix du roman Ouest-France  Étonnants Voyageurs. Ballotée par les vents, extenuée par le travail, abasourdie par les flots, Lili vit l’aventure, la vraie, et nous la fait vivre par procuration. Un roman aussi revigorant qu’étonnant.

Saurez-vous démêler le vrai du faux ? Dans Solomon Gursky (Attention, chef d’œuvre, annonce l’éditeur) de Mordecai Richler, se débat une famille juive ayant bâti son empire dans l’Amérique de la prohibition. Moses, écrivain raté et alcoolique, tente de faire la lumière sur ces affaires troubles et consacre sa vie à cette enquête. De celle-ci, une seule chose est sûre : Solomon Gursky, personnage mystérieux et insaisissable, en est la clef… Publié initialement en 1989, le livre est édité pour la première fois en français par les éditions du Sous-sol… 27 ans plus tard, on se passionne toujours autant pour le gang Gursky !

Attention ! Objets littéraires non identifiés !

Avec La Maison dans laquelle, Mariam Petrosyan a embarqué ses lecteurs dans une expérience fascinante. La Maison en question est un centre d’accueil pour enfants et adolescents handicapés, au sein de laquelle se déploie un univers clos, étrange et magique, avec ses rites et ses normes. Une fois majeurs, les locataires doivent quitter le pensionnat… Ode à l’adolescence, à ses années ingrates et merveilleuses, La Maison dans laquelle restranscrit avec sincérité le rite du passage à l’âge adulte, avec ses déceptions et ses espérances. Après avoir cherché à se faire publier pendant plus de dix ans, Mariam Petrosyan a enfin trouvé un éditeur en 2009. Sept ans plus tard, cette pépite fantastique venue d’une autre planète est enfin traduite en français ! 

C’est la même maison d’édition – Monsieur Toussaint Louverture – qui a déniché le deuxième OVNI de notre sélection : Watership Down. Parue pour la première fois en 1972, rééditée cette année, vendue à 50 millions d’exemplaires et pourtant méconnue en France, cette épopée lapine par Richard Adams a de quoi déconcerter. Watership Down nous raconte les aventures d’Hazel le lapin, à la recherche d’une nouvelle garenne où s’installer. Un seul objectif : survivre à l’homme. The Walking Dead… avec des lapins !

Règne animal    Watership Down   La Maison dans laquelle de Mariam Petrosyan

Certes, Jean-Baptiste Del Amo n’est pas un OVNI de la littérature française : plusieurs fois primé pour ses romans (Goncourt du premier roman pour Une éducation libertine, Prix Sade pour Pornographia…), le romancier de 35 ans s’est fait sa place au soleil germanopratin. Pourtant, son Règne animal (Gallimard) est bien un OVNI, au regard de sa bibliographie… Le livre fait écho au discours du lapin Hazel de Watership Down, terrifié par le genre humain… Les thèmes de prédilection de Del Amo, la mort, la sexualité et la quête identitaire, ont laissé place à un plaidoyer pour la cause animale alors que la tendance au veganisme s’est fortement confirmée en 2016, pour devenir un mode de vie accepté. Règne animal a été un OVNI également pour les jurés des prix littéraires qui n’ont pas récompensé ce grand favori. 

Les romans étrangers qui ont conquis les Français 

PurityLa route étroite

Richard Flanagan ne s’y est pas trompé : le triangle amoureux, les fresques sentimentales et historiques sont une valeur sûre en littérature. Dans La route étroite vers le nord lointain, qui a reçu le Man Booker Prize 2014, l’auteur australien retrace une passion incandescente sur fond de Seconde Guerre mondiale. Un pavé qui se dévore d’une traite !  

Autre grand nom de la littérature anglophone, Jonathan Franzen avec Purityroman fleuve de 700 pagesaura marqué l’année 2016. Il met en scène Pip Tyler, jeune femme aussi pauvre qu’intelligente, à la recherche de son père et sur le point de rejoindre un mystérieux cyber militant d’Amérique latine. Roman sur les femmes, critique de la société et du « journalisme Twitter », thriller et chronique de moeurs, Purity est une merveille de complexité et de sensibilité, qui entraîne son lecteur sans jamais le perdre.

Le nouveau nomAquarium de David Vann

Avec son cinquième roman, David Vann, auteur américain aussi dur que fascinant, s’impose comme une référence de la littérature anglophone. Encore une fois, avec Aquarium, il fait montre d’un style tragique et laisse place à la violence silencieuse des rapports sociaux, toujours empreints de folie destructrice. Cette fois, une mère s’en prend à sa fille quand celle-ci se lie d’amitié avec un vieil homme : c’est la fin de l’amour maternel et le début de la terreur. Sortiront-elles indemnes de cette guerre sourde ?

Une Italienne, enfin, a été le centre de l’attention cette année… attention qu’elle avait pourtant fuie… Elena Ferrante a vu son identité dévoilée en septembre dernier, après 25 ans d’anonymat, par un journaliste italien peu scrupuleux. Le Nouveau Nom, suite de L’Amie prodigieuse, a été sacré meilleur livre étranger de l’année par le magazine Lire. La saga napolitaine de Lila et Elena s’impose comme un classique moderne, savoureux et envoûtant. 

Le vieux saltimbanque

Nos grands classiques, entre adieu et évasion

Les plus grands écrivains ne sont pas éternels… L’année 2016 est marquée par la disparition de Jim Harrison, monstre sacré de la littérature américaine. Le Vieux Saltimbanque est le dernier livre de la légende. L’auteur revient sur sa vie tumultueuse : amours et amitiés, alcool et drogues, plaisirs de la table et de la chair, souvenirs d’enfance et de fin de vie. Jim Harrison, en se dévoilant ainsi, a fait à ses adeptes un beau cadeau d’adieu.

mémoire-de-fille-annie-ernaux

Annie Ernaux avec Mémoire de Fille publie peut-être son dernier roman : il signe comme le point final d’une œuvre personnelle, ultime chaînon retrouvé. Dans cette autofiction, Annie Ernaux revient sur cette nuit de 1958 en colonie de vacances où elle a rencontré pour la première fois le désir d’un homme. « C’est le texte toujours manquant. Toujours remis. Le trou inqualifiable. », avoue-t-elle. Maintenant qu’il est retrouvé, ce texte marquera-t-il les adieux d’Annie Ernaux à la littérature ?  

rl-L’archipel d’une autre vie, Andreï Makine

Le dernier grand classique de cette année 2016 est L’Archipel d’une autre vie d’Andreï Makine. Ce nouvel Immortel, élu cette année à l’Académie française, publie un roman à la croisée entre l’aventure et l’introspection. L’écrivain russe nous embarque en Extrême-Orient, dans les steppes infinies et la taïga éternelle où Pavel Gartzev doit capturer un criminel. Qui est ce fugitif ? Ce roman d’amour, d’aventure, aux accents philosophiques, est l’un des grands romans de l’année 2016.

Premiers romans et grands talents

anguille-sous-roche1erroman-désorientale-négar-djavadi

Les premiers romans sont toujours attendus avec une émotion particulière. Désorientale de Négar Djavadi et Anguille sous roche d’Ali Zamir n’ont pas dérogé à la règle.

Le premier est à la fois un conte oriental et une fiction intimiste où le récit devient la clef pour se révéler à soi-même. L’auteure raconte l’histoire d’une jeune iranienne lesbienne, exilée en France, qui cherche à avoir un bébé. Désorientale aborde les thèmes des souvenirs d’enfance, la construction de la féminité, l’exil ou encore de la quête d’identité.

Si Anguille sous roche a moins fait parler de lui dans les médias, le premier roman d’Ali Zamir révèle également un grand talent. Lui aussi nous fait voyager, au large de l’archipel des Comores, dans l’Océan Indien où une femme se noie, se remémore sa vie. Époustouflant de poésie mais aussi révoltant, Anguille sous roche est un roman d’une grande puissance et restera l’un des livres coup de poing de l’année 2016.   

petit_pays_retouch

La révélation de l’année : Gaël Faye

L’année 2016 aura été celle de la révélation de Gaël Faye, Prix du Roman Fnac et lauréat du Goncourt des Lycéens. Lui qui slamait encore, de manière plus confidentielle, il y a quelques semaines, est devenu l’écrivain préféré des jeunes, du grand public et des critiques avec Petit Pays. Dans son premier roman, il met en scène Gaby, un jeune garçon métis coulant des jours heureux au Burundi alors que la Guerre du Rwanda menace son univers…

Définitivement, le livre qui a marqué l’année 2016 !

Pour aller plus loin : Tout ce qu’il faut savoir sur Gaël Faye, la révélation littéraire de l’année

Article rédigé par
Mathilde1
Mathilde1
libraire sur Fnac.com
Sélection de produits