Guide d'achat

AirPods 3 ou AirPods Pro : bien choisir ses écouteurs Apple

20 octobre 2021
Par Thomas Estimbre
Les Apple AirPods 3.
Les Apple AirPods 3. ©Apple

Tout juste annoncés, les AirPods 3 font souffler un vent de nouveauté sur la gamme d’écouteurs d’Apple. Mais que valent-ils face aux AirPods Pro et quel modèle faut-il privilégier ? On démêle le vrai du faux pour vous aider à faire le meilleur choix.

À compter du 26 octobre, un nouveau modèle d’AirPods viendra enrichir le catalogue d’Apple. En plus des AirPods 2e génération qui restent disponibles et des AirPods Pro, la firme de Cupertino va en effet lancer les AirPods 3. Ces écouteurs de troisième génération viennent faire le lien entre le modèle de base et la variante Pro. Ils s’inspirent fortement des AirPods Pro sur le plan du design et des fonctionnalités, faisant toutefois l’impasse sur quelques éléments clés. L’arrivée d’un nouveau modèle est susceptible de rebattre les cartes et de semer le doute au moment de choisir ses écouteurs Apple. Alors, faut-il privilégier les nouveaux AirPods 3 ou les incontournables AirPods Pro ? On a comparé ces modèles pour vous.

Design : match nul, ou presque

Apparus en 2016, les AirPods ont évolué au fil des ans pour permettre à Apple de s’imposer sur ce segment. Plus anciens, les AirPods Pro donnent le ton à cette gamme et ont fortement inspiré les AirPods 3, officialisés en octobre 2021.

Contrairement aux AirPods 2, Apple opère pour cette troisième génération une rupture et abandonne le format longue tige pour offrir une conception plus discrète. Concrètement, les AirPods 3 ressemblent à des AirPods Pro privés d’embouts en silicone. La tige est plus courte, donc, et les derniers-nés font également l’impasse sur le format intra-auriculaire pour proposer un design plus passe-partout. Les deux cousins sont certifiés IPX4 pour mieux résister aux éclaboussures et à la transpiration. On ne note pas non plus de réelle différence concernant le boîtier de recharge ou la couleur (uniquement en blanc).

Les AirPods 3 (à gauche) et les AirPods Pro (à droite) ont un air de famille.©Apple

Côté design, on observe donc que la gamme standard a décidé de rattraper son retard, après les timides évolutions des AirPods 2. Cependant, Apple n’est pas allé jusqu’à intégrer des embouts en silicone et propose des écouteurs de type open-fit. Le choix pourra se faire en fonction des préférences, car les écouteurs intra-auriculaires ne remportent pas toujours tous les suffrages. Toutefois, ils peuvent assurer un meilleur maintien et améliorer le confort s’ils sont bien adaptés à vos oreilles.

Fonctionnalités : avantage aux AirPods Pro

La ressemblance entre les deux modèles ne s’arrête pas au design. Les AirPods 3 héritent de plusieurs fonctionnalités déjà présentes sur les AirPods Pro – et même AirPods Max –, comme l’égalisation adaptative et l’audio spatial avec suivi dynamique de la tête. Les nouveaux écouteurs ont aussi droit au capteur de pression du modèle Pro pour contrôler des médias. Une bonne nouvelle.

Du côté des performances, Apple a intégré de nouveaux haut-parleurs dans ses AirPods 3. Si la version Pro fait partie des références du marché, comme nous avons pu le constater lors de notre test, les deux versions embarquent la même puce H1 et proposent la commande vocale « Dis Siri », ainsi qu’un amplificateur à gamme dynamique.

Les AirPods 3 font l’impasse sur la réduction de bruit active, une fonction qui a conquis le marché haut de gamme. L’absence d’embouts en silicone pouvait déjà mettre la puce à l’oreille sur l’orientation des nouveaux écouteurs.

L’intérieur des AirPods Pro.©Apple

À lire aussi

La réduction de bruit réservée aux AirPods Pro

Si le duel paraît déséquilibré, les AirPods 3 réduisent l’écart en proposant une meilleure autonomie. Elle est annoncée jusqu’à 6 heures sur une seule charge, contre 4h30 pour les AirPods Pro avec le mode réduction active du bruit allumé. Le fait de désactiver cette fonctionnalité fait grimper l’autonomie à 5 heures, ce qui est toujours moins que les derniers écouteurs.

Même constat en conversation (4 heures contre 3h30) et donc avec le boîtier de charge, puisque Apple annonce « jusqu’à 30 heures d’écoute » (20 heures de conversation) pour les AirPods 3 et « plus de 24 heures d’écoute » (18 heures d’écoute) pour la version Pro. À noter également que les nouveaux écouteurs sont proposés avec un boîtier compatible MagSafe, comme les AirPods Pro qui bénéficient de cette nouveauté en toute discrétion. La recharge rapide est similaire, avec une heure d’écoute après cinq minutes de charge.

Les AirPods 3e génération, 2e génération et les AirPods Pro.©Capture d'écran/Apple

Sur le terrain des performances, il n’y a pas réellement de match entre les deux modèles. Les AirPods Pro disposent déjà de toutes les fonctionnalités des AirPods 3 et ajoutent la réduction de bruit active. Les nouveaux écouteurs peuvent toutefois se targuer d’offrir une meilleure autonomie. On observe en revanche une réelle évolution entre les AirPods 2 et le dernier modèle d’Apple.

Prix : attention aux apparences

Apple propose ses nouveaux écouteurs à 199 euros, contre 279 euros pour les AirPods Pro. Il s’agit du tarif officiel affiché par la firme de Cupertino, ce qui représente un écart de 80 euros. En réalité, il n’est pas rare de trouver la version Pro à un tarif inférieur, aux alentours des 200 euros, soit un tarif équivalent à celui des nouveaux AirPods.

Il faudra patienter quelques semaines – peut-être quelques mois – avant de pouvoir faire de bonnes affaires sur le nouveau modèle. À tarif (presque) équivalent, on se tournera donc plus facilement vers la version Pro.

Et les AirPods 2 ?

Toujours commercialisés, les AirPods 2 apparaissent comme la solution la plus abordable pour entrer dans l’univers des AirPods, puisqu’il s’affichent désormais à 149 euros (contre 229 euros à leur lancement), mais la concurrence est forte, y compris donc au sein de la gamme Apple. Les AirPods 3 font par exemple face aux Beats Studio Buds : proposés au même prix, ils disposent d’une réduction de bruit active couplée à un design compact.

À lire aussi

Article rédigé par
Thomas Estimbre
Thomas Estimbre
Journaliste