Actu

Final Fantasy XVI : notre test et toutes les infos sur le nouvel opus

22 juin 2023
Par Valentin Boulet
Final Fantasy XVI : notre test et toutes les infos sur le nouvel opus
©Square Enix

Annoncé en grande pompe en ouverture de la conférence d’annonce de la PS5, Final Fantasy XVI est disponible depuis le 22 juin 2023 en exclusivité console (temporaire) sur Playstation 5.

À partir de
32,99€
En stock vendeur partenaire
Voir sur Fnac.com

>> Final Fantasy XVI est déjà disponible  !

Notre Test

La sortie d’un nouvel épisode canonique de Final Fantasy est évidemment toujours un évènement majeur. Et s’il a toujours été question d’évolution voire de révolution à chaque nouvel opus de cette série mythique, ce Final Fantasy XVI promettait de franchir une nouvelle étape dans sa mutation, avec un gameplay d’action inspiré des plus grandes licences du beat’them’all, tout en conservant sa nature en matière de scénario, de mise en scène et de design.

Après une preview plus qu’enthousiasmante, il est enfin temps de se lancer dans l’aventure pour de vrai, à l’occasion d’un test réalisé sur PS5. Pour rappel, le jeu de Square Enix est disponible depuis le 22 juin 2023 sur PS5.

Mèche sur les yeux et angoisse climatique

Pour se démarquer le plus possible de son prédécesseur mais aussi pour surfer sur le succès planétaire de Game of Thrones, Final Fantasy XVI marque le retour de la saga dans le médiéval-fantastique, ses royaumes, sa magie et ses stratifications sociales facilement identifiables qui permettent au scénario d’ouvrir des thématiques aussi matures que modernes. Tout au long de l’aventure, on incarne Clive Rosfield, fils du régent de Rosalia, l’un des six royaumes du monde de Valisthéa, et grand frère de Joshua, émissaire du Phoenix, le primordial de feu.

Chaque royaume dispose de son primordial attitré, et d’un émissaire capable de l’invoquer pour protéger les siens. Une très belle manière de donner une place centrale aux invocations traditionnelles de la série dans un scénario parfaitement cohérent avec son univers. Mais alors qu’un terrible Fléau Noir prive petit à petit Valisthéa de son ether, ressource indispensable au fonctionnement de la magie et donc de la société tout entière, les différents royaumes se font la guerre pour s’arracher les dernières ressources restantes, dans un parallèle évident avec les énergies fossiles, une thématique définitivement liée à la saga.

FINAL FANTASY XVI_20230608144950

L’autre thématique majeure du scénario est liée à l’esclavage, dont les Pourvoyeurs, des humains capables d’utiliser la magie sans aucune ressource, sont les victimes. Une lutte des classes, un conflit entre grandes puissances, il ne manquait qu’un drame familial pour cocher toutes les cases du genre. Et voilà le petit Joshua, si admiratif de son grand frère protecteur, assassiné par un mystérieux second primordial de feu sans que notre Clive ne puisse y faire grand-chose. C’est donc d’abord dans une quête de vengeance que l’on s’engage, avant de progressivement dévier vers les enjeux majeurs du monde déchiré de Valisthéa.

L’introduction du jeu n’hésite pas à prendre le temps de nous faire comprendre l’ensemble des enjeux, au travers de longues cinématiques qui ne laissent que peu de place au gameplay pendant les trois ou quatre premières heures de jeu. Un début d’aventure assez lent vous attend donc, mais il sera difficile même pour les plus impatient.e.s de ne pas se faire embarquer dans cette narration si soignée, ponctuée dès les premières séquences par des combats spectaculaires, tant dans leur mise en scène que dans les sensations de jeu.

Mais les longues cinématiques ne sont pas réservées à l’introduction, et toute l’aventure Final Fantasy XVI est accompagnée par une narration dense, qui a la bonne idée d’être suffisamment mature pour ne pas nous laisser décrocher. Ça fume des grandes clopes, ça se tripote dans les couloirs et l’ambiance instaurée par le conflit entre les royaumes laisse place à son lot de cruautés. Les dialogues sont aussi relativement bien écrits et crédibles, notamment grâce à des personnages secondaires particulièrement marquants – un peu plus que notre bon vieux Clive – comme Jill ou bien sûr Cid.

FINAL FANTASY XVI_20230617185638

Entre ces longs moments de récits, on enchaine les phases de gameplay, partagées entre des donjons linéaires très classiques qui nous demandent d’enchainer les affrontements, et les niveaux un peu plus ouverts, qui ne parviennent cependant pas à nous libérer de cette sensation d’être cloisonné dans un couloir. Et si la structure ouverte semble aujourd’hui régner sur l’industrie, on ne peut pas s’empêcher de penser qu’il est parfois doux de revenir à ce modèle et à son charme nostalgique. D’ailleurs, la structure n’est pas le seul élément du jeu à bénéficier d’une petite saveur rétro qui a le malheur de régulièrement frôler avec le moisi. La mise en scène de certains dialogues semble venir d’un autre temps, avec des animations lentes et incohérentes.

Un point particulièrement gênant tout au long du jeu, qui vient entacher ce qui aurait dû être son plus gros point positif, tant la mise en scène de certains affrontements touche au sublime, grâce à des animations spectaculaires, à une musique magistrale et à des mouvements de caméra parfaitement maîtrisés. Une réussite presque réservée aux scènes d’action. Ça tombe bien, Final Fantasy XVI est un jeu d’action. Et si ce constat risque d’être douloureux pour les fans de la première heure dont je ne fais pas partie, il faut reconnaître que la transition est parfaitement réussie.

Place à l’action

La quête principale occupera la grande majorité de votre temps. Mais Final Fantasy XVI a aussi de jolis arguments pour nous plonger un peu plus en profondeur dans son gameplay, grâce à un mode arcade qui permet de revivre tous les combats de boss avec de nouvelles compétences apprises au fur et à mesure, et dans son histoire, avec des personnages dont la fonction sera de vous décrire plus en détails le monde de Valisthéa, son passé, mais aussi et surtout son présent avec l’avancée du conflit entre les Royaumes.

FINAL FANTASY XVI_20230621112101

Des quêtes secondaires sont aussi de la partie, que ce soit dans les quelques villes par lesquelles vous passerez, ou dans certains niveaux un peu plus ouverts. Ces dernières ont malheureusement pour seul intérêt les petits détails qu’elles apportent en plus sur le lore du jeu et la vie à Valisthéa. Mais d’un point de vue gameplay, ces séquences n’apportent strictement rien, et au bout de deux allers-retours pour aider un paysan en galère, on finit par passer devant ces points d’intérêts verts en regardant ses pompes.

Le reste du temps, c’est la bagarre. Et à ce petit jeu-là, Final Fantasy XVI fait très fort. Sans surprise quand on sait que Ryota Suzuki, connu pour son excellent travail sur Devil May Cry 5, est à la manette en ce qui concerne les combats. Les mécaniques sont simples à prendre en main et terriblement addictives. En plus de la traditionnelle réalisation de combos, la mécanique de jeu principale est l’esquive, qui envoyée dans le bon timing permet de balancer des contres dévastateurs, qui ont la bonne idée d’être accompagnés d’un petit mot de Clive pour narguer les adversaires.

En avançant dans l’histoire, Clive obtiendra de nombreuses compétences supplémentaires, issues des différents affrontements face à des primordiaux. Chaque pouvoir primordial permet d’équiper deux compétences distinctes qu’il est possible d’améliorer, et Clive peut « équiper » jusqu’à trois pouvoir primordiaux en même temps, et passer de l’un à l’autre en plein combat d’une simple touche. Si sur le papier cela peut sembler beaucoup, ces compétences arrivent suffisamment progressivement dans le jeu pour que l’on ne soit jamais perdu, ou que la maîtrise technique nous manque.

FINAL FANTASY XVI_20230622135019

Toutes ces compétences ont des spécificités, qui permettent au bout d’un certain temps de jeu (une quinzaine d’heures environ) de véritablement penser à des stratégies différentes en fonction de vos adversaires. Face à un groupe de petits monstres, on privilégiera les dégâts de zone et les attaques dévastatrices. Mais face à des gros boss, qui ont la particularité de posséder une jauge d’endurance en plus d’une barre de vie, il faudra privilégier les compétences qui permettent de venir à bout de son endurance, afin de le rendre enfin vulnérable à nos attaques. La notion de build est donc bien présente, et avec elle, la notion de rejouabilité, grâce au mode arcade.

Si les combats contre les primordiaux seront probablement les moments les plus réjouissants de votre aventure, grâce à une dimension épique exceptionnelle à chaque fois qui vous fera perdre le fil du temps, d’autres combats de boss feront en revanche un peu de mal aux plus impatient.e.s. Si le concept de gros sac à PV vous effraie, vous risquez de prendre peur à plusieurs reprises, et ces longueurs sont probablement l’un des seuls reproches que l’on peut faire au gameplay de Final Fantasy XVI.

La gestion de la difficulté est de son côté une franche réussite. En début d’aventure, il est possible de choisir un mode Histoire ou un mode Action : jusque-là, c’est du classique. Mais la très bonne idée de Square Enix vient de l’ajout des cristaux primordiaux, disponibles dès le début de l’aventure. Il est possible d’en équiper jusqu’à trois, et ces derniers permettent de « corriger » un aspect du gameplay pour que celui-ci vous convienne à la perfection. Offrir un peu plus de temps à la fenêtre d’esquive, automatiser les attaques de Talgor (notre plus fidèle compagnon tout au long de l’aventure <3), automatiser les esquives ou la consommation de potion…

FINAL FANTASY XVI_20230621111552

Autant de petits conforts que l’on peut s’autoriser ou non, à la carte. Final Fantasy XVI n’est pas un jeu difficile et n’a pas vocation à l’être. Mais en mode action et sans aucun cristal primordial, certains affrontements pourront se révéler un peu laborieux pour les moins acharné.e.s de la manette. Mais avec les cristaux primordiaux, chacun peut vivre son aventure et ses combats comme il le souhaite, et c’est vraiment parfaitement géré.

Square Enix n’a pour autant pas oublié ses joueuses et joueurs les plus hardcore, et propose, une fois l’aventure terminée, un nouveau mode de difficulté, étrangement appelé fantaisie finale. Si votre serviteur n’a ni eu le temps ni le courage d’y faire un tour, nul doute que les amoureux des combos et des gros chiffres de dégâts auront de quoi s’amuser avec l’ensemble des compétences acquises dans la première run.

Du sublime et du moins bon

En plus d’être ultra dynamiques et fluides, les combats profitent d’animations vraiment très réussies, dans la veine de ce que l’on avait pu connaître dans le précédent opus ou plus récemment dans Forspoken. Et si les affrontements les plus épiques n’échappent pas à quelques passages un peu brouillons car encombrés dans des centaines de particules de couleur, l’impression est beaucoup plus propre que dans Forspoken. La gestion de la caméra, malgré la vitesse des transitions entre les cinématiques et le gameplay, est aussi une franche réussite. En plein combat, même en passant d’un adversaire à un autre avec une mécanique de dash, on ne se perd jamais, et c’est vraiment une prouesse que peu de jeux du genre arrivent à accomplir.

FINAL FANTASY XVI_20230619145221

Le tout est en plus accompagné d’une bande son délicieuse, que ce soit dans les passages les plus lents pour accompagner l’exploration, ou dans les moments les plus épiques, avec un thème qui devrait vous rester dans la tête pendant de longues semaines.

Concernant les graphismes et le design en général, on se retrouve comme toujours depuis l’arrivée des jeux next-gen, face à ce même constat assez troublant. Final Fantasy XVI réussira à vous éblouir grâce à des panoramas véritablement sublimes sur son monde et enchainera sans transition avec une cut scene à la mise en scène douteuse en champ-contrechamp statique, avec des animations faciales vraiment ratées en gros plan. C’est dommage, car les designs de certains personnages sont particulièrement réussis, même si on regrettera que note héros manque un peu de personnalité. On vous rassure, il a une mèche de cheveux sur l’un de ses yeux : vous êtes bien en train de jouer à FF.

Techniquement, c’est presque un sans-faute. En mode performance (2K dynamique, 60 FPS), que l’on vous invite vraiment à privilégier tant la fluidité des combats participe grandement à la bonne expérience du jeu, on constate quelques chutes de framerate, notamment à l’entrée des villes, sans que cela ne vienne jamais véritablement nous embêter. D’ailleurs, un patch sera déployé dès le jour de la sortie pour corriger ces petites erreurs.

Conclusion

Les points positifs

– Mise en scène parfois éblouissante… 

– Gameplay beat’them’all jouissif et addictif

– Scénario prenant et personnages attachants

– Univers cohérent et profond

– Décors extérieurs magnifiques

– Bande-son exceptionnelle

Les points négatifs

– … et parfois très décevante

– Des quêtes secondaires sans intéret

– Structure un peu datée

Dans l’ensemble, Final Fantasy XVI est un excellent jeu d’action beat’them’all (oui) qui offre une expérience de jeu vraiment réjouissante d’un bout à l’autre de sa longue aventure. Il semble impossible de ne pas être embarqué par ce scénario prenant et ses personnages particulièrement attachants, tant la mise en scène parvient souvent à le sublimer, au même titre que le gameplay. En revanche, le jeu n’échappe pas à certains gros défauts, avec une structure un peu datée, des quêtes secondaires bâclées et certaines mises en scène venue d’un autre temps aux animations décevantes. Mais il faut aussi noter que tous ces défauts ont tendance à donner un charme rétro à ce nouvel opus auquel on avoue être assez sensible, et qu’une fois lancé dans l’aventure, on a toujours envie d’y revenir.

Toutes les infos

Il n’y avait probablement pas un meilleur moyen de lancer cette conférence tant attendue. A l’occasion du Playstation 5 Showcase qui annonçait la date de sortie et le prix de la future console de Sony, Final Fantasy XVI a été présenté en ouverture de cérémonie avec un trailer de 4 minutes. En plus de ces images, on apprend que le titre de Square Enix sera une exclusivité console PS5, du moins pour un certain temps, et qu’il sortira également sur PC. 

Le trailer mélange des cinématiques et quelques rares extraits de gameplay. Il révèle un univers bien plus médiéval que son prédécesseur. A la manette, on retrouve Naoki Yoshida, qui s’était déjà occupé de faire revivre Final Fantasy XIV, et ça se voit. Les directions artistiques des deux titres semblent très proches, mais il est impossible de dire à ce jour si Final Fantasy XVI se déroulera dans l’univers d’Eorzea.

 Final-Fantasy-XV-2-800x445

Ce qui est certain en revanche, c’est qu’on y retrouvera des créatures mythiques comme Malboro ou encore les invocations de Shiva, Ifrit et Phoenix. Le trailer révèle également une catchphrase qui laisse à penser que le scénario sera de nouveau placé sous l’égide des Cristaux magiques : « L’hégémonie des cristaux contrôle la destinée du monde depuis trop longtemps… ».

Square Enix a précisé que les prochaines informations liées à Final Fantasy XVI ne seront communiquées qu’en 2021.

Un nouveau trailer et beaucoup d’infos !

Il a fallu faire preuve de patience. Depuis la première annonce de Final Fantasy XVI, les fans n’ont pas eu grand-chose à se mettre sous la dent pour patienter. Mais à l’occasion du State of Play de juin 2022, Square Enix a présenté un nouveau trailer, accompagné de nombreuses infos sur le Playstation Blog. On y découvre de nombreux détails sur l’histoire et sur les personnages, et on vous invite à le consulter ! Dans le trailer, on découvre aussi de magnifiques images des combats qui s’annoncent particulièrement grisants…

Un nouveau long trailer

Toujours attendu pour l’été 2023, Final Fantasy XVI s’est enfin dévoilé un peu plus au travers d’un nouveau trailer, extrêmement prometteur. Ce dernier a pour objectif de présenter ce qui sera l’intrigue principale du titre, à savoir une guerre entre les Eikons de chaque royaume, contraints par la force d’invoquer les Primordiaux. Mais on retiendra aussi la qualité des images, qui promettent un jeu magnifique, qu’on attend avec impatience !

De nouvelles images et une date de sortie officielle !

Avec Death Stranding 2, c’était probablement l’annonce la plus attendue de cette cérémonie des Game Awards 2022. Final Fantasy XVI s’est dévoilé un peu plus au travers d’un nouveau trailer, mettant notamment en avant le scénario, mais comprenant aussi sa petite dose d’images de gameplay, et notamment d’invocations. De quoi ravir les fans de la saga, qui attendaient aussi avec impatience une date de sortie officielle. Cette dernière est fixée au 22 juin 2023 en exclusivité sur PS5 !

25 minutes de gameplay à déguster

L’exclusivité console la plus attendue de l’année sur PS5 a logiquement eu droit à un State of Play dédié, à quelques semaines de sa sortie. Final Fantasy XVI s’est dévoilé au cours de 25 minutes de présentation. L’occasion de découvrir beaucoup de nouvelles images de gameplay, qui s’annonce particulièrement nerveux et dynamique à la manière d’un pur beat’them’all. Cette présentation nous en apprend aussi plus sur l’accessibilité du titre, qui proposera de nombreuses options pour permettre à tous les types de joueuses et de joueurs de profiter de l’aventure.

Un mode de difficulté Histoire sera présent comme dans de nombreux jeux d’aventure désormais, mais il sera aussi possible d’équiper des objets dans le mode de difficulté normal pour réduire la difficulté de certaines actions de jeu, comme par exemple un objet permettant de ralentir un peu le temps avant d’encaisser une grosse attaque ennemie.

Final Fantasy XVI est disponible depuis le 22 juin 2023 sur PlayStation 5.

Tous nos conseils jeux vidéo

Article rédigé par
Valentin Boulet
Valentin Boulet
Conseiller fnac.com jeux vidéo et high tech
Sélection de produits