Décryptage

Comment bien choisir sa machine à coudre ?

04 mai 2020
Par Anastasia
Comment bien choisir sa machine à coudre ?

Vous rêvez de vous mettre à la couture mais vous ne savez pas quel modèle de machine à coudre choisir ni comment définir clairement vos besoins ? Si le choix peut se porter sur le prix ou le design, attention à ne pas négliger qualité et fonctionnalités : des plus basiques aux plus complexes selon l’utilisation que vous projetez. On vous aide à choisir votre machine à coudre.

Inutile pour vous d’acheter une machine à coudre haut de gamme si vos compétences en couture sont dignes de celles d’un chat qui apprend à lire : vous ne saurez pas l’utiliser comme il se doit (au risque de l’abimer) et vous serez frustré de ne pas réussir aussi bien vos confections que dans votre imagination.

Pour choisir un modèle qui correspond à vos attentes, il vous faudra d’abord spécifier vos besoins. Mais pas de panique, on est là pour vous aider !

1. Définissez votre niveau de couture

Singer-Machine-a-coudre-InitialeQue vous soyez novice en couture, plus expérimenté voire professionnel du milieu, vous n’aurez pas les mêmes besoins et n’irez pas porter votre dévolu sur les mêmes modèles de machines à coudre. Pour les débutants et utilisateurs occasionnels, nous pouvons par exemple vous conseiller La Singer Initiale, une machine mécanique qui offre beaucoup de fonctionnalités.

Elle dispose de 18 points de couture, d’un enfilage simplifié, d’une boutonnière automatique en 4 étapes, de la marche arrière, d’un plan de travail éclairé et permet de régler la longueur des points (mais pas la largeur).

Cependant, si vous faites plutôt partie de ceux qui se projettent dans l’avenir, vous aurez sûrement envie d’une machine facile à utiliser et moins limitée. Dans ce cas, prenez le temps de vous renseigner sur celles-ci :

La Brother FS40 : C’est une machine électronique qui offre une prise en main simple et fluide. Elle dispose de 40 points de couture, d’un variateur de vitesse, de 5 boutonnières dont 1 automatique, d’un plan de travail éclairé, d’un écran LCD et permet de régler la longueur et largeur des points ainsi que la tension du fil. 

La Singer Tradition 2273 : C’est une machine mécanique intuitive et simple d’utilisation. Elle permet de régler la longueur et la largeur des points et dispose de 23 points de coutures, d’une boutonnière automatique, d’un régulateur de vitesse, de griffes d’entraînement à 6 têtes, d’un enfilage automatique.

La Brother CS10 : C’est une machine électronique très facile d’utilisation et peu encombrante. Elle dispose d’un enfilage automatique, de 40 points de coutures, d’un plan de travail éclairé, de 5 boutonnières automatiques et permet de régler la longueur et largeur des points. Néanmoins, ses canettes ne sont pas de taille standard, on ne peut pas y mettre une double aiguille et elle manque de stabilité en pleine vitesse.

Machine-a-coudre-electronique-BROTHER-FS-40     Singer-Machine-a-coudre-Tradition-2273

Que votre machine à coudre soit pour des professionnels ou des débutants, son prix ne sera pas le même et variera considérablement, pouvant passer de 50 à 15 000 €. Généralement, on situe la fourchette de l’entrée de gamme entre 100 et 300 € et pour du milieu de gamme entre 400 et 800 €. Et oui, il y en a pour tous les budgets ! Notez bien que si vous êtes débutant avec un petit budget, il n’est pas nécessaire de débourser plus de 300 € dans une machine à coudre (mais évitez aussi celles à moins de 100€ qui seront moins robustes et peu réparables).

Pour info : Sur une machine à coudre, ce sont les options qui font varier le prix. Aussi, au début de votre aventure couturesque, vous n’aurez besoin que du nécessaire, gardez-le en tête !

Capture comparaison

2. Définissez ce que vous souhaitez coudre

Selon que vous souhaitez coudre de la toile, du tissu extensible, du velours, du (simili) cuir, de la soie, du jean, de la dentelle,… Vous choisirez un modèle différent de machine à coudre.

Attention, plus vous coudrez des épaisseurs et plus votre machine devra être performante… Et ce n’est pas avec de l’entrée de gamme que vous pourrez le faire (à moins d’une grande vigilance sur le choix de vos épaisseurs) ! En effet, si la machine n’est pas faite pour coudre une certaine densité de tissu, ses aiguilles casseront et cela l’endommagera.

3. Machine à coudre mécanique ou électronique ?

La grande question ! Vous aurez beau lire tous les avis sur le sujet, il y en aura toujours qui vous diront de préférer les mécaniques pour débuter car elles sont plus maniables et d’autres pour vous dire que les électroniques sont mieux car elles sont plus simples à prendre en main. Forgez-vous votre propre avis selon vos choix de couture et vos appétences.

La machine à coudre mécanique

Ce type de machine est plus compliqué à prendre en main au début car vous devez régler la tension du fil et chaque point vous-même. Si cela peut gêner de prime abord, c’est aussi pour ce critère que certains choisissent des mécaniques. En effet, vous pourrez contrôler et régler presque entièrement votre machine. Autre point non négligeable, celle-ci est moins chère et coûte peu en réparation.

Attention néanmoins : elles ne dispose pas de toutes les options que pouraient proposer une électronique.

La machine à coudre électronique

Ces machines sont plus intuitives et faciles à utiliser car tous les réglages sont automatiques, de quoi vous apporter un confort dans la réalisation de vos ouvrages. Elles sont aussi plus silencieuses et fournissent une qualité (et une quantité) de points et de finitions plus précises.

Néanmoins, toutes les fonctions supplémentaires constituent aussi un coût supplémentaire, d’où leur prix plus élevé. Ses pièces tombent plus vite en panne et sont plus chères à réparer.

À vous de voir si vous préférez maîtriser et contrôler complètement votre machine à coudre ou si vous vous laissez aisément séduire par la fluidité et les nombreuses options additionnelles des électroniques.

méca ou électro

4. Définissez vos fonctionnalités importantes sur une machine à coudre

Ici encore, les bons critères dépendent de votre niveau et de votre utilisation. En effet, si vous débutez, il n’est pas nécessaire d’avoir une machine qui propose une quarantaine de points, seuls les principaux suffisent (point droit, point zigzag, point boutonnière, point invisible). Une fois que vous avez définis clairement les points précédents, il faudra préciser vos besoins et vous familiariser avec le vocabulaire pas toujours très clair… En route, donc !

LES POINTS

Points droits/zigzags : quantité de projet peuvent être cousus avec uniquement des points droits et des points zigzags.

Points spéciaux : dans les « points spéciaux », nous retrouvons les points d’ourlets invisibles, les points de surjet, les points élastiques, les points plumes. Dans le cas où vous souhaitiez approfondir vos talents de couturier, ils vous seront nécessaires.

Points décoratifs : attention à ces points-là ! C’est un des premiers arguments de vente sur beaucoup de machines et bien qu’ils soient très jolis, ils sont peu visibles de loin. Par ailleurs, il y aura d’autres façons pour vous d’orner vos confections.

Points de boutonnière : plusieurs machines proposent cette fonction en 1 ou 4 étapes afin de créer une boutonnière. Si votre machine ne permet pas de les créer automatiquement, ce point vous permettra néanmoins d’en coudre une à la main.

LONGUEUR ET LARGEUR DES POINTS

Cette fonctionnalité est importante car si la largeur et la longueur des points sont facilement ajustables, vous pourrez mieux contrôler les points que vous créez. Régler la largeur vous permet de faire varier l’écartement d’un point. Régler la longueur vous permet de faire varier la distance entre deux piqûres de l’aiguille du tissu. Attention car certaines machines à coudre d’entrée de gamme ont cette fonctionnalité préréglée et vous ne pourrez pas la modifier.

LE PIED-DE-BICHE

Normalement, on peut tout faire avec le « pied-de-biche » de base de la machine à coudre. Celui-ci sert à pouvoir augmenter ou diminuer la pression exercée par le pied presseur sur le tissu. C’est lui qui maintien le tissu en place contre les griffes d’entraînement. Par exemple, pour des tissus épais, on aura tendance à diminuer la pression du pied alors qu’on l’augmentera pour des tissus plus fins.

Des pieds-de-biche supplémentaires peuvent êtres utiles si vous souhaitez créer beaucoup de vêtements. Par exemple, vous pourrez ainsi en acheter pour vos boutonnières, vos fermetures à glissières et vos ourlets invisibles. 

LES GRIFFES D’ENTRAÎNEMENT

Les griffes d’entraînement sont les petites dents métalliques que vous pourrez voir, placées sous la plaque d’aiguille. Leur rôle ? Faire avancer le tissu dans le sens de la couture… Un peu comme le ferait un tapis roulant. Plus votre machine aura de griffes, plus elle avancera de manière fluide et régulière. Un point non négligeable !

Vous pourrez retrouver chez certains modèles des systèmes de « double entraînement ». Cela permettra de faire avancer le tissu par au dessus et par en dessous… Très utile pour les tissus épais.

UN BRAS LIBRE

Si votre machine à coudre a un « bras libre », c’est qu’on peut retirer la boite d’accessoires ou le plateau amovible pour accéder à ce bras. Celui-ci vous permettra notamment d’enfiler et de coudre des pièces de tissus en tube comme des manches ou des jambes de pantalon.

ENFILAGE

Ah la question de l’enfilage ! Certains modèles vous faciliteront la vie en simplifiant le processus par des flèches et des voyants ou en le rendant automatique. Néanmoins, même si ce geste demande parfois de la pratique, une fois que vous avez mis le nez dedans et que vous coudrez régulièrement, il n’aura plus de secret pour vous.

LE BOUTON ARRÊT HAUT/BAS

Ce bouton vous permet d’abaisser ou de remonter l’aiguille. Cette option est facultative et peut être réalisée soi-même très simplement. Attention donc, car celle-ci fait grimper très vite le prix d’une machine à coudre.

Quelques marques de machines à coudre…

Singer : Pendant très longtemps, Singer a été la marque de référence en matière de couture. Mais aujourd’hui, avec la concurrence et les nombreuses autres marques qui ont fait irruption sur le marché, Singer est détrônée. Sans être les meilleures, les machines à coudre Singer restent néanmoins de bons modèles.

Brother : Au fil des années, Brother a su évoluer pour atteindre une très bonne fabrication de machine à coudre. Aujourd’hui, c’est une marque très connue et bien en place dans le milieu. A prendre en compte également, construire et produire des machines à coudre est le métier premier de la marque.

Bernina : Bernina est une grande marque… Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’elle a une très bonne réputation. La structure de ses machines est robuste et celles-ci disposent d’un grand nombre de fonctionnalités. Cependant, leur prix égal leur réputation ce qui ne permet pas aux petits budget de pouvoir les acquérir.

Husqvarna : Difficile à croire que la marque Husqvarna était au départ une usine d’armes royales. Aujourd’hui, la marque conçoit des machines à coudre de très bonne qualité. Elle dispose aussi de diverses gammes de machines des plus simples aux plus élaborées, ce qui permettra autant à un débutant qu’à un professionnel de s’épanouir.

Pfaff : Une grande marque référente que l’on retrouve autant dans l’industrie de la couture que dans les foyers. Avec Pfaff, vous êtes sûr de la qualité de votre machine à coudre. Cependant, comme Bernina, cette marque propose des prix qui ne sont pas toujours accessibles aux petits budgets.

Janome : La marque Janome est un gage de qualité et garantie ses machines à coudre sur 5 ans. Les débutant en couture peuvent être rassurés car leurs machines entrée de gamme offrent tout le confort et les outils pour se lancer sans se sentir limité. Quant aux professionnels et aux plus expérimentés, vous ne serez pas déçus non plus car les machines sont robustes et complètes.

Les points à clarifier avant de choisir un modèle de machine à coudre :

– Votre niveau,
– Votre utilisation (Quel tissu ? Quel point ?),
– Si vous êtes plus mécanique ou électronique.

Les critères importants à avoir dans une machine à coudre :

– Les points indispensables : point droit, point zigzag, point boutonnière, point invisible.

– Réglage de la longueur et la largeur des points.

– Un bras libre.

– Griffes d’entraînement à 6 têtes minimum.

Dernière information pour la route : Évitez le plus possible les machines à coudre en plastique, qui sont plus difficiles à réparer et durent moins dans le temps.

Article rédigé par
Anastasia
Anastasia
Libraire Fnac.com