Entretien

Goncourt des Lycéens 2017 : si tu étais un écrivain, tu serais…

07 novembre 2017
Par Pauline1

À l’occasion de la rencontre parisienne entre auteurs et lycéens le 12 octobre dernier sur le campus de Jussieu, on a voulu savoir ce que les élèves pensaient de la profession d’auteur, ce qu’écrire signifiait pour eux et surtout, s’ils s’imaginaient eux-mêmes dans la peau d’un écrivain… Des réponses pleines de philosophie fantaisiste qui augurent le meilleur pour la littérature française.

Gabrielle (Lycée Jules Ferry – Paris)

« Je trouve ça extraordinaire les personnes qui ont des mondes à eux. »

Si tu étais un écrivain, tu serais…

Gabrielle : « Je suis comme beaucoup de gens, mon livre phare c’est Harry Potter, du coup, si j’étais écrivain, je serais un écrivain comme J.K. Rowling, forcément. Ce qu’elle écrit, sous de la fiction, c’est quand même une histoire touchante, avec des personnages touchants. Elle a tout un monde à elle. Je trouve ça magique, parce qu’elle a son monde propre, qu’elle connaît intégralement. Je trouve ça extraordinaire les personnes qui ont des mondes à eux. »

À quoi ressemblerait le héros de tes livres ?

« Ce serait quelqu’un qui sait s’imposer, quelqu’un qui essaie que tout soit bon dans le monde, quelqu’un qui aurait des amis et qui inspirerait la confiance, quelqu’un sur qui l’on puisse compter. »

Comment s’intitulerait ton roman ?

« Le titre reprendrait le nom de mon personnage. »

Quel est pour toi le rôle d’un écrivain dans la société ?

« Pour moi l’écrivain a plusieurs rôles : celui de décrire la société d’abord, comment elle se passe. C’est grâce aux écrivains que l’on peut voir dans le temps comment ça s’est passé. L’écrivain doit faire rêver les gens, il doit faire en sorte qu’en lisant des livres, on puisse s’évader, sortir du quotidien, de la routine. »

Le Goncourt des Lycéens a 30 ans. Et toi, à 30 ans, comment imagines-tu ta vie ?

« J’aimerais bien faire de la médecine, aider les gens, être écrivain… Je ne sais pas… Pourquoi pas ? Une vie normale et cool. »

Chamsedine (Lycée François Truffaut – Bondoufle) 

« Les livres nous éloignent de l’obscurantisme.
Les livres éclairent, ils nous font progresser. »

Si tu étais un écrivain, tu serais…

Chamsedine : « Si j’étais un écrivain, j’aimerais être dans le style d’Éric Vuillard, parce que j’ai lu son livre L’Ordre du jour – un excellent livre – et j’aime les livres qui parlent de l’Histoire, de l’humanité. Ce roman m’a vraiment touché parce qu’il parle du nazisme. On voit vraiment qu’Éric Vuillard y a mis du cœur. J’aurais fait pareil, j’y aurais mis du cœur, en abordant le sujet de la guerre, la Seconde Guerre mondiale, ou la Première, par exemple la Guerre de Verdun, très intéressante à raconter… J’aurais vraiment essayé au maximum d’inclure le lecteur dans mon livre, parce que je trouve ça exceptionnel qu’on puisse vraiment se sentir dans l’Histoire, être inclus totalement, comme si on revenait dans le passé… »

À quoi ressemblerait le héros de tes livres ?

« J’aimerais inventer un personnage principal qui serait un soldat ou bien un infirmier… Je m’associe vraiment au roman d’Éric Vuillard, c’est un exemple pour moi. »

Comment s’intitulerait ton roman ?

« Le titre de mon roman, j’aimerais y mettre « Au cœur… », par exemple Au cœur de la guerre. »

Quel est pour toi le rôle d’un écrivain dans la société ?

« Le rôle d’un écrivain dans la société, c’est d’abord d’enseigner, parler du passé, essayer de parler du présent et en même temps parler du futur, essayer d’instaurer la paix… Si le livre véhicule beaucoup de haine, de rage, de colère, ce n’est pas bon… Ce qu’il faudrait, c’est un livre avec de la paix. Aujourd’hui, on en a vraiment besoin, avec les attentats, on a vraiment besoin de paix. On demande juste que les écrivains nous aident. Certains pensent que les écrivains ne servent à rien… Mais les autodafés… Pourquoi brûler des livres ? Parce que les livres nous éloignent de l’obscurantisme. Les livres éclairent, ils nous font progresser. »

Le Goncourt des Lycéens a 30 ans. Et toi, à 30 ans, comment imagines-tu ta vie ?

« Je ne pense même pas à demain, je pense plus au présent qu’au futur. À 30 ans, j’espère vraiment que, si j’ai l’opportunité d’avoir un impact sur le futur, je le ferais sans hésiter. »

Léa & Léa (Lycée François Truffaut – Bondoufle)

« J’aimerais que mon héroïne inspire les gens, qu’elle les pousse à être eux-mêmes et à faire du mieux qu’ils peuvent. »

Si tu étais un écrivain, tu serais…

Léa A. : « Je pense que j’aimerais être moi-même, plutôt que de devenir quelqu’un d’autre. »

Léa B. : « J’aime Rick Riordan, ce n’est pas un écrivain très connu, mais j’aime la façon dont il écrit. Il écrit vraiment ce que pense la personne sur le moment, on a vraiment l’impression d’être dans sa tête. C’est le genre d’écriture que je préfère. »

À quoi ressemblerait le héros de tes livres ?

Léa A. : « Si je devais écrire, j’écrirais sur quelqu’un qui me ressemblerait parce que je trouve que c’est le plus simple à décrire. J’essaierais au maximum de faire une personne qui semble ordinaire, pas quelqu’un d’extraordinaire, ou de particulièrement spécial, juste une personne à laquelle on puisse s’identifier plus facilement. »

Léa B. : « J’aimerais écrire sur une personne à laquelle j’aimerais ressembler, qui inspirerait les gens et qui leur donnerait confiance en eux. Je préférerais écrire sur une femme pour que les jeunes filles ou même les femmes adultes puissent s’identifier à elle, et se dire qu’elles ne sont pas seules à vivre les tracas quotidiens d’une femme. Mon héroïne ne serait pas exceptionnelle, elle serait ordinaire, mais quelqu’un de fort. J’aimerais qu’elle inspire les gens, qu’elle les pousse à être eux-mêmes et à faire du mieux qu’ils peuvent. »

Comment s’intitulerait ton roman ?

Léa B. : « J’ai déjà écrit, mais sans jamais trouver un titre. Le titre de mon roman, ça serait sans doute quelque chose de simple, quelque chose qui puisse décrire le livre sans vraiment tout divulguer, juste un mot qui puisse vraiment avoir un sens une fois qu’on a lu le livre en entier. »

Quel est pour toi le rôle d’un écrivain dans la société ?

Léa A. : « Un écrivain peut avoir plusieurs rôles, il peut divertir les personnes, leur apprendre des choses simples. Je préfère quand il y a un vrai message dans le livre et je pense qu’un écrivain a le don de savoir écrire et de savoir dire les choses de manière simple, de dénoncer les choses que d’autres personnes ne pourraient pas dénoncer, parce qu’ils ne savent pas comment le faire ou comment le dire. Je pense que quand on sait écrire, il faut en profiter pour dénoncer des choses et dire des vérités que l’on ne peut pas dire d’une autre manière. »

Léa B. : « Je pense que ça dépend du type de lecteur qu’on veut toucher. Un écrivain ne devrait pas avoir un rôle précis. Un écrivain peut être quelqu’un qui écrit des romans fantastiques pour divertir, faire sortir du quotidien, ou, comme les auteurs qu’on a rencontrés aujourd’hui, un écrivain peut parler du passé. Il nous aide alors à comprendre l’histoire d’une manière différente de nos cours d’histoire habituels. Un écrivain peut faire passer un message. Il peut parler des choses actuelles et nous aider à nous développer en tant que personne. »

Le Goncourt des Lycéens a 30 ans. Et toi, à 30 ans, comment imagines-tu ta vie ?

Léa A. : « À 30 ans, j’aimerais que ma vie soit assez posée, avoir un travail en main, des enfants, un compagnon. J’aimerais surtout avoir une carrière professionnelle qui me réussisse et dans laquelle je puisse m’épanouir et être complètement heureuse. Je n’ai pas envie de faire un travail juste pour avoir un travail et un salaire. J’aimerais vraiment m’exprimer en tant que personne à travers mon travail. »

Léa B. : « Je pense que 30 ans c’est le moment où on est un peu sûr de ce qu’on fait, où on est pile au bon endroit pour savoir ce qu’on aime et ce qu’on veut faire. Si j’ai un travail, j’aimerais bien que ce soit quelque chose qui me plaise et qui me passionne parce que sinon je ne me sentirais pas comprise dans ce que je fais. J’aimerais bien au niveau professionnel être vraiment dans ce que j’aime et avoir trouvé la chose précise qui me passionne assez pour le faire tout au long de ma vie. » 

Fatima (Lycée François Truffaut – Bondoufle) 

« Il faut qu’on puisse se dire : « Cet écrivain-là, il m’a fait quelque chose. Il a changé quelque chose en moi. » »

 Si tu étais un écrivain, tu serais…

Fatima : « Si j’étais un écrivain, je serais quelqu’un comme Maxime Chattam, un écrivain fétiche pour moi. J’ai eu un gros coup de cœur pour La Conjuration primitive. Dans ce livre, il mélange tout ce qui est mystère, roman policier… Si jamais je deviens écrivain, j’aimerais écrire des thrillers, car c’est un genre qui intéresse beaucoup de personnes. »

À quoi ressemblerait le héros de tes livres ?

« Mon héroïne serait quelqu’un qui s’impose, qui n’a pas peur de ses choix, de ce qu’elle dit – parce que je suis quelqu’un comme ça aussi – quelqu’un qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense, et surtout quelqu’un qui est juste. »

Comment s’intitulerait ton roman ?

« J’ai déjà commencé à écrire un livre que j’aimerais, si je le peux, publier plus tard. Il s’intitule Mon voile, ma couronne. Je porte le voile et j’ai subi beaucoup de violences à ce sujet, notamment après les attentats. La France est mon pays. Mon père est indien, mais il est né sur le sol français, on est fier d’être français… C’est un livre qui me tient vraiment à cœur. »

Quel est pour toi le rôle d’un écrivain dans la société ?

« Un écrivain, c’est quelqu’un qui réussit à nous faire nous évader, qui réussit à ouvrir nos esprits. Il faut qu’on puisse se dire : « Cet écrivain-là, il m’a fait quelque chose. Il a changé quelque chose en moi. » »

Le Goncourt des Lycéens a 30 ans. Et toi, à 30 ans, comment imagines-tu ta vie ?

« J’ai décidé de faire du droit, mais il y a une part de moi qui veut écrire. J’aime beaucoup écrire des livres, lire des livres aussi. Si le Goncourt des Lycéens existe encore, j’espère me retrouver à la place de ces auteurs, un jour, pouvoir moi aussi conseiller les lycéens et dire qu’il y a 20 ans de ça j’étais à leur place et que j’étais comme eux. »

Tanguy (Lycée Léonard de Vinci – Tremblay-en-France) 

« Le rendu d’un roman relève un peu de l’inconscient. »

Si tu étais un écrivain, tu serais…

Tanguy : « Je serais un écrivain de romans. Ce qui est intéressant c’est que le roman ne rendra pas exactement ce que l’on pense nous, ce qu’on veut écrire, le rendu sera différent, le rendu d’un roman relève un peu de l’inconscient. (…) C’est aussi le lecteur qui l’imagine, qui se l’approprie. »

À quoi ressemblerait le héros de tes livres ?

« Ce serait un homme, un peu féminin, qui chercherait à trouver la vérité sur des choses non résolues, qui parcourrait la planète. »

Comment s’intitulerait ton roman ?

« Si je devais écrire mon tout premier livre, je pense que ce serait sur quelqu’un qui m’est proche, je penche plutôt vers ma mère, donc je pense que je lui donnerais le prénom de ma mère. »

Quel est pour toi le rôle d’un écrivain dans la société ?

« L’écrivain, selon moi, cherche à faire passer une idée, à détailler des choses, ou des personnes, pas forcément connues du public, à donner une idée plus complète d’une chose dont on ne connaît pas vraiment tout. »

Le Goncourt des Lycéens a 30 ans. Et toi, à 30 ans, comment imagines-tu ta vie ?

« Déjà pas à la rue, j’espère bien 🙂 Je pense que je vais me tourner vers l’écriture, pourquoi pas tenter ma chance aussi ? »

Insaf (Lycée François Truffaut – Bondoufle)

« Dans la lecture, il n’y a pas de limite. »

Si tu étais un écrivain, tu serais…

Insaf : « Rebecca Donovan, elle a écrit trois tomes : Ma raison de vivreMa raison d’espérerMa raison de respirer. J’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire. C’est l’histoire d’une étudiante parfaite, sauf que sa vie personnelle, sa vie familiale ne reflète pas du tout ce qu’elle montre aux autres. »

À quoi ressemblerait le héros de tes livres ?

« J’aimerais écrire sur une fille vraiment forte, intérieurement et extérieurement. Je voudrais qu’elle s’impose, qu’elle ait confiance en elle, qu’elle soit audacieuse, qu’elle n’ait pas peur de montrer ses idées, même si ça ne plaît pas, qu’elle n’ait pas peur de faire face à n’importe quel problème, n’importe quel danger. »

Comment s’intitulerait ton roman ?

« Je prendrais un titre, une phrase que je citerais plusieurs fois dans le livre, une phrase qui revient tout le temps. »

Quel est pour toi le rôle d’un écrivain dans la société ?

« C’est une personne qui peut être influente, qui peut changer notre manière de voir, de percevoir les choses, donner son avis, nous influencer, nous apprendre des choses, nous montrer des aspects sur l’Histoire, sur son histoire personnelle ou sur celles des autres. Lire pour moi, ça me permet d’imaginer, sans fin. Dans la lecture, il n’y a pas de limite, on peut imaginer ce qu’on veut, continuer l’histoire. Un écrivain nous aide, nous éclaire sur certaines choses, sur des trucs qu’on ne connaît pas forcément. »

Le Goncourt des Lycéens a 30 ans. Et toi, à 30 ans, comment imagines-tu ta vie ?

« J’ai toujours voulu commencer des études de droit pour devenir avocate. Je m’imagine dans mon cabinet d’avocats à exercer mon rêve. »

Maxime (Lycée François Truffaut – Bondoufle)

« Un écrivain, c’est quelqu’un qui fait d’abord passer ses idées,
c’est une manière de parler. »

Si tu étais un écrivain, tu serais…

Maxime : « Je serais peut-être un écrivain qui ferait un genre littéraire commun, mais je chercherais à donner à mon histoire une tournure que d’autres n’auraient pas pris, d’écrire ce qui n’a pas été dit. J’essaierais ensuite de faire un genre littéraire qui n’a pas été non plus abordé, je me détournerais complètement de ce que font les auteurs d’aujourd’hui, en général. Je partirais sur quelque chose de totalement différent. Par exemple, il y a beaucoup de romans qui racontent la vie des auteurs, c’est intéressant, mais je pense que l’on pourrait aller encore plus loin. On pourrait peut-être commencer à faire quelque chose à partir de ce principe et l’affecter à plusieurs personnes. J’aimerais écrire en abordant un autre point de vue, aussi… »

À quoi ressemblerait le héros de tes livres ?

« Dans un roman sur la guerre, mon héros ressemblerait à quelqu’un qui ne serait pas enclin à combattre, quelqu’un qui serait dans le camp des civils, par exemple un infirmier, qui à la base n’est pas infirmier de guerre, qui n’a pas été formé à être infirmier sur le champ de bataille. »

Comment s’intitulerait ton roman ?

«  On pourrait trouver beaucoup de titres, mais je pense qu’il faudrait plutôt s’attacher à un titre assez réfléchi, attendre d’avoir écrit le roman avant de trouver le titre. »

Quel est pour toi le rôle d’un écrivain dans la société ?

« Un écrivain, c’est quelqu’un qui fait d’abord passer ses idées, c’est une manière de parler. C’est l’idée qui prime sur l’auteur. L’auteur n’est pas forcément médiatisé, n’est pas forcément connu, mais son idée elle, l’est. Ceux qui arrivent à toucher un maximum de gens, sont généralement ceux qui ont des idées qu’ils veulent faire passer à tout prix, des idées qui comptent pour eux. »

Le Goncourt des Lycéens a 30 ans. Et toi, à 30 ans, comment imagines-tu ta vie ?

« Peut-être une carrière d’écrivain, pourquoi pas, parce qu’il y a des gens assez à l’écoute, ça intéresse beaucoup de monde, tu sens que tu n’es pas le seul à avoir comme passion de lire des livres. C’est quelque chose d’assez répandu, donc ça te porte, ça te fait porter plus d’intérêt. À 30 ans, je ne sais pas… La vie est hasardeuse… »

Cassandra (Lycée Léonard de Vinci – Tremblay-en-France) 

« L’écrivain doit faire voyager les gens dans son imaginaire. »

Si tu étais un écrivain, tu serais…

Cassandra : « Si j’étais une écrivaine, j’écrirais plutôt des romans fantastiques, plutôt pour les adolescents. J’ai une très grande imagination et je ne me vois pas trop bien écrire sur le réel. »

À quoi ressemblerait le héros de tes livres ?

« L’univers de mes romans serait un monde fantastique avec des vikings, des dragons. Mon héroïne serait une viking qui serait humanoïde, mi-dragon mi-femme. Elle voudrait retrouver son passé. Elle serait orpheline, à la recherche de ses origines, de ses parents. Elle serait aidée par ses amis, rencontrés tout au long de ses aventures. »

Comment s’intitulerait ton roman ?

« Au-delà de la réalité. Parce que ce n’est pas vraiment réel, le fait d’avoir un personnage mi-femme mi-dragon, à la recherche de ses origines, de ses parents… Ses parents sont-ils dragons, humains, ou hybrides comme elle ? Toute cette histoire serait en accord avec le titre. »

Quel est pour toi le rôle d’un écrivain dans la société ?

« Pour moi, s’il travaille sur le réel, un écrivain doit transmettre des informations, s’il travaille plus sur du fantastique, il doit faire voyager les gens dans son imaginaire, à travers les paysages. »

Le Goncourt des Lycéens a 30 ans. Et toi, à 30 ans, comment imagines-tu ta vie ?

« À 30 ans, je me verrais travailler dans le dessin, travailler sur cette histoire dont je viens de vous parler. Si je peux, soit la faire en animation, soit la faire en bande dessinée ou en manga. »

Anaëlle (Lycée François Truffaut – Bondoufle)

Je veux avoir ma propre identité.
Je n’ai pas envie de ressembler à quelqu’un d’autre. »

Si tu étais un écrivain, tu serais…

Anaëlle : « Je n’ai pas de référence à donner parce que je ne veux pas me référencer à un écrivain particulier. Je veux avoir ma propre identité. Je n’ai pas envie de ressembler à quelqu’un d’autre. »

À quoi ressemblerait le héros de tes livres ?

« J’aimerais bien m’identifier au personnage que j’aurais créé. Il me ressemblerait, du coup. J’aimerais bien avoir à l’écrit une trace de mon passé, de ce que j’ai vécu et de ce que je vais vivre. »

Comment s’intitulerait ton roman ?

« Cinq ans d’enfer, parce que j’ai mal vécu mon adolescence et j’aimerais bien en garder une trace écrite. »

Quel est pour toi le rôle d’un écrivain dans la société ?

« Certains écrivains dénoncent la société, ils veulent faire passer un message. Son rôle dépend de ses choix, de ce qu’il veut faire. »

Le Goncourt des Lycéens a 30 ans. Et toi, à 30 ans, comment imagines-tu ta vie ?

« À 30 ans, je m’imagine dans un autre pays, faire mes études à l’étranger, faire ma vie ailleurs. Je ne veux pas devenir écrivain, mais j’aimerais quand même raconter mon histoire dans un livre. »

Tout ce qu’il faut savoir sur le Goncourt des Lycéens

Article rédigé par
Pauline1
Pauline1
libraire sur Fnac.com
Sélection de produits