Actu

Cannes 2022 : Valéria Bruni-Tadeschi rend hommage à Patrice Chéreau dans Les Amandiers

23 mai 2022
Par Apolline Coëffet
"Les Amandiers" de Valéria Bruni-Tdeschi (2022)
"Les Amandiers" de Valéria Bruni-Tdeschi (2022) ©Ad Vitam Production

Dans ce long-métrage de la sélection officielle, la réalisatrice revient sur les débuts de sa carrière, passés à l’école d’acteurs du même nom.

Depuis les années 1980, l’école de Théâtre des Amandiers de Nanterre – initiée par Patrice Chéreau et Pierre Romans – a vu défiler de nombreux acteurs et actrices. Parmi ces vedettes en devenir figure notamment la talentueuse Valéria Bruni-Tadeschi. Actrice, mais également réalisatrice depuis 2003, elle a su se réinventer au gré de ses projets, tout en injectant une part d’intime dans chacun d’eux. Et Les Amandiers – en salle le 9 novembre prochain – n’y fait bien évidemment pas exception. En lice au Festival de Cannes, ce septième film revient sur ses années de formation, les passions et les déboires qui les ont rythmées.

Les tourments d’une existence encore secrète

Au Théâtre des Amandiers, des élèves âgés d’une vingtaine d’années se sont bousculés. Agnès Jaoui, Marianne Denicourt, Vincent Perez, Bruno Todeschini, Thibault de Montalembert et tant d’autres y ont découvert le jeu d’acteur, mais également celui de la vie. Dans ce microcosme singulier, amours et tragédies se sont entremêlées, formant les jeunes étudiants aux affres des jours incertains. Le personnage de Stella – inspiré des expériences de Valéria Bruni-Tadeschi – témoigne de cet enthousiasme inébranlable, de cette passion sinon cette vocation, qui les anime quotidiennement, à toute heure du jour et de la nuit. 

Aux balbutiements de leur carrière et d’une liberté croissante, tout leur semble encore possible. Toutes et tous sont convaincus du bienfondé de leur entreprise, qu’ils assument et portent fièrement, faisant fi des contrariétés. À mesure qu’ils se découvrent dans l’intimité, leur jeu sur scène s’en sort grandi, nourri de ces évènements qui oscillent entre légèreté et davantage de sérieux. Et qui se confondent même quelquefois. 

Entre autres choses, l’arrivée de drogues, qui s’immiscent dans la vie de certains et certaines, participe grandement à ce brouillage. Étienne, le jeune amant de Stella, perdu dans ses innombrables mélancolies, se présente comme le parfait exemple de cette génération ambitieuse que les acteurs du film incarnent avec justesse. Sofiane Bennacer et Nadia Tereszkiewicz – qui interprètent respectivement Étienne et Stella – nous transportent ainsi dans les tourments d’une existence encore secrète, mais qui, très bientôt, parviendra à capter la lumière. 

À lire aussi

Article rédigé par
Apolline Coëffet
Apolline Coëffet
Journaliste