Actu, Critique

Les survivants, d’Alex Schulman : l’inquiétante étrangeté scandinave

18 janvier 2022
Par Sophie Benard
Les survivants, d’Alex Schulman : l’inquiétante étrangeté scandinave
©Viktor Fremling

[Rentrée littéraire] D’une rare intensité, le premier roman de l’auteur suédois met en scène un drame familial et psychologique.

Alex Schulman est journaliste, animateur de télévision et de radio et podcasteur. S’il a déjà publié plusieurs essais, Les survivants est son premier roman. C’est aussi le texte qui marque son entrée sur la scène littéraire internationale : véritable succès, le texte a été salué par les critiques du monde entier, de la Norvège au Portugal en passant par le Danemark.

Trois frères reviennent dans la maison de leur enfance pour y disperser les cendres de leur mère disparue récemment. Les chapitres alternent alors entre le présent et l’enfance de Benjamin, Pierre et Niels ; mais tous ont le même décor, cet « endroit inaccessible, aussi isolé aujourd’hui qu’autrefois » – une maison scandinave entre lac et forêt, à la fois idyllique et inquiétante.

Les trois frères pouffent de rire en cadence, trois discrets gloussements qui s’accrochent l’un à l’autre.

Alex Schulman
Les survivants

D’une exceptionnelle maîtrise, la construction narrative mène au drame qui a bousculé la vie des frères et de leurs parents en mesurant soigneusement la montée de la tension et de l’étrangeté – étrangeté des lieux, des personnages eux-mêmes.

Les survivants, d’Alex Schulman. En librairie depuis le 05/01/2022.

Le narrateur est guidé par la sensibilité et l’écoute attentive de Benjamin, moins brutal que Pierre, son cadet, et moins secret que son ainé Niels. La sensualité de l’écriture d’Alex Schulman accompagne et sublime le réel – que les jeunes garçons marchent pieds nus dans l’herbe ou que les jeunes adultes profitent du sauna de la maison.

Ils sont à présent tous les trois très près l’un de l’autre, dans une hostilité qui leur est complètement étrangère. D’un seul coup, il n’y a plus de colère dans leurs regards, seulement de la confusion. Ils s’observent avec inquiétude.

Alex Schulman
Les survivants

Alors que les heures avancent – ou reculent – et que se dévoile le drame qui a changé le cours de leur existence, l’atmosphère s’assombrit ; la sensualité devient violence, et le chagrin poison. Magistral.

Les survivants, d’Alex Schulman, trad. Anne Karila, Albin Michel, 304 p., 19,90 €. En librairie depuis le 05/01/2022.

À lire aussi

À lire aussi

Article rédigé par
Sophie Benard
Sophie Benard
Journaliste