Actu

Un manuscrit d’Albert Einstein décolle aux enchères pour une somme astronomique

24 novembre 2021
Par Félix Tardieu
Albert Einstein à son bureau de l'Université de Princeton (Etats-Unis) en 1942, photographié par Roman Vishniac
Albert Einstein à son bureau de l'Université de Princeton (Etats-Unis) en 1942, photographié par Roman Vishniac ©Magnes Database Record /

Mis en vente le 23 novembre chez Christie’s, ce document de travail de 54 pages rédigé des mains d’Albert Einstein et du physicien suisse Michele Besso entre 1913 et 1914 pose les bases de la théorie de la relativité générale, qui s’apprête alors à bouleverser la physique moderne.

11,6 millions d’euros : c’est ce qu’a rapporté la vente historique de ce document de travail signé Albert Einstein et Michele Besso, estimé au départ entre deux et trois millions d’euros. Un manuscrit d’autant plus rare qu’Einstein ne conservait pas ses brouillons de calcul. C’est grâce à Michele Besso, collègue, ami et grand admirateur des travaux d’Einstein, qu’a pu être conservé ce manuscrit qui ne sera redécouvert que dans les années 1970. La théorie de la relativité générale d’Einstein, présentée à l’académie royale des sciences de Prusse en novembre 1915 et publiée quelques mois plus tard dans la revue Annalen der Physik, révolutionne alors la manière d’envisager la gravitation : contrairement à la théorie newtonienne, la gravitation constitue moins une force que la manifestation de la courbure de l’espace-temps. Un document miraculé donc, où le physicien teste sa théorie et accuse de certaines erreurs de calcul, qui s’avèrent malgré tout déterminantes dans la construction de la théorie : « Les erreurs font partie de la création scientifique. Un scientifique, c’est quelqu’un qui se trompe et qui s’en rend compte », affirme avec lucidité Etienne Klein dans la vidéo de présentation du manuscrit, physicien et philosophe des sciences qui a par ailleurs consacré un ouvrage émouvant à la trajectoire lumineuse d’Albert Einstein (Le pays qu’habitait Albert Einstein, Actes Sud, 2016). 

Extraits du manuscrit d’Albert Einstein et Michele Besso mis en vente hier ©Christie’s

Ce document, qui dans l’absolu n’est qu’une ébauche de la célèbre théorie formulée par Albert Einstein, est en partie rédigé en 1913 alors que le physicien réside à Zurich (Suisse). Sa valeur dépasse ainsi l’entendement, puisqu’il abrite les traces concrètes d’une intelligence en plein bouillonnement et sur le point de mettre sur pied une théorie qui va révolutionner notre compréhension de l’Univers. Dans ce manuscrit, Einstein et Besso s’attèlent notamment à l’anomalie constatée dans la trajectoire de Mercure, qui s’écarte alors légèrement de l’orbite calculée avec les équations de Newton. Si leurs résultats s’avèrent alors infructueux, Einstein réitérera ses calculs en novembre 1915, après avoir légèrement modifié ses équations. Un résultat confirmé expérimentalement par Eddington en 1919. La théorie de la relativité générale est alors pour la première fois confortée par l’expérience.

À lire aussi

Article rédigé par
Félix Tardieu
Félix Tardieu
Journaliste
Pour aller plus loin