Actu

L’indice de durabilité des smartphones passe à la trappe

16 février 2024
Par Pierre Crochart
L'indice de durabilité des smartphones passe à la trappe
©Vlad Teodor/Shutterstock

Il devait remplacer l’indice de réparabilité, présent depuis quelque temps déjà sur la fiche produit des smartphones.

Ce nouvel indice devait, en plus des conditions d’accès aux pièces détachées pour réparer soi-même son smartphone, évaluer les promesses de mises à jour logicielles des constructeurs. Le projet est finalement abandonné après que l’Union européenne s’est montrée critique à son encontre.

À partir de
776,16€
En stock vendeur partenaire
Voir sur Fnac.com

Les critères de durabilités mis en cause

Alors qu’est-ce qui a coincé exactement ? Pour la Commission en charge du dossier, les critères retenus pour établir l’indice de durabilité n’étaient pas les bons. Ou disons plutôt que la pondération de ces différents critères aurait réduit l’intérêt de remplacer l’actuel indice de réparabilité (un héritier de l’indice du Labo Fnac !).

Dans le détail, la possibilité de réparer soi-même son appareil comptait pour 45 points sur un total de 100. Or, celui garantissant un support logiciel étendu ne pesait que pour 10 points. De plus, les prérequis attendus dépassent assez largement la réalité actuelle du marché. Il faut en effet garantir sept ans de mises à jour logicielles. Les iPhone, pourtant très bien lotis en la matière, en seraient ainsi exclus. Seuls les Pixel 8 de Google et les récents Samsung Galaxy S24 auraient donc pu les mettre à leur crédit.

La Commission européenne craint donc de faire peser « des charges additionnelles pour les opérateurs économiques » (c’est-à-dire les fabricants de smartphones) et de provoquer la « confusion » chez les consommateurs. Le ministère de la Transition écologique dément ces reproches, mais assure « prendre note » de cet avis, et renonce donc au projet.

Un indice européen toujours sur les rails

Ceci étant, un indice européen évaluant peu ou prou les mêmes critères (mais opérant des modérations différentes) devrait voir le jour en 2025. On comprend dès lors que c’est sans doute moins la pertinence des indices qui est remise en cause ici que l’éventualité d’un doublon. L’indice européen aurait en effet supplanté l’indice français, qui n’aurait donc vécu que quelques mois avant d’être remplacé par son équivalent européen.

Notons toutefois que cette décision ne concerne que les smartphones. Les téléviseurs et machines à laver sont toujours en lice pour adopter un indice de durabilité propre.

La décision de remplacer l’indice de réparabilité par l’indice de durabilité s’inscrit dans le cadre de la loi antigaspillage pour une économie circulaire (Agec). Le but est de fournir aux consommateurs des données permettant de les diriger en priorité vers des produits durables et donc plus respectueux de l’environnement. Selon le dernier rapport de l’Arcep, un Français change de smartphone tous les deux ans en moyenne.

À lire aussi

Article rédigé par
Pierre Crochart
Pierre Crochart
Journaliste