Décryptage

EA FC 24 : 7 conseils pour bien débuter en mode Ultimate Team

29 septembre 2023
Par Vincent Oms
“EA Sports FC 24” est disponible sur toutes les plateformes depuis le 29 septembre.
“EA Sports FC 24” est disponible sur toutes les plateformes depuis le 29 septembre. ©Electronic Arts

La relève de FIFA sort ce 29 septembre et, avec elle, le mode favori des joueurs apporte son lot de nouveautés. Voici quelques astuces.

Chaque année, la sortie du jeu de football d’Electronic Arts siffle le coup d’envoi d’une saison virtuelle pleine de rebondissements pour les adeptes du mode Ultimate Team. EA FC 24 a effectué un changement de nom, mais son contenu, bien qu’il soit riche en nouveautés, reste toujours construit autour de cet élément aussi populaire que prenant.

Pour vous lancer au mieux dans la première déclinaison Ultimate Team version EA FC, voici quelques conseils, glanés durant l’early acces de la semaine passée. Une piqûre de rappel pour les aficionados de FIFA 23, et quelques pistes à creuser pour les débutant·e·s.

1 Des packs “gratuits” à gogo

C’est l’évidence même : pour construire une équipe « ultime », il faut des joueurs. Et pour cela, acheter des packs en boutique reste la première option envisagée. Cependant, dès la sortie d’EA FC 24, de nombreuses possibilités existent pour récupérer de précieux packs gratuitement. Avec des objectifs variés, des fameux paliers basiques aux défis proposés en Moments (avec une boutique d’étoiles qui permet aussi de garnir son club) ou avec des événements ponctuels, les occasions ne manquent pas.

©Electronic Arts

Le plus simple reste de cumuler un maximum d’objectifs, afin d’obtenir le plus de packs possible en un minimum de temps. Pour cela, le mode à privilégier reste le Clash d’équipes, qui permet, dès la difficulté semi-pro, plus qu’abordable, d’atteindre un nombre de buts (de différents types), de passes décisives et de victoires qui débloquent les objectifs recherchés. Un bon moyen de se lancer dans la construction d’une équipe de départ.

2 Quels modes de jeu privilégier ?

Comme dans les FIFA précédents, EA FC propose des modes de jeu pour tous les profils de joueurs et de joueuses, y compris au sein d’Ultimate Team. Les plus courageux·ses ou les plus disponibles tenteront le grand chelem. Mais pour celles et ceux ne disposant que d’un temps réduit à y consacrer, ou cherchant à maîtriser leur potentielle addiction à ce titre si prenant, plusieurs possibilités existent.

©Electronic Arts

Le mode Clash d’équipes, désormais réduit à 32 matchs et d’une durée plus courte, permet de débloquer chaque semaine des récompenses accessibles le dimanche matin. Jouer contre la console se montre également moins stressant, mais les récompenses seront limitées.

Le mode Draft est le plus rentable sur ce point, puisqu’il suffit de quatre matchs, en ligne ou contre l’IA, pour récupérer des packs de valeur. Enfin, les compétiteur·rice·s se lanceront dans le mode Rivals pour se qualifier en mode Champions, qui chaque week-end promet une compétition acharnée, avec les meilleures récompenses à la clé.

3 Évolution, comment ça marche ?

L’une des grandes nouveautés de cette édition, avec les Play Styles+, c’est la possibilité de faire évoluer des cartes de base au sein d’un système aux multiples avantages. Tout d’abord, les Évolutions permettent de booster des cartes de joueurs que l’on apprécie, parfois de façon spectaculaire. En outre, les conditions et défis pour y parvenir sont le plus souvent très accessibles (nombre de matchs, buts ou passes décisives, etc.). Certaines sont gratuites, d’autres payantes.

©Electronic Arts

Reste que le choix du sportif à faire évoluer soulève une question. Qui choisir entre le joueur le plus « meta », qui exploite au mieux cette nouvelle possibilité, ou votre chouchou, qui ne deviendra pas pour autant un compétiteur hors pair ?

Ce système étant amené à se renouveler régulièrement au cours de l’année, nous vous conseillons de laisser libre cours à votre imagination. Notez aussi qu’Évolution impacte le marché des transferts, certains joueurs modestes étant devenus hors de prix, car particulièrement favorisés par leur métamorphose.

©Electronic Arts

4 L’achat-revente : comment s’y prendre ?

L’autre moyen de se constituer un trésor de guerre, en dehors des sommes remportées à chaque match ou en fin de compétition, provient des fluctuations de l’offre et de la demande du système de transferts. Avec des millions de joueurs disponibles, il subit, comme dans l’économie réelle, des changements en lien avec l’actualité du jeu. Première règle : garder en tête les dates de récompenses des compétitions, qui font mécaniquement baisser les prix.

©Electronic Arts

Dès le dimanche soir jusqu’au lundi, les récompenses Clash d’équipe font baisser la valeur de la plupart des cartes. À l’inverse, la fin de semaine et l’approche de la compétition Champions la fait remonter. L’autre aspect essentiel, si vous êtes joueur·se, consiste à parier sur une flambée des prix.

L’arrivée d’un défi création d’équipes avec des conditions particulières (nationalité, club…) offre l’occasion de tenter sa chance en achetant à bas prix dès le lancement du défi, en espérant une belle plus-value. Risqué, mais rentable. Enfin, ces mêmes défis permettant d’obtenir un joueur rare peuvent aussi faire augmenter la valeur de potentiels coéquipiers, à surveiller également.

©Electronic Arts

5 L’arrivée des joueuses, ce qu’il faut retenir

Longtemps mal reçue par une partie de la communauté, l’arrivée des sportives sur le même terrain que leurs homologues masculins a fait débat. Force est de constater que, depuis le lancement d’Ultimate Team, les footballeuses ont été nombreuses à faire leurs preuves sur le terrain. Outre les incontournables Sam Kerr de Chelsea ou Alexia Putellas de Barcelone, quelques pépites surprennent.

Le style de jeu Foulée Rapide donne des ailes, particulièrement avec les caractéristiques de joueuses agiles.©Electronic Arts

Pour notre part, Delphine Cascarino, joueuse de l’Olympique Lyonnais dont on connaît le talent en équipe de France, a été épatante sur l’aile. Tout comme Trinity Rodman (la fille du basketteur Dennis Rodman, pour l’anecdote), dont la vitesse supersonique fait des ravages. Reste un problème majeur : la taille moyenne des joueuses, un handicap sérieux aux postes de défenseuse centrale ou de gardienne.

©Electronic Arts

6 Devenir magicien·ne de l’alchimie

Modifiée l’année dernière, l’alchimie s’appuie cette fois encore sur trois points par joueur, qui s’activent en fonction de la nationalité, du championnat et du club de leurs coéquipiers. La solution la plus simple consiste à n’utiliser qu’une nationalité ou un seul championnat, mais elle ferme la porte à des sportifs de talent et peu coûter cher. Pour plus de flexibilité, il faut s’accommoder du système.

©Electronic Arts

En mixant plusieurs championnats, chaque détail compte. Par exemple, avec seulement deux ou trois joueurs de Liga Espagnole, il faudra miser sur des clubs identiques comme le Real ou l’Atletico, qui renforcent les liens. Autre possibilité d’améliorer le collectif, des nationalités identiques dans des championnats différents.

Pour leur part, les joueuses peuvent compliquer l’opération, avec leurs propres championnats, mais compensent avec la possibilité de faire valoir leur club malgré tout. Souvent négligé, l’entraîneur, sa nationalité et son championnat comptent également dans l’alchimie, offrant des solutions inespérées. Et terminons avec les icônes, qui ajoutent désormais du collectif à toute l’équipe.

7 Le changement de poste immédiat

Particulièrement agaçant dans les FIFA précédent, le changement de poste répondait à deux critères : que le joueur dispose de cette capacité sur sa carte et que l’on utilise un consommable changement de poste. Cette deuxième condition disparaît enfin et offre de nombreux avantages. À commencer par le banc de touche, où un défenseur ou un attaquant polyvalent suffiront à pallier les blessures ou coups de fatigue, ouvrant la place à d’autres profils.

Outre de meilleures statistiques, les Évolutions peuvent aussi ouvrir des postes supplémentaires. Ici, Ansu Fati peut désormais évoluer comme ailier droit.©Electronic Arts

L’autre avantage réside dans le système Évolutions, qui concerne des postes précis. Mais, une fois le processus amorcé ou complété, rien ne vous empêche d’utiliser le joueur à un autre poste que celui requis. Enfin, les changements de système de jeu deviennent également plus souples, puisque les ailiers ou milieux polyvalents s’y adaptent directement sans passer par la fastidieuse application de consommables. Un énorme soulagement.

À partir de
49,99€
En stock
Acheter sur Fnac.com

À lire aussi

Article rédigé par
Vincent Oms
Vincent Oms
Journaliste