Sélection

Les meilleurs films d’animation français

04 décembre 2023
Par Lucie
Les meilleurs films d'animation français

À l’image du récent Mars Express de Jérémie Périn, l’animation française se porte à merveille. Un graphisme et une animation subtiles, des univers inventifs, des narrations exigeantes, pour les grands comme pour les plus petits. Une qualité largement reconnue à l’international qui fait aujourd’hui de la France le troisième pays producteur d’animation, derrière les États-Unis et le Japon. Petit tour d’horizon de certains des meilleurs films d’animation made in France.

Astérix et Cléopâtre, René Goscinny et Albert Uderzo – 1968

Asterix Et Cléopatre

Avec son digne successeur Les Douze Travaux d’Astérix en 1976, cet Astérix et Cléopâtre est sans doute la meilleure adaptation au cinéma des célèbres aventures gauloises de René Goscinny et Albert Uderzo. Ce sont eux d’ailleurs qui en signent la réalisation. Boudé à sa sortie, le film est depuis devenu culte, consacré en 2002 par le remake live action d’Alain Chabat, Astérix et Obélix : mission Cléopâtre. Restent aujourd’hui les voix inoubliables de Roger Carel et Jacques Morel en Astérix et Obélix, celle, haut perchée, de Micheline Dax en reine d’Égypte, et une flopée de séquences incontournables : du bain de Cléopâtre au pudding à l’arsenic en passant par le délire d’un Obélix affamé claironnant à tue-tête Quand l’appétit va tout va !

7€
12€
En stock
Acheter sur Fnac.com

La Planète sauvage, René Laloux et Roland Topor – 1973

La planète sauvage

Un film de science-fiction animé primé à Cannes en 1973 : la chose est suffisamment exceptionnelle pour être soulignée. Et c’est pourtant bien La Planète sauvage de Rena Laloux et Roland Topor, OVNI de SF à la bande-son détonante, qui repartait de la Croisette cette année-là auréolé du prix spécial du Jury. C’est dire la claque suscitée par cette magnifique fable aussi poétique que politique. L’histoire des Draags, ces géants bleus ayant ramené d’une lointaine planète de minuscules animaux domestiques, les Oms – « hommes »… Reflet de son époque, réflexion sur le devenir de l’humanité, le film aura une influence majeure sur le monde de l’animation : de Michael Dudok de Wit (La Tortue rouge) à Jérémie Périn (Mars Express), en passant par le grand Miyazaki.

À partir de
187,10€
En stock vendeur partenaire
Voir sur Fnac.com

Le Roi et l’oiseau, Paul Grimault – 1980

Le roi et l'oiseau

Autre débordement de poésie mais dans un registre très différent : Le Roi et l’oiseau, le chef d’œuvre de Paul Grimault, adapté de La Bergère et le ramoneur de Hans Christian Andersen et porté par les mots de Jacques Prévert. À l’histoire d’amour originelle d’Andersen entre la jolie bergère et le jeune ramoneur, le duo Grimault-Prévert a préféré valoriser le face à face entre ce roi laid et tyrannique, et cet oiseau malin et désinvolte pour pousser l’un des plus beaux cris de liberté du cinéma (d’animation) !

7€
12€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Kirikou et la sorcière, Michel Ocelot – 1998

Kirikou

En 1998, la France découvrait le fantastique univers graphique de Michel Ocelot à travers son tout premier long-métrage d’animation, Kirikou et la sorcière. Le récit initiatique de ce petit bout d’homme doté d’une fine intelligence, et de sa lutte face à la tyrannique sorcière Karaba et son armée de fétiches. Imprégné de la culture orale et des contes ouest-africains, Kirikou consacrait le premier coup d’éclat de Michel Ocelot, annonciateur d’une fantastique aventure animée. Ainsi au petit mais vaillant Kirikou succèderont les Princes et princesses, Azur et Asmar, Les Contes de la nuit, Dilili à Paris ou encore, plus récemment, Le Pharaon, le sauvage et la princesse.

Les Triplettes de Belleville, Sylvain Chomet – 2003

Les triplettes de Belleville

Sur le papier, c’est l’histoire improbable de Madame Souza, cette grand-mère lancée à la recherche de son petit-fils, cycliste passionné enlevé par la mafia française lors d’une étape du Tour de France. Et en guise d’invraisemblables complices, une triplette de vieilles dames. Le résultat à l’écran de ces Triplettes de Belleville fut, en 2003, tout aussi improbable, Sylvain Chomet nous entraînant auprès de ces quatre héroïnes, au fil d’une échappée belle singulière, d’une inventivité infinie, parsemée d’une myriade de trouvailles sonores et visuelles. Si le clin d’œil à Jacques Tati est évident, il tournera à la révérence, en 2010, avec la sortie de L’Illusionniste.

7€
12€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Persepolis, Vincent Paronaud et Marjane Satrapi – 2007

Persepolis

Tout droit tiré de la BD autobiographique et éponyme de Marjane Satrapi, Persepolis le film nous plonge, entre couleur et noir et blanc, entre présent et passé, dans les souvenirs d’enfance de Marjane à Téhéran dans les années 1970-1980, pendant la révolution islamique iranienne, et de son cheminement vers le monde des adultes et vers l’Europe. Face aux gardiens de la révolution, garants du système tyrannique, la jeune fille oppose son esprit frondeur et son désir profond de vivre libre, quitte à fuir… Persepolis est une audacieuse autofiction, un formidable témoignage historique doublé d’une réflexion sur l’identité et l’exil.

À partir de
32,78€
Voir sur Fnac.com

Ernest et Célestine, Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier – 2012

Ernest et Celestine

Petit bijou d’animation franco-belge que cet Ernest et Célestine tiré des livres jeunesses du même nom de Gabrielle Vincent. Le trio de réalisateurs Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier, épaulé au scénario par l’écrivain Daniel Pennac, nous content la belle histoire de cet improbable duo, Ernest, ours marginal plutôt bonne pâte, et Célestine intrépide petite souris. Et alors que tout devait les séparer, leur amitié aussi inattendue que bouleversante va sérieusement faire vaciller l’ordre établi. Une merveille graphique et poétique, un hymne à la tendresse et à la différence d’une très grande intelligence.

7€
12€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Ma Vie de Courgette, Claude Barras – 2016

Ma vie de courgette

Quelle merveilleuse association que l’univers stop-motion du Suisse Claude Barras aux mots justes de la Française Céline Sciamma ! Ma Vie de Courgette, c’est l’histoire d’Icar, alias Courgette, petit garçon qui, suite à la mort accidentelle de sa mère, se retrouve accueilli dans un foyer pour enfants. Autour de lui, des pensionnaires « comme lui », rescapés de situations difficiles. Ensemble, ils vont apprendre à se reconstruire… On pense à Henry Selick (James et la pêche géante, L’Étrange Noël de monsieur Jack, Coraline…) et à Tim Burton (Frankenweenie, Les Noces Funèbres) dans cette manière de ne pas soustraire le jeune public à la réalité, aussi rude soit-elle. Cette manière d’entremêler le drame et la douleur à la fantaisie et à la joie. Sans jamais rien dissimuler, toujours avec tendresse. Comme pour mieux révéler, rappeler le formidable pouvoir d’un enfant à se (re)construire.

7€
12€
En stock
Acheter sur Fnac.com

J’ai perdu mon corps, Jérémy Clapin – 2019

J'ai perdu mon  corps

D’un côté, une main coupée et obstinée se lance dans une quête rocambolesque du corps dont elle a été séparée. De l’autre, la chronique du quotidien de Naoufel, jeune Marocain livreur de pizza à Paris… Deux périples, deux trajectoires différentes qui finiront par se retrouver. Adapté du livre Happy Hand de Guillaume Laurant, J’ai perdu mon corps de Jérémy Clapin est un superbe film d’animation pour adulte où la mutilation du corps apparaît comme la métaphore d’un désarroi existentiel. D’une identité morcelée entre une enfance marocaine et une vie difficile en France. Une histoire incroyable d’une délicatesse bouleversante.

À partir de
22,79€
En stock vendeur partenaire
Voir sur Fnac.com

Tout en haut du monde, Rémi Chayé – 2016

Tout en haut du monde

Cap sur le Grand Nord dans Tout en haut du monde, aux côtés de Sacha, jeune Russe à la vie de princesse, qui, à la fin du XIXe siècle, décide de tout quitter pour partir sur les traces de son grand-père explorateur et de son navire, perdus dans les glaces. Un dur périple pour cette jeune fille, plongée dans un monde d’hommes. Un magnifique voyage initiatique autour des valeurs d’entraide et de cohésion. Et de la conquête du pôle Nord, Rémi Chayé de passer à la conquête de l’Ouest dans son second film, Calamity, western flamboyant sur l’enfance de Martha Jane Cannary, future et légendaire Calamity Jane. Une autre histoire d’émancipation féminine…

À partir de
19,71€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Le Sommet des Dieux, Patrick Imbert – 2021

Le sommet des dieux

Après un très joli pas de deux avec Benjamin Brenner (Ernest et Célestine) pour le burlesque Grand Méchant Renard en 2017, voilà Patrick Imbert de retour trois ans plus tard avec Le Sommet des Dieux, saisissante adaptation du roman graphique de Jiro Taniguchi, lui-même inspiré du roman éponyme de Baku Yumemakura. Une histoire de destins croisés au pied de l’Everest pour une enquête en très haute altitude sur les traces du mystérieux alpiniste Habu Jôji. L’immensité des paysages, l’adrénaline d’une ascension, la solitude des chasseurs de sommet… Ce Sommet des Dieux est une ode à l’alpinisme à la beauté vertigineuse et au récit haletant.

À partir de
93,47€
En stock vendeur partenaire
Voir sur Fnac.com

À lire aussi

Article rédigé par
Lucie
Lucie
rédactrice cinéma sur Fnac.com
Sélection de produits