Sélection

Catastrophes naturelles : ces films où la Nature reprend ses droits sur l’Homme

02 décembre 2015
Par Victor
Catastrophes naturelles : ces films où la Nature reprend ses droits sur l’Homme
©dr

Que ce soient les météorites, les éruptions volcaniques ou encore les avalanches, les catastrophes naturelles sont rarement maîtrisables par l’homme, et c’est ce qui les rend à la fois si effrayantes et si dangereuses. À l’occasion des sorties d’Everest au cinéma et de San Andreas en vidéo, voici notre sélection de films où la Nature reprend purement et simplement ses droits sur l’homme.

Météorites, séismes, avalanches, les catastrophes naturelles sont rarement maîtrisables par l’homme, ce qui les rend particulièrement effrayantes : comment pourrait-on réagir si une tornade se formait subitement juste à côté de chez nous ? Hélas pas grand-chose… Et le cinéma s’est justement pris d’affection pour ces films où la Nature tente de reprendre ses droits sur l’homme.

À l’occasion de la sortie au cinéma d’Everest le 23 septembre prochain, et de celle de San Andreas en vidéo, voici notre sélection de films catastrophes.

Le Pic de Dante, lave en cascade

Affiche Le Pic de DanteLe Pic de Dante est un film de 1997 signé Roger Donaldson.

L’histoire est celle de Harry, un vulcanologue veuf qui se voit dépêché pour enquêter sur un volcan émettant des manifestations sismiques dans l’Etat de Washington. Très vite, il comprend que la petite ville touristique située au pied du volcan est en grand danger.

Au casting, on retrouve un duo Pierce Brosnan (Mamma Mia, The Ghost Writer, The November Man)/Linda Hamilton (Terminator, Terminator 2) crédible et qui marche très bien à l’écran.

Dans la veine des (très) nombreux films américains de catastrophe des années 1990, Le Pic de Dante, c’est un scénario cliché et prévisible mais travaillé, du suspense à gogo, un héros qui s’en sort toujours, et de supers effets spéciaux.

Articulé en deux parties, le film est d’abord long à démarrer, présentant les personnages, avant de s’emballer dans un second temps. Là, le rythme du film va à cent à l’heure, et on est heureux de voir qu’après toutes ces années, le film n’a pas pris une ride.

Un bon film de divertissement, parfois prévisible mais agréable, tant qu’on ne se retrouve pas dans la situation des protagonistes…

Côté volcan toujours, on aurait aussi pu citer Volcano (non, non, pas la chanson de U2), le film de 1997 avec Tommy Lee Jones et Anne Heche ; Supervolcan de Tony Mitchell ; Pompéi, avec Kit Harington (Game of Thrones), ou encore 2012, le célèbre film de Roland Emmerich, que l’on retrouvera plus tard dans notre sélection.

Le Pic de Dante

Le Pic de Dante, en Blu-ray et DVD sur Fnac.com

Twister, au cœur de la tornade

Affiche TwisterCôté cinéma, Twister (« tornade », traduit en français), c’est un peu la légende des films sur les tornades. Sorti en 1996, le métrage de Jan de Bont traite justement de l’histoire de ces chasseurs de tornades qui arpentent le pays à la recherche d’images et de données sur les colosses faits de vent. On y suit plus particulièrement l’histoire de Jo Harding dont le père a été emportée par une tornade lorsque Jo était encore une enfant. Et cette année, on annonce les plus violentes tornades depuis 30 ans. De quoi égailler la curiosité de la femme et de son équipe.

C’est Helen Hunt (Seul au Monde, The Sessions) qui campe le rôle de Jo Harding. À ses côtés, on retrouve également Bill Paxton (Night Call), Jeremy Davies (Lost) et le regretté Philip Seymour Hoffman (Good Morning England, Hunger Games).

La musique et la mise en scène respectent scrupuleusement les codes des films du genre, et cela participe également à rendre le résultat très agréable. Le film est même doté d’un petit côté scientifique très à la mode aujourd’hui mais plus rare à l’époque, ce qui lui rajoute un certain charme.

Nommé pour deux fois aux Oscars de 1997, le film se distingue par son suspense, ses effets spéciaux réussis (vraies prouesses pour l’époque) et par le jeu de ses acteurs, plutôt que par son scénario une fois encore assez bateau. Pas dénué d’humour, le métrage contient quelques scènes assez spectaculaires, pour le plaisir des yeux. De quoi en avoir le souffle coupé !

Côté tornades toujours, on aurait également pu parler de Black Storm, le film catastrophe à gros budget de 2014 avec Richard Armitage (trilogie du Hobbit) et Sarah Wayne Callies (The Walking Dead), mais aussi de Take Shelter, de Jeff Nichols avec Michael Shannon (Man of Steel) et Jessica Chastain (Interstellar). Une fois encore, le film 2012 aurait sa place dans cette partie, puisque de nombreuses tornades surgissent du ciel à plus d’un moment dans ce film catastrophe « tout terrain ».

Twister

Twister, en Blu-ray et DVD sur Fnac.com

Deep Impact, ou quand des comètes menacent de tout faire péter

Affiche Deep ImpactDu côté des astéroïdes, Deep Impact (1998) est un de ces films où non pas une mais deux comètes foncent droit sur la terre. Les objets spatiaux, découverts par un adolescent de quatorze ans (OK quelqu’un m’explique ?), menacent de rayer la planète du système solaire. En réaction, le président des Etats-Unis charge une équipe d’astronautes de se poser sur l’une des comètes en question, afin d’y placer des charges explosives.

Vous l’aurez donc compris, ce film (produit par Steven Spielberg) est un pur métrage américain, cliché jusque dans les moindres recoins, voire parfois même incohérent. Pour autant, l’intrigue est très prenante et les effets spéciaux sont d’une excellente qualité. On notera le casting 5 étoiles de ce film où Morgan Freeman, Elijah Wood, Robert Duvall, James Cromwell et Vanessa Redgrave se partagent l’affiche.

Contrairement à d’autres films catastrophes, Deep Impact mise plutôt sur un côté « réaliste » (en dépit du gamin qui découvre une comète que personne n’avait encore vue jusque-là) et psychologique du sujet, et ça marche. On y suit les histoires de différents groupes de personnages, allant du président des Etats-Unis aux astronautes dans l’espace, en passant par l’histoire d’un père et de sa fille fâchés depuis longtemps. Le film s’attarde notamment sur les réactions de ces personnes et à leurs ressentis par rapport à la situation dramatique qu’ils sont en train de vivre.

Émotion, sensations fortes, frissons et suspense garantis avec l’un des meilleurs films sur le sujet à ce jour.

La bande son est quant à elle signée James Horner.

Côté films d’astéroïdes toujours, on aurait aussi pu citer Armageddon, blockbuster américain à gros budget sorti la même année que Deep Impact avec Ben Affleck et Bruce Willis, ou le bien moins connu Astéroïdes : Points d’impact, de 1997.

Deep Impact

Deep Impact, en Blu-ray et DVD sur Fnac.com

Le Jour d’Après, la nouvelle ère glaciaire

affiche le jour d'apresAvant 2012, il y avait Le Jour d’Après, du même réalisateur Roland Emmerich (Independence Day, Godzilla). L’histoire nous mène à New-York, aux côtés de Sam, le fils du climatologue Jack Hall, alors qu’un changement climatique imprévu et violent s’abat d’un seul coup sur la totalité du globe. À travers la planète, des catastrophes climatiques s’enchainent en même temps que la température chute de plus en plus violemment. Jack décide alors de se rendre en ville afin de sauver son fils, en dépit du froid glacial qui règne dehors.

Inspiré en partie du livre d’Art Bell et Whitley Strieber Le Grand Dérèglement du climat, Le Jour d’Après est un métrage aux effets spéciaux très marquants et au scénario à la fois original et très réaliste. Dès sa sortie, le film a beaucoup intrigué et a été un carton auprès du public. À l’image des effets spéciaux, la bande originale et très prenante et s’accorde à la perfection aux images, donnant au film une véritable ambiance.

Tout au long du film, le suspense est captivant et, à l’inverse de nombreux films américains, on se demande sans cesse que ce qui va se passer pour nos héros. On notera également un côté très « scientifique » ainsi qu’une large part accordée aux émotions et aux ressentis des protagonistes.

Sans doute l’un des meilleurs films de catastrophes à ce jour, porté par un Jake Gyllenhaal (Le Secret de Brokeback Mountain, Enemy, Prisoners) encore jeune mais déjà très convaincant et accompagné de Sela Ward (Les Experts – Manhattan, Gone Girl) et Dennis Quaid (Pandorum) ; le tout sur fond de problèmes climatiques.

Ils auraient aussi pu faire partie de cette catégorie : Snwopiercer, le Transperceneige qui nous conduit à l’intérieur d’un train qui roule sans s’arrêter depuis des années, et à bord duquel les derniers survivants d’une planète Terre gelée tentent de survivre ; ou 2012 : Ice Age, film américain de 2011 nettement moins connu.

Le jour d'après 

Le Jour d’Après, en Blu-ray et DVD sur Fnac.com

The Impossible, rien ne reste d’un tsunami, si ce n’est l’amour et l’espoir

Affiche The ImpossibleThe Impossible raconte l’histoire vraie d’une famille qui se retrouve séparée lorsque le tsunami du 26 décembre 2004 a frappé les côtes de la Thaïlande. Si dans le film la famille est américaine, en réalité, celle-ci était espagnole. Séparés dans le chaos et dispersés parmi des milliers de rescapés, ils vont tenter de survivre, mais aussi de se retrouver.

De tous les films présents dans cette sélection, The Impossible est sans doute le plus émouvant. Contrairement aux autres, l’argument n’est pas apocalyptique ou de science-fiction mais bien une histoire vraie qui prend place dans un cadre ultra-réaliste.

Le père de famille, interprété par un Ewan McGregor (prélogie Star Wars) éblouissant par son jeu d’acteur d’une justesse admirable, se retrouve seul avec deux de ses fils, tandis que sa femme (Naomi Watts, par ailleurs nommée aux Oscars pour son rôle) se retrouve, elle, avec leur troisième fils (la révélation Tom Holland, futur Spider-Man de la franchise Marvel). La prestation des acteurs est éblouissante et nous touche du début à la fin. La famille, désormais coupée en deux va devoir tenter de survivre dans ce chaos total. Mais le pire pour eux reste cette inconnue : l’autre partie est-elle encore en vie ?

Juan Antonio Bayona signait avec The Impossible son deuxième film suite à L’Orphelinat, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le réalisateur a signé ici un véritable chef-d’œuvre. Le film vous prend aux tripes du début à la fin et l’émotion est omniprésente, notamment parce que le réalisateur nous immiscie dans la pudeur des personnages à l’aide de plans serrés et de dialogues poignants. Décors, maquillages, tout est réussi et contribue à rendre le film ultra réaliste. Les effets spéciaux sont eux-aussi d’une qualité remarquable, et pour cause, il aura fallu un an pour récréer les 10 minutes de la scène du tsunami.

Soulignons également la très bonne bande son, qui participe grandement à l’intensité suscitée par le métrage.

Alors, l’amour et l’espoir sont-ils plus fort que les catastrophes naturelles ? Réponse dans ce (très) grand drame.

Dans un tout autre genre, The last Day, Le Jour d’Après et 2012 (encore lui !), contiennent eux aussi des scènes de tsunami ou traitent de ce sujet. Bien-sûr, aucun d’entre eux n’aborde cependant le thème sous l’angle pris par The Impossible.

The Impossible

The Impossible, en Blu-ray et DVD sur Fnac.com

San Andreas, tremblements de terres et failles sismiques à grande échelle

Affiche San AndreasSan Andreas (non, messieurs, je ne parle pas du célèbre jeu vidéo) est le nom de la faille sismique qui se trouve en Californie. Sorti en 2015, le film signé Brad Peyton (Voyage au centre de la Terre 2) débute lorsqu’un séisme de magnitude 9,6 (le plus grand séisme de l’Histoire) ébranle l’état américain. Ray Gaines, pilote d’hélicoptère, et son ex-femme Emma quittent Los Angeles pour San Francisco dans l’espoir de retrouver et sauver leur fille Blake. Mais alors qu’ils pensent la catastrophe derrière eux, ils sont loin de se douter que le pire reste à venir.

Très vite, le film est un succès au box-office. Tout d’abord si les séismes sont un sujet récurrents à la télévision, ils sont nettement plus rares au cinéma, et d’autre part le film regorge d’effets spéciaux éblouissants, ce qui a rendu le métrage encore plus attractif. De plus, le film est très varié et les scènes sont toutes différentes : sauvetage en hélico, tsunami, course contre le temps, tout y passe et on ne s’ennuie pas un instant.

Côté casting, Dwayne Johnson, dit The Rock, (Le Roi Scorpion, Fast & Furious) retrouve Carla Gugino (Sucker Punch, Man of Steel), actrice qu’il avait déjà rencontrée dans Faster. À leurs côtés, on peut voir également Alexandra Daddario (Percy Jackson) et Ioan Gruffudd (Forever).

Encore une fois, un héros un peu pompeux (normal me direz-vous, c’est The Rock le type) à qui rien ne peut arriver et un scénario par moment très cliché. Néanmoins, le film dispose de vrais atouts et de scènes très impressionnantes, ce qui constitue un blockbuster à voir pour des moments de frissons garantis.

On aurait aussi pu citer Earthquake, grand film de 1974, ou 2012 (il est vraiment partout celui-là ma parole !), le fameux film de Roland Emmerich qui, champion toutes catégories confondues, condense donc pour récapituler : éruptions volcaniques, tornades, tsunamis et séismes ; et si ça ce n’est pas un argument suffisant pour courir voir le film, alors j’abandonne.

San Andreas 

San Andreas, en Blu-ray 3D et DVD sur Fnac.com dès le 28 octobre

Everest, avalanche dans les montagnes

Affiche EverestAdaptation de l’ouvrage autobiographique de Jon Krakauer Tragédie à l’Everest, Everest est un film américain qui sortira le 23 septembre prochain sur nos écrans. L’histoire nous conduit sur le plus haut sommet du monde, où deux expéditions distinctes se voient confrontées à des tempêtes de neige d’une violence inouïe.

Alors, Everest, futur succès cinématographique américain ? Possible, à plus forte raison quand on sait que non seulement le budget du film était de 65 millions de dollars, mais aussi que Jason Clarke (La Planète des Singes : l’Affrontement), Robin Wright (House of Cards), Keira Knightley (Pirates de Caraïbes), Sam Worthington (Avatar), Josh Brolin (True Grit) et Jake Gyllenhaal (décidément accro au film où il fait froid) se partageront l’affiche.

Dans tous les cas, Everest rejoint The Impossible : il s’agit non seulement d’une adaptation, mais également d’un film qui se veut avant tout réaliste et non pas apocalyptique.

Rendez-vous dans toutes salles obscures le 23 septembre prochain pour découvrir le nouveau film catastrophe, Everest, de Baltasar Kormákur.

Dans le même genre, on aurait pu citer Vertical Limit, film de Martin Campbell sorti en 2000 et qui met en scène un groupe de six sauveteurs partant à la recherche de trois randonneurs enfouis dans une cavité de glace en pleine montagne.

Everest

Article rédigé par
Victor
Victor
passionné de cinéma et de littérature, rédacteur pour Fnac.com
Sélection de produits