Actu

Marvel’s Guardians of the Galaxy : notre test et toutes les infos sur le jeu de Square Enix

03 novembre 2021
Par Louis Duval
Marvel's Guardians of the Galaxy : notre test et toutes les infos sur le jeu de Square Enix
©Marvel

Après Marvel’s Avengers, Square Enix continue d’exploiter la franchise de comics avec Marvel’s Guardians of the Galaxy, une aventure narrative en solo et à la troisième personne qui est disponible depuis le 26 octobre 2021 sur PC, PS4, PS5, Xbox One et Xbox Series.

Le test Fnac.com

Disponible depuis le 26 octobre 2021 sur Nintendo SwitchPS4PS5Xbox OneXbox Series et PCMavel’s Guardians of the Galaxy est le nouvel opus du groupe de Héros. Grâce au film Les Gardiens de la Galaxie sorti en 2014, les gardiens sont devenus une équipe emblématique de l’univers de Marvel. Son succès a en partie été dû à la phrase de Groot « Je s’appelle Groot » qui est entrée dans la culture pop.

Après un jeu Mobile et un jeu du studio Telltate Game, c’est au tour de Square Enix de nous montrer son adaptation de la série, en nous proposant un jeu d’action-aventure à la troisième personne, ayant une durée d’environ 20 heures. Nous avons eu la chance de parcourir la Galaxie lors d’un test, réalisé sur PC

De marginaux à Super-Héros

Plongé dans un univers rempli de différents extra-terrestres, on incarne tout au long du jeu Star-Lord, de son vrai nom Peter Quill. Peter est un humain et le chef d’équipe des Gardiens de la Galaxie avec pour autres membres Drax, un guerrier à la force titanesque ; Gamora, la fille de Thanos qui est également une assassin ; Rocket, le raton laveur aux armes plus grosses que lui ; et Groot, je s’appelle Groot. Avec cette fine équipe, il faudra parcourir la Galaxie afin d’accomplir toutes sortes de missions, au départ pour ne pas aller en prison, et par la suite pour sauver la Galaxie d’une nouvelle menace. 

Gardien de la Galaxie 6

L’histoire n’est pas linéaire puisque l’on commence par un épisode de la jeunesse de Peter Quill, à savoir son treizième anniversaire. Après ce court épisode, on revient dans la temporalité du jeu, avec un Peter Quill adulte, voyageant à travers la Galaxie entière. On connaîtra la suite de cette journée au fil du jeu, après plusieurs épisodes dans sa mémoire. 

L’équipe des Gardiens de la Galaxie appartient au MCU (Univers Cinématographique de Marvel), ce qui veut dire que même si l’on ne voit aucun autre Super-Héros Marvel dans le jeu, l’histoire de ce dernier se déroule dans le même univers, bourré de références. Par exemple, Gamora est la fille de Thanos, le principal antagoniste de Avengers : Endgame, le dernier film des Avengers. Cela a également pour conséquences des allusions plus ou moins visibles aux autres héros, la plus flagrante étant le nom de Peter Parker qui est évoqué lorsque l’on traverse la faille de l’univers. Cette voix proviendrait d’un univers alternatif…

Il est également important de noter qu’il n’est pas nécessaire de connaître l’histoire passée des Gardiens de la Galaxie. En effet, celle-ci nous est rappelée lors de temps morts durant les aventures ou sur le vaisseau. Facultative, elle permet aux joueuses et aux joueurs ayant envie d’en apprendre plus d’écouter l’histoire, et également de passer outre pour les autres. Le compromis est plutôt bon, et permet de ne pas avoir des cinématiques à rallonge qui expliquent ce que l’on sait déjà, même sans être un.e expert.e.

Gardien de la Galaxie 7

Des personnages attachants

Le ton humoristique donne un aspect convivial au jeu, où l’on s’attache aux personnages. D’autant plus que l’on peut régulièrement choisir les interactions de Peter Quill, afin de soutenir un coéquipier se faisant moquer par l’ensemble de l’équipe, ou bien le charrier encore plus. Certaines conversations peuvent être anecdotiques et sont là uniquement pour combler un vide au cours d’une aventure, d’autres ont plus de conséquences et de répercutions sur l’histoire.

Par exemple, Drax et Gamora embêtaient Rocket, et j’avais le choix de le défendre ou de me rallier à Drax et Gamora. J’ai bien entendu rigolé du raton laveur avec mes deux compères, ce qui a vexé le rongeur. Plus tard, il a décidé de quitter l’équipe, accompagné de Groot. Lorsqu’il est revenu peu après, il m’a vraiment fait beaucoup de peine (je sais que ce n’est qu’un personnage d’un jeu, mais quand même…). J’ai donc choisi de lui présenter mes excuses et depuis, je le soutiens lorsqu’il est la cible de moqueries. Lorsque l’on fait un choix comme celui ci, qui aura des conséquences plus tard, un cadre en haut à droite de l’écran l’indique, ce qui permet de comprendre sur le moment si l’on a fait un bon ou mauvais choix (avec la sauvegarde automatique, il n’est de toutes façons plus possible de revenir en arrière).

Gardien de la Galaxie 18

Le gameplay et les combats

Les armes de Peter Quill étant des pistolets, il faudra aimer la gâchette, du moins au début du jeu. En effet, au cours des aventures, il sera possible d’utiliser les pouvoirs des membres de l’équipe, chaque capacité étant très puissante. Les pouvoirs sont également utilisables lors des explorations, où Groot pourra créer des ponts ou encore Drax utiliser sa force pour déplacer des charges lourdes. En avançant dans l’histoire, des pouvoirs seront débloqués et il sera possible d’améliorer les pistolets de Star-Lord ce qui permet de ne pas avoir trop de combats identiques.

Gardien de la Galaxie 22

Les combats se ressemblent tout de même beaucoup entre eux, puisqu’ils comportent à peu près tous le même schéma : des sbires accompagnés de 2 ou 3 mini-boss. Alors que les sbires sont facilement tuables, il faudra faire preuve d’un peu plus de stratégie pour venir à bout des mini-boss, notamment en utilisant les pouvoirs de chaque gardien. Les boss quant à eux, sont une autre paire de manches. A la fin de chaque chapitre, il faut combattre un boss, plus difficile à tuer, et cela en utilisant une bonne coordination entre tous les membres de l’équipe. 

Chacun son style

Le système de combat permet beaucoup de styles de jeu différents. Il est possible de rester à distance en utilisant les pistolets, d’utiliser l’environnement (caisse suspendue pour écraser l’ennemi, carburant inflammable), d’agir en temps que dirigeant et n’utiliser que les capacités des autres membres, ou encore d’aller frapper les adversaires au corps à corps. A chaque combat, il est également possible d’effectuer des techniques coordonnées, ce qui laisse place à une cinématique pour des coups avec des dégâts colossaux.

Gardien de la Galaxie 13

Dommage, ces cinématiques ne sont pas très bien faites à mon goût, puisque très souvent, un personnage se trouve entre l’attaquant et la cible, et reste debout, stoïque durant toute la scène, les autres personnages le traversant. Mise à part ce détail, les combats sont plutôt intenses et rapides, avec des vagues d’ennemis arrivant en masse et ne vous laissant aucun répit, jusqu’à ce que l’objectif soit accompli. 

Les graphismes et l’ambiance

Mon Setup

RAM : 16 Go
Processeur : AMD Ryzen 5 3600
Carte Graphique : AMD Radeon RX 5600 XT 

Dès l’ouverture du jeu, une chose m’a frappé : la musique. Lorsque l’on arrive dans le menu du jeu, on voit les gardiens à leurs occupations, Drax lit un journal sur le canapé, Groot arrose ses plante en arrière plan, et Star-Lord est assis au premier plan, écoutant de la musique avec son fameux lecteur cassettes, musique qui passe également dans nos oreilles. Ce sont des chansons populaires des années 80, comme Tainted Love de Soft Cell ou encore Don’t Worry Be Happy de Bobby McFerrin qui défilent par petits boûts de 30 secondes. De quoi combler un large public, qui se retrouvera certainement à passer un peu plus de temps que prévu dans les menus, comme ce fut mon cas. 

Graphiquement, le jeu est magnifique, et c’est une vraie bonne surprise pour un jeu cross-gen. Dès la première mission. J’ai vraiment été bouche bée devant la profondeur des paysages comme ci-dessous. J’ai mis les caractéristiques de mon PC à droite, qui fait tourner le jeu en ultra sans problème. Pour les versions de consoles, je ne doute pas que le jeu tournera aussi facilement, surtout sur les consoles de la nouvelle génération comme la PS5 ou la Xbox Series.

Gardien de la Galaxie 5

Au niveau des bugs, j’en ai relevé très peu, et il y a de grandes chances que ces bugs soient corrigés par de futurs patchs. Le bug le plus embêtant était un cadre d’aide pour les touches, apparu en début de combat qui est resté toute la durée du combat. Cela m’a valu un combat compliqué, puisque je ne voyais presque pas mon viseur, et donc ne pouvais pas tirer précisément sur les ennemis. C’était la seule fois que cette fenêtre ne s’est pas refermée, dans les autres cas, elle disparaît de façon normale.
L’autre bug que j’ai relevé est un tremblement d’écran, lorsque j’étais sur un ascenseur en mouvement et que l’on baisse la caméra à fond. L’écran entier se met à trembler, jusqu’à ce que je déplace la caméra. Si ce bug n’est pas dérangeant au niveau du gameplay, il est très perturbant et peut être un réel problème pour les joueuses ou joueurs sensibles au mouvement.

Le doublage français

Fervent adepte des versions françaises, j’ai bien évidemment joué au jeu en français, avec les cinématiques et dialogues doublées. Comme je joue très peu à des jeux d’histoire/aventure comme Marvel’s Guardians of the Galaxy, cela faisait longtemps que je n’avais pas vu des cinématiques dans ce style, et j’avais gardé un très mauvais souvenir des conversations entre les personnages, où on ne ressentais aucune émotions des personnages. Ici, c’est tout le contraire. Je trouve que le doublage est proche d’un animé, où l’on ressent vraiment les émotions des personnages. J’ai d’ailleurs eu les larmes aux yeux quand Drax le destructeur nous parle de sa défunte famille.

Gardien de la Galaxie 18

Au niveau de la synchronisation labiale, ou tout simplement la synchronisation du doublage entre la vidéo anglaise et la voix française, ce n’est pas encore ça. La première scène où le Peter Quill de 13 ans parle à sa mère n’est vraiment pas bien synchronisée, comme d’autres scènes, mais ce n’est pas le cas de toutes. Certaines ne sont pas bien synchronisées alors que d’autres sont impeccables. Est-ce un oubli de certaines scènes, ou de la chance au niveau des scènes bien synchronisées ? Je ne sais pas du tout, mais c’est vraiment dommage, on perd une partie de l’immersion qui est totale dans les scènes synchronisées. 

Manette ou Clavier/Souris ?

Pour les versions console, la question ne se pose pas. Mais pour la versions PC, cela va dépendre de votre façon de jouer. En tant que joueur habitué au PC, j’ai tout de même essayé le jeu avec la manette, en me détachant de ma souris. Et surprise, j’ai plutôt trouvé cela agréable. C’est vrai que suivre l’histoire, les conversations entre les personnes ou même tout simplement explorer les environs pour trouver des objets collectionnables en étant assis au fond de ma chaise a été très plaisant. Mon, seul problème était les combats, beaucoup plus intenses en jouant avec un clavier et une souris.

Au niveau des commandes, le jeu est pensé pour être joué à la manette, ça se ressent au niveau de certaines fonctionnalités comme le dash, qui sur clavier/souris est activé en appuyant deux fois rapidement sur la touche de direction associée (ce n’est pas pratique et faire un dash en diagonale est compliqué voire impossible), alors que sur manette il suffit de se diriger et d’appuyer sur un bouton pour effectuer le dash (la diagonale est relativement simple).

Gardien de la Galaxie 21

Également, le menu est beaucoup plus simple d’utilisation à la manette. Comme les cases de ce dernier s’agrandissent au survol de la souris, il m’est arrivé plusieurs fois de me tromper d’onglets parce que je n’arrivais pas à sélectionner le bon, tandis qu’avec la manette, les boutons haut et bas permettent une utilisation très simple du menu. 

L’ensemble de ces petites détails fait que le jeu est vraiment destiné à un public jouant à la manette, mais surtout sur console, puisque cela permet de profiter au mieux des graphismes ainsi que de l’histoire. Néanmoins, le jeu reste très plaisant au clavier et à la souris, j’en suis le premier surpris.

Gardien de la Galaxie 8

Globalement, j’ai adoré jouer à Marvel’s Guardians of the Galaxy, et je dirai même qu’il m’a réconcilié avec les jeux de Super-Héros. Mélangeant action et aventure narrative, le jeu est à mi-chemin entre le jeu vidéo et le film. Accompagné par un ton principalement humoristique mais qui saura émouvoir quand il le faut, le jeu des gardiens est fait pour tout public, grand comme petit, connaisseur de la série ou non. 

Ce qu’il faut retenir : 

– Des graphismes magnifiques, proche d’un film

– Une immersion dans l’histoire, dès la première scène

– Des personnages attachants, et des discours émouvants

Contenu de l’édition Cosmique Deluxe

Alors que les précommandes sont ouvertes pour le jeu pratiquement depuis son annonce, il existera deux versions deluxe : une digitale (Numérique Deluxe) et une physique (Cosmique Deluxe).

Pour ce qui est de la version physique, découvrez tout ce que l’édition Cosmique Deluxe a de plus à offrir :

  • Marvel’s Guardians of the Galaxy – Jeu complet
  • Un SteelBook®
  • La tenue Sun-Lord pour Star-Lord (déblocage anticipé)
  • La tenue City-Lord pour Star-Lord (déblocage anticipé)
  • La bande originale du jeu vidéo Marvel’s Guardians of the Galaxy: The Hits (téléchargement numérique)
  • Le mini artbook relié Marvel’s Guardians of the Galaxy: The Art of the Game

GOTGGame-Deluxe-Contenu

Et quelle que soit l’édition, deluxe ou standard, numérique ou physique, Square Enix et Eidos-Montréal offriront pour toute précommande un accès anticipé aux costumes Gardiens Rétro.

GOTGGame-Preco-GardiensRetro

Des designs originaux et liés

Tout juste après avoir annoncé en exclusivité la sortie du jeu à l’E3 2021 en juin dernier, Square Enix dévoile petit à petit les coulisses de la création du jeu qui ne sort que dans 2 mois seulement ! Après avoir dévoilé un premier extrait mettant en avant Drax et ses talents de communication légendaire, les développeurs dévoilent comment ils ont choisi le design des personnages ou plutôt quelles sont leurs inspirations.

« Nous voulions que le design des Gardiens reste fidèle à l’histoire que nous avons créée, tout en faisant en sorte que l’on puisse reconnaître instantanément les Gardiens de la Galaxie que les fans adorent. Nous avons construit cette famille dysfonctionnelle et amusante en combinant des éléments issus des comics Marvel avec le passé que nous leur avons imaginé, ce qui donne un aspect unique à chaque Gardien qui s’intègre dans les mécaniques de jeu. »

– Bruno Gauthier-Leblanc, directeur artistique à Eidos-Montréal

Les inspirations des personnages

Star-Lord (Peter Quill) est inspiré d’un groupe de rock homonyme et de plusieurs références des années 80.

GOTGGame-StarLord

Drax porte fièrement son expérience et chaque scarification katathienne représente une victoire, en plus de références à sa planète Katath avec ses formes circulaires.

GOTGGame-Drax

Gamora est la femme la plus dangereuse de l’univers, son style fort et imposantest représenté par une tenue noire et blanche inspirée des comics, avec quelques décorations mortelles.

GOTGGame-Gamora

Rocket et Groot sont liés, non seulement par leur amitié mais aussi par leur style de combat et leur design. Bruno Gauthier-Leblanc définit Groot comme le mecha de Rocket, sa propre monture qu’il customise en fonction de ses besoins en combat. La relation entre eux a influencé les choix de design de l’équipe créative.

GOTGGame-RocketGOTGGame-Groot

Lady Hellbender rencontre Drax

Dans ce premier extrait du jeu montrant une scène de cinématique, les Gardiens de la Galaxie vont à la rencontre de Lady Hellbender mais cette scène tourne à la partie de séduction entre la grande créature et Drax qui n’est pas vraiment la meilleure personne pour la drague.

C’est l’occasion pour Square Enix et Eidos-Montréal de montrer comment vos choix peuvent influencer l’avancement de l’histoire, ici Star-Lord a deux décision qui s’offrent à lui lorsque Drax semble comprendre que Lady Hellbender lui fait des avances.

Les Gardiens débarquent à l’E3

Déjà très présente au cinéma, la licence Marvel s’impose de plus en plus dans le monde des jeux vidéo, sous l’impulsion de Square Enix. Après Marvel’s Avengers, l’éditeur japonais a annoncé, à l’occasion de sa conférence à l’E3 2021, l’arrivée d’un nouveau titre, Marvel’s Guardians of the Galaxy, le 26 octobre 2021 sur PC, PS4, PS5, Xbox One et Xbox Series.

Contrairement à Marvel’s Avengers, Les Gardiens de la Galaxie est un titre exclusivement pensé pour le solo. En revanche, cela ne veut pas dire que vous vivrez votre aventure tout seul. Vous incarnerez Peter Quill, et serez en permanence accompagné de l’ensemble du groupe des gardiens, dont le design a plus été inspiré par les comics que par les films. Ensemble, vous allez devoir lutter contre une menace qui pèse sur la galaxie toute entière…

 Les-Gardiens-de-la-Galaxie-de-Square-Enix-sont-en

À l’image de la licence en général, l’humour et le dynamisme devraient être au coeur du titre, résolument narratif. D’ailleurs, les joueuses et les joueurs seront confrontés à un certain nombre de choix qui auront un impact sur le déroulé de l’histoire. La relation que vous entretiendrez avec les autres membres du groupe sera totalement au centre du gameplay.

Car si Les Gardiens de la Galaxie propose une aventure solo, vous allez devoir gérer tout le reste de l’équipe. Dans des combats intenses à la troisième personne, qui semblent se rapprocher du beat’them’all, vous allez pouvoir diriger vos équipiers en leur ordonnant d’utiliser leur capacité contre les ennemis que vous aurez désignés. Évidemment, chaque membre de l’équipe aura des capacités différentes, qui vous seront plus ou moins utiles en fonction de la situation et des ennemis qui vous feront face. Certaines capacités ne seront pas utiles en combat, mais vous permettront de progresser dans les différents niveaux, puisqu’il ne s’agit pas d’un open world. En revanche, l’exploration de l’ensemble des niveaux sera tout de même récompensée.

 jeu-square-enix-gardiens-galaxie

Le Grand Unificateur Raker se dévoile

À l’occasion de la Gamescom 2021, Nvidia a dévoilé un nouvel extrait du jeu Marvel’s Guardians of the Galaxy. Après Lady Hellbender, c’est au tour d’un autre personnage d’être mis en avant par Eidos-Montréal. Son nom était inconnu jusque-là mais nous savons maintenant qu’il s’agit du Cardinal Raker accompagné de ses 2 Inquisiteurs.

« Découvrez le Grand unificateur Raker, chef de l’Église universelle de la Vérité, une mystérieuse organisation déterminée à propager une soi-disant « Promesse » à toute la galaxie. Ce genre de doctrine moralisatrice n’est pas vraiment du goût des Gardiens de la Galaxie. Sauront-ils se montrer à la hauteur de leur titre ? »

Cette nouvelle vidéo se termine avec le vaisseau de l’Église qui engloutit l’Espoir d’Hala et capture nos Gardiens. Si Raker ne veut pas (pour l’instant) faire de mal aux Gardiens, il cherche absolument à les faire rencontrer une certaine Matriarche. Selon Bill Rosemann, actuel président créatif de Marvel Games et ancien éditeur des comics des Gardiens de la Galaxie parus entre 2008 et 2010, se plonger dans les archives Marvel leur a permis de « donner vie à des personnages qui n’étaient jamais sortis des pages des comics classiques » comme Lady Hellbender, Cosmo le chien de l’espace ou encore Raker.

Marvel’s Guardians of the Galaxy va intégrer le DLSS et le ray-tracing sur PC dès sa sortie, en plus d’être disponible sur le service de jeu à la demande GeForce NOW. Le jeu sea donc disponible dès le 26 octobre 2021 sur PS5, PS4, Xbox Series, Xbox One, PC (numérique), en streaming sur GeForce NOW et sur Nintendo Switch en version Cloud.

GOTGGame-CardinalRaker

 Les Gardiens de la Galaxie est sorti le 26 octobre 2021 sur PC, PS4, PS5, Xbox One et Xbox Series.

Tous nos conseils jeux vidéo

Article rédigé par
Louis Duval
Louis Duval
Conseiller fnac.com en jeux vidéo
Sélection de produits