Actu

Comment la technologie deep voice a permis de détourner 35 millions de dollars

19 octobre 2021
Par Kesso Diallo
Un nouveau type d’arnaque possible grâce à l'intelligence artificielle.
Un nouveau type d’arnaque possible grâce à l'intelligence artificielle. ©Twinsterphoto/Shutterstock

Des arnaqueurs ont utilisé cette technologie, avec laquelle il est possible de reproduire une voix en utilisant l’intelligence artificielle, pour duper un directeur banquier en 2020.

Après les deepfakes, ces vidéos altérées grâce à l’intelligence artificielle (IA), il va falloir se méfier de la <i>deep voice</i> : cette technologie permettant de réaliser une simulation vocale avec l’IA, commence à être utilisée par les cybercriminels. Dans le cadre d’une récente escroquerie, un directeur de banque a autorisé des virements à hauteur de 35 millions de dollars aux Émirats arabes unis l’année dernière, comme l’explique le magazine Forbes. Il pensait avoir reconnu la voix d’un homme au téléphone, alors qu’il s’agissait en réalité d’un escroc s’étant fait passer pour le PDG d’une entreprise avec qui il avait déjà parlé. Lors de ce coup de fil, ce dernier a expliqué au dirigeant de l’établissement financier qu’il était sur le point de réaliser une acquisition, raison pour laquelle il avait besoin de l’accord de la banque. L’arnaqueur lui avait même fait parvenir des mails entre le soi-disant PDG et un avocat du nom de Martin Zelner, embauché pour s’occuper des procédures.

Lire aussi

La deuxième escroquerie par deepfake vocal

Pour les Émirats arabes unis, cette arnaque relève d’un stratagème complexe dans lequel 17 personnes sont impliquées. Selon un document provenant d’un tribunal américain, les autorités émiriennes ont retracé le mouvement de l’argent à travers de nombreux comptes et ont identifié deux transactions vers les États-Unis pour un montant d’environ 400 000 dollars. Elles ont demandé l’aide d’enquêteurs américains pour retrouver ces fonds volés. Le document ne donne pas d’autres détails concernant cette affaire.

Cette escroquerie réalisée avec la technologie deep voice n’est pas la première. D’après un article du Wall Street Journal, des criminels l’ont utilisée pour simuler la voix du PDG d’une entreprise allemande. Ils ont demandé au responsable d’une filiale au Royaume-Uni de virer 220 000 euros à un fournisseur hongrois, en déclarant que c’était urgent. Un virement que la victime a réalisé, pensant avoir reconnu le léger accent allemand et la mélodie de la voix de son patron au téléphone. Les pirates ont par la suite demandé un deuxième paiement en se faisant à nouveau passer pour le PDG. Celui-ci n’a pas été effectué par le responsable de la filiale qui s’est douté de quelque chose, notamment car l’appel provenait d’un numéro autrichien.

À lire aussi

Article rédigé par
Kesso Diallo
Kesso Diallo
Journaliste